contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
PiccMi.Com



A La Fin C'est Toujours L'Allemagne Qui Gagne



Le choc attendu entre l'Allemagne et l'Angleterre en huitièmes de finale de la Coupe du monde a tenu toutes ses promesses avec une rencontre riche en rebondissements terminée sur une victoire de la Mannschaft (4-1). Un succès mérité, même si la formation de Joachim Löw, qui affrontera l'Argentine ou le Mexique en quarts, a bénéficié d'un coup de pouce de l'arbitre, qui n'a pas validé juste avant la pause le but du 2-2 de Lampard. Autant dire qu'on n'a pas fini d'en entendre parler...



A La Fin C'est Toujours L'Allemagne Qui Gagne
44 ans après le fameux but de Geoff Hurst en finale de la Coupe du monde 1966 (le troisième du 4-2 pour l'Angleterre), dont on ne sait toujours pas s'il était ou non valide, le contentieux anglo-allemand sur fond d'arbitrage en a repris pour quelques années ! Car ce huitième de finale tant attendu à Bloemfontein, s'il a tenu toutes ses promesses, aura aussi été entaché par une grossière erreur d'arbitrage: en fin de première période, alors que l'Angleterre, jusque-là transparente, venait de revenir au score par Upson (2-1), M.Larrionda a été quasiment le seul dans le stade à ne pas voir le ballon franchir la ligne suite à un lob parfaitement ajusté de Lampard.

Une «non-décision» qui relancera à coup sûr le débat sur l'arbitrage, comme nous l'a confié après le match notre consultant Bruno Derrien: "On est en plein dans le débat, c'est SOS arbitre ! On voit tout clairement quand le ralenti passe, alors qu'à vitesse réelle, on peut avoir un doute. Mais l'assistant n'est pas sur sa ligne, il est à hauteur de l'avant-dernier défenseur, il est donc décalé, il est au moins à 10 mètres et pas sur la ligne de but. Sur ce genre d'action, seul un arbitre de surface placé à côté pourrait voir le ballon franchir la ligne ou sinon la vidéo. Moi, je suis pour aider l'arbitrage avec la vidéo ou un arbitre de surface." A l'arrivée, au lieu de rentrer aux vestiaires sur un score de parité, l'Angleterre s'est retrouvée menée et obligée de courir après le score face à une Mannschaft qui s'est alors régalée en contre, ajoutant deux buts par Thomas Müller, auteur d'un match énorme.



L'Allemagne récompensée de son style offensif



Autant dire que dans les jours qui vont venir, les tabloïds anglais vont tirer à boulets rouges sur l'arbitre uruguayen et son assistant, qui n'ont rien vu, et que les joueurs vont longtemps nourrir un profond sentiment d'injustice. Le contexte de cette élimination ne cachera cependant pas totalement la décevante Coupe du monde d'une équipe qui, depuis son arrivée en Afrique du Sud, n'est jamais parvenue à retrouver l'élan qui l'avait portée lors des éliminatoires, minée par des relations conflictuelles avec Fabio Capello, les blessures de Rio Ferdinand et Gareth Barry, ou la méforme de certains de ses cadres, dont Wayne Rooney, une nouvelle fois décevant ce dimanche.

De son côté, l'Allemagne a confirmé ses prestations du premier tour, à savoir que grâce à l'insouciance de ses jeunes joueurs (24 ans et 4 mois de moyenne d'âge) et au coaching d'un Joachim Löw, fidèle successeur de Jürgen Klinsmann, elle s'appuie sur un style offensif et joueur qui mérite d'être récompensé au moment où la «Vieille Europe» du football se meurt, minée de l'intérieur par des stratégies aussi frileuses qu'inefficaces. Pas de doute, cette Mannschaft, si elle parvient à gommer ses quelques errements défensifs, est taillée pour aller au bout de cette Coupe du monde 2010, même si son parcours s'annonce encore semé d'embûches avec l'Argentine ou le Mexique au programme du prochain tour.

