contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



BABACAR TOURE, PRESIDENT DU CONTAN SUR LA TRANSITION NUMERIQUE : «NOUS Y SOMMES, NOUS Y VOILÀ»





BABACAR TOURE, PRESIDENT DU CONTAN SUR LA TRANSITION NUMERIQUE : «NOUS Y SOMMES, NOUS Y VOILÀ»
Le Sénégal est entré de plain-pied depuis hier, mercredi 17 juin, dans une transition progressive vers la Télévision numérique terrestre (Tnt). Respectant, par ricochet, le rendez-vous pris devant la communauté internationale en 2006, à Genève, au cours d’une rencontre de l’union internationale des Télécommunications (Uit). Le président du Comité national de pilotage de la transition de l’analogique vers le numérique (Contan), Babacar Touré, a rappelé que le basculement se fera progressivement avec une cohabitation de la télévision en mode de réception analogique. Non sans avoir indiqué que le téléspectateur peut adapter les opportunités du passage audiovisuel à ses contraintes horaires avec le rattrapage des programmes diffusions à son absence dans le sens d’élever son niveau de culture, d’informations. Il a fait cette déclaration hier, lors de la cérémonie marquant le basculement du Sénégal vers le numérique, tenue à la salle des banquets du palais de la République, en présence du maître des lieux.

A l’instar de nombreux pays dans le monde, surtout en occident, le Sénégal a effectué hier, mercredi 17 juin 2015, le basculement de l’analogie vers le numérique. Il honore ainsi un rendez-vous pris par tous les membres de l’Union Internationale des Télécommunication (Uit) qui ont décidé unanimement en 2006 de passer de la télévision émettant en mode analogique à la télévision en mode numérique à la date butoir du 17 juin 2015. Inédit pour le Sénégal d’autant plus qu’il est le seul pays en Afrique francophone à respecter cet engagement. Il s’inscrit à la constellation de seulement 5 pays en Afrique à se targuer d’avoir atteint avec efficacité et efficience cet objectif fixé par l’Uit. « Nous y sommes, nous y voilà », affirme avec satisfaction le président du Comité national de pilotage de la transition de l’analogique vers le numérique (Contan), Babacar Touré, à la cérémonie de lancement du processus de transition tenue à la salle des Banquets du palais de la République. Avant de rappeler que le processus de basculement se fera de manière progressive. Il explique d’ailleurs que « les régions de Dakar, Thiès, Kaolack et Diourbel disposent déjà d’une infrastructure de Télévision numérique terrestre (Tnt) et sont prêtes à accueillir le signal.

L’installation des sites de diffusion dans les autres régions se poursuit de manière progressive, organisée et ordonnée. Dans quelques semaines, la Casamance sera fonctionnelle. Le centre de multiplexage est opérationnel depuis au moins 6 mois ».
Affirmant que les foyers seront en mesure de capter le signal de la Tnt qui sera assurée à nos compatriotes à une dimension de l’univers des télécommunications, le président du Conseil national de régulation de l’audiovisuel (Cnra) estime que « les moments passés devant la télévision ne seront plus un simple moment de contemplations passives mais dorénavant le téléspectateur peut adapter les opportunités du passage audiovisuel à ses contraintes horaires avec le rattrapage des programmes diffusions à son absence ».

Cohabitation analogique et numérique

Face à des opérateurs nationaux créatifs et engagés pour arriver à un tel niveau de réalisations du processus de transition, il est utile, selon M. Touré, de rappeler que « la télévision en mode de réception analogique que nous avons connue ne disparaitra pas ». Et d’ajouter : « il s’agira d’une cohabitation qui durera le temps qu’il faudra. Il a fallu reconfigurer le niveau d’exigence sur la composition et les possibilités que notre téléviseur comporte face à une demande spécifique qui intègre les évolutions futures ».

Baliser l’autoroute de l’information

Relevant l’incongruité et l’incompatibilité du fait d’avoir d’excellentes autoroutes, de belles corniches fréquentées malheureusement par des charrettes, des vaches et des troupeaux, le Président du Cnra affirme que « les autoroutes de l’information balisées doivent nous faire entrer de plain-pied dans la modernité avec une offre et une demande de programmes dans le sens d’élever le niveau de culture, le niveau d’informations, promouvoir les valeurs positives et de rester nous-mêmes. Moderniser ne veut pas dire occidentalisation ».

Sud quotidien


Jeudi 18 Juin 2015 - 10:48



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.