contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



APRES UNE SEMAINE DE RECHERCHES DANS LE PARC NATIONAL DE NIOKOLO KOBA : Les cinq enfants toujours introuvables





APRES UNE SEMAINE DE RECHERCHES DANS LE PARC NATIONAL DE NIOKOLO KOBA : Les cinq enfants toujours introuvables
C'est aujourd'hui, jeudi 7 juin, que les cinq enfants disparus dans le parc national du Niokolo Koba auront passé une semaine dans cette gigantesque réserve de biosphère. Les recherches n'ont jusqu'ici rien donné malgré les moyens déployés, mais l'espoir demeure du côté des populations de les retrouver vivants.

Le plus âgé, Ngouli Diabaté a soufflé ses sept bougies, et le benjamin, Yankhouba Mané, n'a que trois saisons. Les trois autres, Sadio Barro, Mamadou Keita et Koliba Keita ont respectivement cinq et six ans. Tous sont partis de leur Diénoudiala natal, le jeudi 31 mai, pour investir le parc national du Niokolo Koba, situé à un poil de la bête du village, pour chercher du bois mort et trouver quelques fruits forestiers. Jusqu'aux environs de quatorze heures, alors qu'ils ne sont pas rentrés comme ils avaient l'habitude de le faire, l'alerte a été sonnée. Tout le village de Diénoudiala est visité, les villages voisins parcourus, aucune trace des cinq mômes dont les deux sont de la même famille, Mamadou et Koliba Keita.

Environ 200 villageois sont mobilisés, plus d'une centaine de forces de sécurité ,tout comme un avion et un hélicoptère, et les recherches lancées dès le lendemain, avec à la tête des équipes, le ministre de l'écologie et de la protection de la nature qui a installé ses quartiers quatre jours durant dans la base des éco gardes, tout près de Diénoudiala. « Nous avons cherché partout sur un rayon de 400 km2, mais rien », a confiéle commandant Mamadou Sidibé, conservateur du parc national du Niokolo Koba. Une lueur d'espoir était née, quand les équipes de recherche sont tombées sur les traces des enfants au bord d'une mare, nul doute qu'ils y avaient fait un tour pour se désaltérer, une chaleur d'étuve sévit actuellement dans la région de Tambacounda.

Leurs fagots de bois seraient aussi retrouvés non loin du village. Ces traces, si l'on en croit, un des villageois, avaient vite disparu. Une autre note d'espoir a par la suite habité les équipes de recherche, quand le chien appartenant à l'un des enfants est revenu au village quatre jours après. Il sera bien nourri, puis laissé aux bons soins du grand frère de cet enfant avec qui il retournera dans le parc.

Les deux seront suivis de loin par un cycliste. Tous nourrissaient l'espoir que le chien allait les conduire à l'endroit où se trouveraient les enfants mais, cette stratégie n'a pas elle aussi été concluante. Tous les jours, les équipes de recherche se mobilisent, personne ne s'est laissé dominer par quelque note de scepticisme que ce soit. « Nous avons l'intime conviction que les enfants sont bel et bien vivants entre des mains quelque part dans la nature » laissera entendre Mady Fadya, un des habitants de Diénoudiala, membre des équipes de recherches. Pendant ce temps, Lamine Keita, le père des deux enfants Keita, qui était dans les placers de Bantako au moment des faits, dira s'en remettre au tout puissant.

Petit à petit, l'esprit rationnel cède la place aux interprétations magico religieuses, car de plus en plus de voix s'élèvent pour signifier que chaque fois qu'un humain disparait dans le parc, c'est au mois de mai. Des exemples seront brandis par le colonel Silèye Ndiaye, ancien conservateur du parc avec les cas de femmes en 1988 et 2002, même celui d'un des agents du parc, d'un agent de la Sodefitex et d'un jeune des villages environnants. Maintenant, l'on secoue les cocotiers et fait des offrandes, parce que pertinemment convaincu que c'est la seule voie qui puisse aider à retrouver ces enfants. Jusqu'à 18 heures hier, mercredi, ils n'étaient pas encore retrouvés.

sUD QUOTIDIEN

Jeudi 7 Juin 2012 - 08:09



Dans la même rubrique :
< >

Samedi 14 Octobre 2017 - 11:19 Côte d'Ivoire : crash d'un avion cargo


Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.