contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



AUDIO : Revue de Presse du Lundi 8 Aout 2011 - Les journaux commentent le ‘’ballet’’ des politiciens à Touba





AUDIO : Revue de Presse du Lundi 8 Aout 2011 - Les journaux commentent le ‘’ballet’’ des politiciens à Touba
Les visites rendues au khalife général des mourides ce week-end par la mouvance présidentielle et le Mouvement du 23 Juin (M-23) sont largement commentées par la presse quotidienne, lundi.

Des leaders politiques et de la société civile sont allés, samedi, dire au khalife général des mourides Serigne Sidy Mokhtar Mbacké que le président Abdoulaye Wade ne peut, selon la Constitution, se présenter à la présidentielle de février 2012. Des leaders de la mouvance présidentielle sont allés défendre le contraire, auprès du guide religieux.

‘’[…] En mettant les chefs religieux au cœur de la bataille de l’opinion, les politiques et leurs alliés replongent les Sénégalais dans des choix identitaires très éloignés de la question démocratique’’, pense Sud Quotidien.

‘’Si tous les foyers religieux devaient recevoir les mêmes délégations, chacune venant avec les mêmes arguments que ceux développés devant le khalife des mourides, il y aura à craindre pour l’avenir’’, avertit Sud Quotidien. Il prévient : ‘’Quand les arbitres choisissent leur camp, plus personne ne fait attention à leur sifflet.’’

Ces arbitres-là, les chefs religieux en l’occurence, ‘’ont bien des leçons à tirer de l’élection présidentielle de 2000, lorsque certains d’entre eux ont vu leur consigne de vote pour le candidat Abdou Diouf être superbement transgressé, non pas par leurs talibés, mais des électeurs face à leur devoir civique’’, rappelle Le Quotidien.

‘’[…] Le ballet surréaliste de politiciens et de membres de la société civile, qui se relaient à Touba quasiment sans arrêt [...] traduit, chez nos gouvernants actuels et potentiels, une incapacité notoire à cultiver sur le champ politique et social une tendance durable aux compromis républicains acceptables, qui ne finissent point en compromissions’’, analyse EnQuête.

L’Observateur trouve que ‘’ce ballet a quelque chose de folklorique et de fort sympathique’’. ‘’C’est le spectacle d’un défilé démodé où toutes les apparences sont trompeuses. Tout va à Touba. Tout bas dans le reste du pays’’, commente le même journal.

Les guides religieux, souligne Le Quotidien, ‘’ont intérêt, sous peine de mettre à rude épreuve leur statut et leur stature de régulateurs sociaux, à ne pas s’aliéner leur autorité par rapport à leurs disciples, qui ne sont pas forcément leurs électeurs’’.

Selon Walfadjri, le chef de la confrérie mouride a ‘’saisi’’ l’occasion de la visite des deux camps ‘’pour prendre ses distances vis-à-vis de la politique’’. Cette attitude fait croire au journal que Serigne Sidy Mokhtar Mbacké ‘’inscrit désormais Touba dans le sens de la neutralité’’ envers le pouvoir et l’opposition.

C’est dans cette logique de neutralité que Serigne Sidy Mokhtar Mbacké déclare, cité par Le Populaire : ‘’Les pressions politiques, économiques et médiatiques ne peuvent me contraindre à dévier des enseignements de Serigne Touba, des principes et valeurs de l’islam.’’

En dépit de l’attitude des talibés et/ou électeurs à l’égard du candidat Diouf en 2000, aujourd’hui, ‘’dans les deux camps, du pouvoir comme dans l’opposition, rien ne postule vraiment à une posture de rupture d’avec les actes séculaires d’une allégeance que le temporel a toujours entretenu avec le spirituel’’, analyse Le Quotidien.

Selon le même journal, il existe aujourd’hui ’’des tendances et des élans citoyens de plus en plus réfractaires aux consignes de vote des guides religieux’’.

PiccMi.Com avec APS et SUD FM

Lundi 8 Août 2011 - 11:23



Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.