contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



AFFAIRE DES LESBIENNES DE GRAND YOFF : Les cinq jeunes arrêtés recouvrent tous la liberté





AFFAIRE DES LESBIENNES DE GRAND YOFF : Les cinq jeunes arrêtés recouvrent tous la liberté
Le tribunal des flagrants délits de Dakar a donné, hier, son verdict dans l’affaire des supposés diffuseurs de la vidéo des «lesbiennes de Grand-Yoff». Ils ont tous recouvré la liberté.

L’histoire a fait couler beaucoup d’encre dans la presse sénégalaise. Durant des semaines, elle a transformé des filles ordinaires, inconnues du public sénégalais, en véritables actrices pornographiques. Baptisée l’affaire des «lesbiennes de Grand-Yoff», la vidéo a fait le tour du monde. Dans les autoroutes des sites d’informations, ces filles ont vu leur intimité partagée par des internautes dégoûtés par la «frivolité» de ces élèves qui se touchaient les parties intimes. L’histoire a abouti à l’arrestation de cinq jeunes, accusés d’avoir balancé la scène érotique sur le Net. En détention depuis le 05 juin 2012, Bouya Fall (22 ans, tailleur domicilié à Grand Yoff) et Pape Aly Seck (25 ans, Boutiquier), Mohamed Fofana (28 ans, tailleur domicilié à Grand Yoff), Zakaria Saliou Ndoye (27 ans, chômeur), Oumar Kane (35 ans, boutiquier) et Mohamed Fofana (28ans), sont enfin sortis de la Maison d’arrêt et de correction de Rebeuss. Jugés jeudi dernier par le tribunal des flagrants délits de Dakar, ils ont vu leur sort scellé après cinq jours de détention. Le délibéré est tombé hier. Bouya Fall et Pape Aly Seck ont été relaxés au bénéfice du doute, tandis que Mohamed Fofana, Zakaria Saliou Ndoye, Oumar Kane et Mohamed Fofana ont été condamnés à six mois avec sursis. Poursuivis de diffusion contraire aux bonnes mœurs, le délit visé a été requalifié en «offre à titre gratuit par quelque moyen que ce soit, à titre public ou privé, d’images contraires aux bonnes mœurs».

C’est le 09 mai 2012 que F.D (17ans, domiciliée à la Patte d’oie), Sanou Faye (20 ans, domiciliée à Grand-Yoff), Leila Sankarlay (20 ans, domiciliée à Yoff Tonghor), Marie Fall (20 ans, domiciliée à Yoff Tonghor) et Anna Bass (la plus âgée et qui a pris la fuite), ont joué ce film en se jurant de le garder secret. Parties rendre visite à Marie Fall, malade, elles ont rallié le domicile de Leila. Une fois sur place, F.D a manifesté le besoin de prendre une douche. C’est là que tout a commencé. Anna lui a demandé de s’adonner à un jeu où elle serait l’homme. La mineure «plus audacieuse », selon le président de séance, se laisse caresser, palper et sucer les seins. Leila, à un moment donné, les a rejointes en se touchant les parties intimes. Marie Fall et Sanou Faye, invisibles dans le film, ont joué aux «camera-girls». La demoiselle Faye était celle qui encourageait les filles à se donner du « plaisir ». Elle aurait même, selon Leila, des penchants pour les filles car, dit-elle : « Sanou m’a une fois fait des avances.» La même Sanou qui aurait, selon Anna (qui l’a soufflée à Leila), «échangé un baiser avec A.D.» C’est d’ailleurs elle qui dans le film, s’est extasiée : «Anna li nguay deff nekh na, sama yaram mi ngui daw (Que c’est bon ce que tu fais Anna ! J’en ai même des frissons». ‘Last but not least’, elle a «omis» de supprimer la vidéo, alors que ses copines lui avait intimé l’ordre de le faire. Elle aurait remis au boutiquier, Pape Aly Seck, la vidéo. Toutes ces accusations portées contre elle avaient poussé les avocats de la défense, Mes Ibrahima Mbengue et Boubacar Dramé, lors du procès, à souligner qu’elle devait comparaître au même titre que les diffuseurs. Car, selon eux, Sanou Faye a violé le serment qu’elle avait fait avec ses copines.

L'Observateur

Mercredi 20 Juin 2012 - 15:31



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.