Elle aura en tout cas su prendre ce huitième de finale par le bon bout, dominant outrageusement la première demi-heure face à des adversaires tétanisés. La première alerte est signée Özil dont la reprise croisée est sortie en corner par un James inspiré (5e). Les Anglais tentent de faire circuler le ballon, mais faute de percussion, ne parviennent pas à approcher du but de Neuer et c'est assez logiquement que la Mannschaft frappe la première, avec un but qui a dû faire bondir Fabio Capello de rage, tant sa défense s'est montrée coupable sur le coup: au départ un six mètres de Neuer, passeur décisif pour Klose qui profite de la passivité de Terry et d'une sortie trop tardive de James pour prendre le meilleur sur Upson et ouvrir le score d'un subtil extérieur du pied (20e).



Capello fêtait déjà l'égalisation



Cette fois, l'Angleterre est obligée de faire ce qu'elle n'a pas réussi depuis son entrée dans la compétition, prendre le jeu à son compte, mais, en dehors d'une frappe dans l'axe de Barry «dans la niche» de Neuer (25e) et d'une barre trouvée par Defoe, finalement jugé hors-jeu (31e), c'est bien l'Allemagne qui maîtrise les débats, avec un jeu à une touche de balle que ne renierait pas le Brésil de la grande époque. Après une alerte signée Müller qui bute sur James au terme d'une magnifique action collective (31e), la seconde est la bonne avec là encore un enchaînement de grande qualité qui voit Klose, servi par Özil, lancer Müller à droite, le joueur du Bayern remet dans l'axe pour Podolski dont la frappe croisée trompe James, avec l'aide du poteau (32e).

Dans la foulée, Klose, dans la surface sur un corner, frôle le 3-0 (36e), mais c'est l'Angleterre qui sort subitement de sa torpeur, puisque sans une grossière erreur d'arbitrage, elle serait revenue à 2-2 à la pause! Upson, oublié par Boateng sur un centre de Gerrard, profite d'abord d'une sortie ratée de Neuer pour réduire le score d'une tête sous la barre (37e), et quasiment sur le coup d'envoi, Lampard, à l'entrée de la surface, ajuste un lob parfait, le ballon touche la barre et rentre dans le but avant d'en ressortir, M. Larrionda ne bronche pas, à la grande stupeur d'un Fabio Capello qui fêtait déjà l'égalisation (38e) ! Incroyable scénario et dans la foulée, c'est l'Allemagne qui frôle le but du 3-1 sur une frappe rasante de Podolski, juste à côté du poteau gauche de James (39e). C'est tout et beaucoup pour ce premier acte qui voit l'arbitre uruguayen rentrer sous les sifflets d'une partie du public de Bloemfontein...



Lampard sur la barre, Müller enfonce les Anglais

Au retour des vestiaires, l'Angleterre semble en tout cas remise de cette incroyable bévue, mais le sort est toujours contraire, puisque Lampard toujours lui trouve une nouvelle fois la barre de Neuer sur un coup de franc de plus de trente mètres (52e) ! Gerrard s'essaie sans succès aux tirs de loin, Defoe manque de peu de profiter d'une passe mal assurée de Lahm pour son gardien (57e) qui s'interpose ensuite sur un centre de Milner (61e), le joueur d'Aston Villa, décalé par Rooney trouvant ensuite le postérieur de Boateng (62e).

Si la Mannschaft semble accepter la domination anglaise, elle sait se montrer dangereuse sur ses rares incursions dans les 30 mètres adverses, à l'image de Müller dont le pointu légèrement dévié par Cole passe de peu à côté (59e), tout comme ce tir croisé de Schweinsteiger (63e). On sent que le match peut basculer d'un côté comme de l'autre, et c'est le camp allemand qu'il choisit sous la forme d'un contre express à trois suite à un ballon perdu par Barry après un coup franc dans le mur de Lampard, Schweinsteiger, servi par Müller, remonte le terrain avant de se recentrer et de décaler ce même Müller qui prend tout son temps pour ajuster James (3-1, 67e). Cruel pour l'Angleterre qui encaisse dans la foulée un nouveau contre meurtrier avec cette fois dans le rôle du passeur Özil, plus rapide que Barry à gauche et dont le service parfait dans l'axe trouve la reprise imparable de ce diable de Müller, auteur du match de sa vie (4-1, 70e). Cette fois, en dépit d'une ultime occasion pour Gerrard qui bute sur Neuer (81e), l'Angleterre n'y croit plus, elle rentre au pays le coeur lourd mais le destin a sans doute choisi de récompenser l'audace...




Source Sports.fr


Moustapha Sakho

Jeudi 1 Juillet 2010 - 00:35



Dans la même rubrique :
< >

Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.