contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
PiccMi.Com



AUDIO - Ahmed Aidara : Revue de presse de ce lundi 03 Septembre 2012 - Le débat sur la suppression du fonds commun des magistrats nourrit les quotidiens





AUDIO - Ahmed Aidara : Revue de presse de ce lundi 03 Septembre 2012 - Le débat sur la suppression du fonds commun des magistrats nourrit les quotidiens
Les quotidiens traitent lundi des suites de la décision des pouvoirs publics de renoncer à la mise en place d’un fonds commun pour les magistrats, un sujet traité en même temps que d’autres points de l’actualité relatifs notamment à la politique.

‘’Le gouvernement et les magistrats se défient’’, estime Le Populaire, citant une mise au point du garde des Sceaux, ministre de la Justice, Aminata Touré. ‘’Le décret sur les fonds communs a été annulé, nous estimons qu’il ne correspond pas à l’éthique’’.



‘’Les magistrats ne sont pas et n’accepteront pas d’être traités comme des fonctionnaires ordinaires’’, réplique l’Union des magistrats du Sénégal (UMS), qui annonce avoir décidé de saisir sur cette question l’Union internationale des magistrats pour dénoncer le gouvernement’’, rapporte le même journal.

‘’Les magistrats traînent Macky (Sall) devant la barre’’, annonce également La Tribune. S’ensuit un commentaire du journal sur la situation actuelle des magistrats qui ‘’était vraiment prévisible’’, d’autant que l’ancien président Abdoulaye Wade avait fondé sur eux tous ses espoirs, selon le journal, pour ‘’perpétuer son règne’’.

‘’Le président aujourd’hui déchu s’était distingué par une générosité sans commune mesure en octroyant à ces magistrats des privilèges exorbitants par rapport aux autres employés de l’Etat. Et le hic de tout cela, c’est que l’ex-président n’agissait pas de manière indifférente’’, écrit La Tribune.

‘’Les magistrats juge et partie’’, relève pour sa part L’Office, au sujet de cette bataille juridique portée par ailleurs au niveau de la chambre administrative de la Cour suprême. ‘’C’est une situation inédite à laquelle on va assister : les magistrats…vont juger le bien fondé ou non de leurs intérêts’’, souligne le journal.

‘’C’est pas magistrat’’, tranche Le Quotidien s’autorisant volontairement une banalité langagière. ‘’Si l’UMS peut espérer ne pas être déboutée par (ses) propres militants qui vont trancher un contentieux pour lequel ils ont un intérêt direct, il ne semble pas évident que leurs collègues de l’Union internationale des magistrats les suivront dans leur logique’’, juge ce journal.

Si le différend magistrats-pouvoirs publics semble traité en question prioritaire, les sujets politiques ne sont pas non plus en reste. ‘’Macky (Sall) tape du poing sur la table’’, titre ainsi l’As à propos de nombreux sujets, dont les postes à pourvoir, lors de la dernière réunion du directoire de l’Alliance pour la République (APR), le parti présidentiel.

Selon ce quotidien, les audits, les inondations, le plan ORSEC, la campagne agricole et d’autres questions étaient au menu de cette rencontre destinée à ‘’resserrer les boulons’’. ‘’Comme à, l’accoutumée, Macky Sall en a profité pour remettre de l’ordre dans les rangs’’ de son parti, souligne-t-il.

‘’Je ne peux pas caser tout le monde’’, aurait déclaré le chef de l’Etat, dont les propos sont rapportés par Le Pays au quotidien, qui s’intéresse également à cette ‘’séance d’explications avec les membres du directoire de l’Alliance pour la République (APR) sur la suppression du Sénat, avec son lot de +sinistrés+ politiques’’.

‘’Armé de sa tondeuse, le chef de l’Etat redimensionne les envies de pouvoir ayant poussé sur la tête des ex-futurs sénateurs. Aussitôt, l’îlot de tranquillité qu’est le Conseil économique et social devient le nouvel objet de convoitises’’, écrit le journal.

Walfadjri revient sur l’inévitable question des inondations, rapportée aux perspectives de la déclaration de politique générale que le Premier ministre devrait présenter avant fin septembre. ‘’Abdoul Mbaye face aux périls’’, affiche l’aîné des quotidiens du groupe Walfadjri.

Les inondations, c’est le sujet ‘’dont Abdoul Mbaye aurait voulu se passer’’, vu l’ampleur des dégâts causés cette année par les intempéries. Selon le journal, cette situation est encore durement vécue par les populations avec la résurgence de l’insécurité.

Alors que selon Direct Info, les sinistrés des dernières inondations se trouvent ‘’toujours dans le désarroi’’, suite aux dernières pluies, Le Soleil annonce un dispositif de surveillance policière dans les quartiers, dans le cadre de la lutte contre l’insécurité à Dakar.

PiccMi.Com

Lundi 3 Septembre 2012 - 11:33



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.