contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Affaire des trois milliards du ministère de la Femme: L'enquête s'oriente vers le Palais





Affaire des trois milliards du ministère de la Femme: L'enquête s'oriente vers le Palais
L'affaire des trois milliards présumés soustraits du ministère de la Famille oriente les enquêteurs vers le Palais. C'est Wade qui a donné le marché mis en cause à Ndèye Maguette Mboup et c'est encore lui qui a diligenté le paiement de la cagnote. Le rapport de la Section de recherches de la gendarmerie de Dakar l'établit formellement. Les investigations autour des trois milliards du ministère de la Famille s'orientent vers le Palais. Du moins vers les anciens locataires du Palais. La Section de recherches de la gendarmerie a évoqué plusieurs reprises des tractations qui ont eu lieu à la présidence de la République, autour de cette affaire, à travers un rapport. Sous ce rapport, il est écrit que Ndèye Maguette Mboup n'a obtenu le marché des trois milliards de F Cfa que par la seule volonté du Président Wade. Mieux encore, Ets Bara Mboup, sa société, s'est substituée au Trésor public puisque le montant mis en cause lui a été versé, selon les papiers, pour payer les groupements féminins. Il se trouve qu'aucun groupement féminin ayant bénéficié de ces sommes n'a été identifié par les enquêteurs. Aussi, le Palais est encore cité dans le rapport d'étape des enquêteurs qui révèlent que trois milliards de francs Cfa ont été décaissés sur instruction de Me Wade. Des propos que Ndèye Maguette Mboup n'a pas nié lors de son face-à-face avec les gendarmes selon Libération. A l'heure actuelle, l'ancien locataire du Palais est cité au moins dans deux dossiers.

Leral

Samedi 21 Juillet 2012 - 12:32



Dans la même rubrique :
< >

Samedi 14 Octobre 2017 - 11:19 Côte d'Ivoire : crash d'un avion cargo


Réagissez à cet Article
Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.