contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



AUDIO - Revue de Presse du Lundi 29 Aout 2011 : Le débat sur la caution pour l’élection présidentielle mis en exergue



Les journaux se sont surtout intéressés lundi à la concertation entre le ministère des Elections, l’opposition et le pouvoir sur le montant de la caution à déposer par les candidats à l’élection présidentielle de février 2012.



AUDIO - Revue de Presse du Lundi 29 Aout 2011 : Le débat sur la caution pour l’élection présidentielle mis en exergue
‘’Wade fait monter les enchères’’, titre Walfadjri, qui annonce que le ministre des Elections Cheikh Guèye est à la recherche d’une ‘’position médiane’’ après que ‘’les partis ne sont pas tombés d’accord sur le montant de la caution pour l’élection présidentielle’’.

‘’Si le camp du pouvoir souhaite une hausse, l’opposition, en revanche, exige le statu quo, voire une baisse de ce montant’’, qui était de 25 millions de francs CFA lors de la dernière présidentielle en février 2007, indique Walfadjri.

‘’[…] Si les libéraux osent mettre à 100 millions la barre de la caution à la présidentielle, c’est parce que leur candidat tient déjà les cordons de notre bourse’’, soutient le billettiste du Populaire. Cette proposition de la mouvance présidentielle vise à ‘’élaguer des candidats’’, selon le même journal. ‘’[…] Avoir 100 millions ne fait pas le bon candidat’’, tranche-t-il.

‘’Augmenter la caution est un frein à la démocratie’’, lit-on dans Walf Grand Place qui résume ainsi l’argumentaire opposé à la mouvance présidentielle. Cette dernière, par la voix de son porte-parole Omar Sarr, entend ‘’jouer sur la caution pour limiter les candidatures’’, selon Walf Grand Place, qui considère le montant proposé par la mouvance présidentielle comme ‘’la fosse aux lions’’.

‘’Le pouvoir et l’opposition [étant] en désaccord’’ sur ce sujet ou encore ‘’divisés sur le montant de la caution’’, comme l’indiquent L’Observateur et Le Soleil, le ministre des Elections a annoncé la création d’une commission chargée de poursuivre la réflexion et ‘’trancher’’ le débat.

Les partis politiques ‘’ne disent pas le même mot. Ainsi, les propositions pour la caution vont de zéro à 100 millions de francs CFA’’, indique Le Soleil.

Le différend entre les promoteurs de lutte Gaston Mbengue et Luc Nicolaï intéresse aussi de nombreux journaux. Mbengue et Nicolaï se disputent la paternité de l’affiche Modou Lô (Ecurie Rock Energie)-Eumeu Sène (Ecurie Boul Falé).

‘’Eumeu Sène a mis un trait sur le secrétaire général de Boul Falé. Preuve du profond malaise qui règne à Boul Falé, Eumeu Sène est en train de réfléchir avec ses proches sur son avenir au sein de l’écurie’’, rapporte L’As.

‘’L’écurie Boul Falé au bord de l’implosion’’, titre en une Thiey Le journal. Eumeu Sène, indique le même journal, ‘’dit s’être fait escroquer par son homme de confiance’’, son manager. ‘’Un fait connu de toute l’écurie, qui a mis Eumeu Sène dans tous ses Etats et le poussera certainement à tourner le dos à sa deuxième famille’’, lit-on dans Thiey Le Journal.

Dans Sunu Lamb, le lutteur se veut formel : ‘’Je vais lutter pour Gaston […] C’est Atta (son manager) qui a pris l’argent de Luc [Nicolaï].’’

‘’Le marquage à la culotte se poursuit’’ entre les deux promoteurs de lutte Luc Nicolaï et Gaston Mbengue, qui a donné une conférence de presse samedi en présence de ‘’l’acteur central du feuilleton’’, Eumeu Sène. ‘’Ce dernier confirme que le seul contrat qui vaut est celui qu’il a conclu avec Gaston Mbengue’’, rapporte Sunu Lamb.

‘’[…] Eumeu Sène n’écarte pas de quitter Boul Falé’’, annonce Walf Sports, qui publie une interview du lutteur. Ce dernier, selon le même journal, a été entendu samedi par le Comité national de gestion (CNG) de la lutte, à qui ‘’il reste maintenant […] d’éclairer la lanterne des amateurs’’.

ESF
source APS 1 & SUD FM


PiccMi.Com

Lundi 29 Août 2011 - 09:27



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.