contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
PiccMi.Com



Apologie du viol par Songué Diouf : Le CNRA enjoint la Direction de la TFM, à mettre un terme définitif à de pareils manquements



Le CNRA rappelle que le rôle des médias n’est pas de mettre en péril la sécurité des personnes ni en cause leur dignité. La conception de la programmation audiovisuelle se fait dans le strict respect de la réglementation qui, surtout en matière de traitement de sujets touchant l’honneur et l’intégrité de la personne humaine, exige un profond sens de la responsabilité et une préparation particulière de la part des intervenants à l’antenne.



Apologie du viol par Songué Diouf : Le CNRA enjoint la Direction de la TFM, à mettre un terme définitif à de pareils manquements
Cette exigence a été bafouée lors de l’émission « Jakaarlo Bi » du 09 mars 2018. C’est ce qui justifie les observations-mises en garde adressées à TFM.
TFM : Observations suite à la diffusion du numéro de l’émission « Jakaarlo Bi » du 09 mars 2018
Le 09 mars 2018, la chaîne de télévision TFM a diffusé une émission intitulée « Jakaarlo Bi », au cours de laquelle la question du viol a été abordée.
La gravité de la question exigeait des concepteurs, animateurs et éditeurs de l’émission, une attention soutenue, afin d’éviter des dérapages, prises de positions inappropriées, de nature à entraîner des conséquences préjudiciables aux femmes.
Le Conseil national de Régulation de l’Audiovisuel relève des manquements graves relatifs à la présentation de l’émission et imputables au chroniqueur, M. Songué DIOUF et au présentateur de ladite émission, M. Khalifa DIAKHATE.
Sur la responsabilité du chroniqueur
Le plateau de l’émission a servi de prétexte au chroniqueur pour faire d'un sujet aussi grave, un objet de dérision, en affirmant, pour justifier les cas de viols dont sont victimes les femmes, que ces dernières sont les responsables de leurs propres viols, à cause de leurs choix vestimentaires ou de leur plastique.
De tels propos sont d’une gravité extrême si l’on sait que des femmes sont :
- violées, violentées et tuées ;
- mises au ban de la société, rejetées par leurs familles ou données en mariage à leur violeur ;
- données en mariages précoces ou forcés à la suite de viol.
Sur la responsabilité du présentateur
Le présentateur, loin d’arrêter la dérive, a enfoncé le clou, en banalisant auprès des autres intervenants, la désinvolture du chroniqueur. Un tel comportement est d’autant plus grave qu’il est attendu d’un présentateur qu’il exerce son rôle qui est de rappeler à l'ordre les participants à l’émission et de faire la police de son plateau.
De telles pratiques constituent une violation de la réglementation et des principes régissant les acteurs des médias, notamment :
- les articles 7 et 9 de la loi 2006-04 du 04 janvier 2006 portant création du CNRA qui appellent à sauvegarder l’enfance et l’adolescence dans les contenus des programmes et à respecter l’honneur et l’intégrité de la personne humaine ;
- les articles 20 et 21 du cahier des charges relatifs, respectivement, à l’obligation de ne pas inciter à des pratiques ou comportements délinquants ou inciviques et celle de veiller au respect de l’image, de la dignité, de l’honneur et de la réputation de la personne humaine.
Le CNRA enjoint la Direction de la chaîne de télévision, à mettre un terme définitif à de pareils manquements et à éviter toute rediffusion de l’émission du 09 mars 2018, sous peine de l’application des sanctions prévues par la loi.
Par ailleurs, le CNRA, conformément à sa mission de veiller au respect de la réglementation, appelle tous les médias à prendre les précautions nécessaires, chaque fois que des sujets concernant une catégorie de la société ou des sujets dits sensibles sont traités ou abordés, et à toujours veiller à se conformer à la réglementation.

PiccMi.Com

Mardi 13 Mars 2018 - 23:53



Réagissez à cet Article

1.Posté par Noemie le 14/03/2018 13:24

Après 4ans de mariage je suis tombée enceinte JE VOUS FAIT UN TÉMOIGNAGE MIRACULEUX Salut je m'appelle Noémie et je voudrais partager une histoire incroyable que j’ai traversé il y a de cela 3 ans. Juste après le mariage mon mari et moi avions décidé d’avoir un enfant, sans savoir que nous nous sommes engagé dans un problème sans fin, 2 ans après le mariage je n’arrivais toujours pas à tomber enceinte ce qui commençais sincèrement à nous inquiéter, dans la troisième année mon mari a décidé que je suive des traitements appropriés dans différent centre de santé sans aucun résultat. J’étais complètement désespéré. Mais par la grâce de Dieu l'une de mes amiequi avait eu ce genre de problème et dont elle a euc satisfaction par le biais d'un ... nommé HOUNON AZE GUÉRISSEUR TRADITIONNEL ( chercheur en Médecine Africaine ). Au premier abord lorsqu'elle m'avait parlé de ce Mr je croyais pas j'avais des doutes et un peur et ne savais m'engager ou pas mais au fur des jours vu ma situation elle insiste à ce que j'aille faire au moins la connaissance du maître en question, j’en ai parlé à mon mari et c’est de la que nous avions décidé ensemble de contacter se monsieur pour le même problème, et c'est comme cela que je suis heureuse aujourd'hui en vous parlant.Le maître nous a donné des recommandations à suivre après un rituel effectué par lui-même et des tisanes à base des plantes, c’est là il nous a donné un délai de 3 mois, je vous assure qu’au bout de 1 mois j’ai commencé à avoir des nausées et j’ai immédiatement effectué un test de grossesse qui s’est révélé positif.Mon mari étais très content et moi aussi J’ai retrouvé la joie de vivre grâce au maître et je vous le recommande vivement si vous aviez le même problème ou d'autres. Vous pouvez le contacter sur DAH AZE HOUNON MAITRE VOYANT, GUÉRISSEUR TRADITIONNEL (chercheur en Médecine Africaine ), Email: feticheurchango@gmail.com / Tel: 00229-66-54-77-77 whatsapp ou Viber : 00229-66-54-77-77

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.