contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



ABDOULAYE MAKHTAR DIOP «C’est archi-faux de dire que si Macky Sall n’a pas la majorité, il ne peut pas gouverner»





ABDOULAYE MAKHTAR DIOP «C’est archi-faux de dire que si Macky Sall n’a pas la majorité, il ne peut pas gouverner»
Investi en troisième position sur la liste nationale du Parti de la vérité pour le développement (Pvd), Abdoulaye Makhtar Diop a présidé la rencontre du parti hier au Centre social de Cambérène. L’ancien ministre d’Etat en a profité pour dévoiler un peu sur la corbeille de propositions à faire s’il est élu à l’Assemblée nationale.

Les propositions du Pvd

«Si nous sommes élus, nous allons modifier la loi sur la répartition de la Tva entre les collectivités locales. La deuxième chose, la nomenclature budgétaire des collectivités locales est dépassée depuis la période coloniale. Elle n’est pas adaptée au fonctionnement des collectivités locales. Aujourd’hui, l’État ne doit plus payer de bourses d’étudiants au Sénégal. L’État doit s’occuper des étudiants à l’extérieur qui sont dans le secteur de l’excellence. L’étudiant qui habite Foundiougne doit pouvoir être pris en charge par sa commune ou communauté rurale. Nous avons ce qu’on appelle les villes de pèlerinage. Chaque année, Touba reçoit le Magal. Tivaouane reçoit des Gamou et Ziarr. Ndiassane, Léona, Popenguine pour les Catholiques. On ne peut pas continuer tous les 6 mois à faire des Crd (Conseils régionaux de développement) sur les mêmes objectifs. Il faut qu’au niveau de l’État, nous proposions la création d’une institution qui peut être un office ou une agence chargée du développement des villes de pèlerinage. Qui va dépérir au fur et à mesure que les problèmes urbains sont résolus. Si on met un milliard à Tivaouane pendant 5 ans, on aura plus de problème. Le problème de Tvaounane, c’est le sanitaire, les voies de contournement, l’électricité, les ordures et la santé. Touba est une ville qui compte un (1) million d’habitants. Il faut traiter Touba non pas de manière ponctuelle, mais constante.»

L’Exécutif et le Législatif

«C’est archifaux de dire que si Macky Sall n’a pas la majorité, il ne peut pas gouverner. L’Assemblée n’a aucun moyen d’arrêter durablement un projet de loi du gouvernement. Prenons, par exemple, le budget de l’État. Si nous avons 100 députés de l’opposition. Le gouvernement présente son budget à l’Assemblée. Les 100 députés rejettent le budget. Après une deuxième lecture, le gouvernement représente le budget. L’Assemblée refuse. Il est permis au président de la République, au nom de la règle du douzième provisoire d’exécuter ce budget. La preuve, Macky Sall est élu Président depuis le 26 mars. Jusqu’au mois d’août prochain, il n’y aura pas d’Assemblée nationale et l’État n’est pas bloqué. La Constitution sénégalaise est organisée de telle sorte que les institutions au Sénégal ne puissent pas être bloquées par un vote de députés même majoritairement de l’opposition. De la même manière, le président de la République a les mains liées et ne peut pas se jouer de l’Assemblée nationale comme il l’entend.

La deuxième chose, c’est que l’Assemblée ne peut abroger aucune loi. J’ai entendu Sérigne Mansour Sy Djamil dire que s’il va à l’Assemblée, il va abroger des lois. Un député ne peut pas abroger une loi pour la bonne et simple raison que, quand vous votez une loi, elle n’est applicable que lorsque le président de la République signe un décret de promulgation. Or, on ne peut pas obliger le président de la République à signer un décret de promulgation. La Loi des finances portant budget de l’État n’est applicable qu’après sa promulgation. Un député ne peut pas modifier le budget de l’État.»

PiccMi.Com

Mercredi 13 Juin 2012 - 17:48



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 17 Juillet 2014 - 12:54 LINGUERE : Aly Ngouille Ndiaye élu Maire


Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.