contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



AFFAIRE DE BLANCHIMENT D’ARGENT : Libéré, Ahmed Khalifa Niasse clame son innocence



24 heures après sa garde à vue, le leader du Front des alliances patriotiques (Fap), Ahmed Khalifa Niasse, a été libéré hier. Il était convoqué par les gendarmes enquêteurs pour une affaire de blanchiment d’argent l’impliquant de même que deux de ses fils. Pour M. Niasse, sa libération confirme qu’il est innocent.



AFFAIRE DE BLANCHIMENT D’ARGENT : Libéré, Ahmed Khalifa Niasse clame son innocence
« J’ai gagné honnêtement ma vie. Personne ne m’a jamais réclamé 25 francs Cfa. Je le prouve et mon casier judiciaire le confirme », a déclaré le président du Front des alliances patriotiques (Fap), Ahmed Khalifa Niasse, après sa libération hier par les gendarmes enquêteurs de Colobane. Il était convoqué lundi dernier pour une affaire de blanchiment d’argent l’impliquant mais aussi deux de ses fils. Selon M. Niasse, après plusieurs jours d’enquête, les gendarmes n’ont rien pu trouver le mettant en cause. « Ils ont perquisitionné tous mes domiciles au Sénégal sans la présence de mes conseils, mais ils n’ont rien trouvé », a-t-il dit. A son avis, il y a des forces qui cherchent à « aveugler » le président de la République du Sénégal.

Mais cette fois, ajoute M. Niasse, le chef de l’Etat a été vigilant. « Un régime qui persécute des innocents est finissant », a poursuivi M. Niasse. « La politique a joué son rôle. On avait tenté d’intimider d’autres leaders de partis politiques à travers ce même chef d’accusation », a regretté le président du Fap qui qualifie de « méprisable » et de « dangereux » ce mode consistant à servir le même chef d’accusation aux hommes politiques qui pensent autrement que les tenants du pouvoir. « Il faut aider le président à se débarrasser de ses amis qui l’aveuglent », a-t-il poursuivi.

M. Niasse a indiqué que l’argent dont il est question et qui s’élève à plus de trois milliards de francs Cfa a été payé à son fils Babacar Niasse par le Fonds libyen pour l’investissement, il y a de cela deux ans et six mois. Il était destiné selon lui, à la société de son fils dont il est le seul actionnaire. A l’époque, Babacar Niasse était conseiller diplomatique du gouvernement de la Guinée-Bissau. La législation et le statut de son fils à l’époque lui permettait de manipuler ces fonds, ajoute-t-il. Pour le leader du Fap, son fils a été arrêté en violation de son immunité diplomatique car il est actuellement ministre d’Etat de la Guinée Bissau et conseiller spécial du gouvernement bissau-guinéen. Il déclare que ses deux enfants vont bientôt recouvrer la liberté. La raison : « on était convoqué pour la même affaire, je suis libre et eux-aussi doivent l’être ».

Souleymane Diam SY

Source le Soleil

Mercredi 30 Juin 2010 - 14:34



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.