contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Assassinat du tailleur sénégalais à coups de hache à Banconi : Son épouse Maïmouna Djiba avoue le crime



Ce crime macabre défraie la chronique à Bamako depuis la découverte du corps de la victime, le 3 octobre dernier. Enveloppé dans des sacs de riz cousus, le cadavre a été jeté comme des ordures à la Place CAN devant les entrepôts de la société chinoise COVEC. Grâce à la perspicacité de la police du 14ème arrondissement, son épouse, Maïmouna Djiba, a finalement reconnu le crime. Elle aurait agi seul, mais son amant, un certain Roger, l'a aidée à se débarrasser du corps.



'épouse de la victime Maïmouna Djiba et son amant Roger
'épouse de la victime Maïmouna Djiba et son amant Roger
Trois jours après la découverte du corps, la brigade de recherches du 14 ème arrondissement a pu identifier la victime. Il s'agit d'un tailleur sénégalais du nom d'Abdoulaye Pathé Mané, demeurant à Banconi et exerçant sa profession à Korofina.

Son épouse, Maïmouna Djiba, a reconnu le crime. Elle a tenté de nier les faits dans un premier temps, mais elle sera très vite confondue par les limiers lors de la perquisition effectuée au domicile conjugal.

La découverte des habits du défunt dans la chambre à coucher, en plus de la clé de son atelier et de sa carte consulaire retrouvées dans ses poches, ont convaincu les enquêteurs que le crime a bien eu lieu à domicile.

En effet, la victime était déshabillée au moment où son corps a été retrouvé abandonné au bord de la route à la Place CAN.

Ensuite, le pilon détaché de son mortier et caché derrière la cuisine de la maison (chose inhabituelle car les deux vont ensemble) et la hache trouvée enroulée dans un petit matelas tâché de sang, ont eu raison de la résistance de Maïmouna qui a fondu en larmes avant de reconnaître qu'elle est l'auteur de l'assassinat.

Elle a assommé son mari avec un coup de pilon en plein crâne, avant de l'achever en s'acharnant sur lui avec une hache.

Après son forfait, elle a pris le soin de nettoyer les taches de sang et a enfermé le corps dans sa toilette intérieure jusqu'au lendemain à 13 heures, l'heure du rendez-vous habituel avec son amant Roger à 200 mètres de la maison, pour demander à ce dernier de l'aider avec des conseils.

Sur la base des indications de Roger, elle a fait confectionner par un couturier ambulant un emballage spécial avec des sacs de jute pour y enfermer le corps avant de le transporter à bord d'un taxi, sur la banquette arrière. Il ne restait plus qu'à jeter ce colis incommodant à la Place CAN, lieu choisi par Roger qui habite à Sébénicoro.

Ce dernier est un Ivoirien qui représente une société à Bamako. Il est marié et père de quatre enfants. Il a été mis sous mandat de dépôt tout comme son amante Maïmouna. Il faut noter que Maïmouna est une femme volage. Son mari a découvert qu'elle avait deux amants et c'est pourquoi il avait décidé d'épouser une Malienne avec qui il avait déjà eu un enfant. Mais malgré son infidélité, Maïmouna est d'une jalousie maladive.

Elle avait l'habitude de menacer son mari de mort si jamais celui-ci s'entêtait à prendre une autre femme. Menace mise finalement à exécution, sans se soucier des deux enfants issus de leur union.

Amadou Bamba NIANG
MaliWeb.net

© PiccMi.Com - Le Magazine du Web Sénégalais

Mardi 19 Octobre 2010 - 17:04



Réagissez à cet Article

1.Posté par ass le 19/10/2010 15:12

mais dans quel monde vit on ?

2.Posté par soubhanalah le 19/10/2010 15:15

soubhanalah

3.Posté par cire ba le 19/10/2010 15:27

prison a vie pour cette debile mentale , cest vraiment afreux ce ui se passe dans cette vie maintenant personne n'est en securite , meme ta propre femme te tue cest grave

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.