contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Aida Faye Bou Baye, chanteuse de Zikr : La voix de Cheikh al Islam



Depuis onze ans, Aïda Boubaay s’adonne à la musique religieuse. Sa dévotion à Cheikh al Islam Ibrahima Niasse est inégalable. Elle lui dédie tous ses titres et parcourt le Sénégal pour faire connaître les enseignements du Cheikh à travers sa voix.



Aida Faye Bou Baye, chanteuse de Zikr : La voix de Cheikh al Islam
La chanteuse Aïda Boubaay était la seule femme sur l’affiche proposée, samedi, pour la première ‘Nuit solidaire du Zikr’. Sur scène, elle était reconnaissable par sa voix aiguë et intense tranchant le silence de la nuit. Mais aussi par sa silhouette enveloppée dans un Mëulfëu (voile enveloppant tout le corps) laissant apparaître que le visage. Le seul bijou qu’elle porte se résume à ses boucles d’oreilles. Un chapelet, noué autour du bras droit, constitue son bracelet. Ses louanges étaient adressées au guide religieux de Kaolack, Cheikh Ibrahima Niasse. Une manière pour la chanteuse de rendre grâce à Cheikh al Islam.

Aïda Boubaay, de son vrai nom Aïda Faye, se nourrit des mélodies religieuses depuis son jeune âge. Elle s’adonne à ce style musical depuis 1999. ‘J’ai commencé le Zikr à Dakar, précisément à Ouest foire chez Baye Cheikh Mame Mor Inssa qui m’a donnée l’autorisation de le pratiquer’, renseigne-t-elle. Au début, c’était simplement à l’aide de sa voix. ‘Depuis trois ans, j’y ai associé des instruments de musique moderne et traditionnelle pour attirer plus les jeunes’, fait-elle savoir, après sa prestation remarquée à la place de l’Obélisque samedi.

Aïda Boubaay suit les pas de sa grand-mère paternelle, Fatou Baye. ‘Elle s’adonnait au Zikr pour Baye Niasse à Kaolack. A Médina Baye Niasse, elle faisait partie des femmes qui l’ont suivi lorsqu’il était au Kossi ; elle avait une belle voix’, se rappelle la chanteuse. Aïda perpétue ainsi un héritage familial.


Elle évoque quotidiennement dans ses Zikr le nom d’Allah. ‘C’est La ilaha illa llah (Il n’y a point de Dieu, excepté Allah) qui m’alimente’, lance-t-elle. Elle s’est fixé comme sacerdoce de travailler pour Dieu durant toute sa vie. ‘Cheikh Ibrahima nous l’a enseigné, c’est pour lui rendre grâce en retour de ce bienfait qu’il nous a inculqué’, soutient Aïda Boubaay.

Sa première production date de 2007. Un single lancé pour se faire connaître. Mais, depuis lors, la sortie de son album traîne. La raison principale : ‘mon producteur Noeil Guèye est partie en Angleterre et je l’attends’, explique-t-elle. Cette production doit normalement contenir onze à treize morceaux, tous dédiés à Baye au bonheur des mélomanes qui en demandent encore après la sortie du single. Aïda Faye ‘Boubaay’ reconnaît que le retard de son producteur handicape sa carrière. Mais elle ne peut pas faire autrement, car elle veut honorer sa parole donnée. ‘D’autres producteurs me sollicitent, mais je ne peux pas faire autrement’, dit-elle.

Elle s’est réjouie de cette première nuit du Zikr qui permettra aux artistes qui s’y adonnent de mieux se connaître pour des collaborations musicales. ‘Cela va aussi nous aider dans la promotion de notre musique, car des producteurs peuvent à travers notre prestation s’intéresser à ce que nous faisons’, souligne la chanteuse. Elle a profité de la tribune de la Nuit solidaire du Zikr pour demander aux autorités plus de considération pour les chanteurs du Zikr.



Fatou K.SENE
WALF

PiccMi.Com

Mercredi 21 Septembre 2011 - 15:35



Réagissez à cet Article

1.Posté par DIAW le 22/09/2011 14:14 (depuis mobile)

manedale yalena meleni aida faye limiye def nekh na si coeurs laye dougou dieuredieuf yalla

Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.