contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
PiccMi.Com



Bira Gaye Guèye, inventeur d’un torrefacteur : Un autodidacte préoccupé par la transformation des produits locaux





Bira Gaye Guèye, inventeur d’un torrefacteur : Un autodidacte préoccupé par la transformation des produits locaux
Bira Gaye Guèye a fait son chemin dans le métier de menuisier métallique. Ce sexagénaire vient de fabriquer un torréfacteur de l’arachide, de café, d’anacardier. Il a réussi à incorporer un système qui maintient la température extérieure à des niveaux faibles pouvant fonctionner avec le gaz butane, avec la manivelle ou encore avec le méthane.
Au cœur de la zone industrielle de la Sodida, un imposant hangar est visible à partir de plusieurs mètres. Les ronronnements des moteurs, les cliquetis empêchent de bien attendre à la devanture de l’atelier de Bira Gaye Guèye. Le portail en fer s’ouvre et nous voici dans un parc de ferraille. La plateforme est grouillante.

Pourtant, elle ne tourne pas à plein régime ce mercredi 13 août 2014. Plus de 150 ouvriers travaillent sous la direction de l’artisan, Bira Gaye Guèye, lorsqu’il gagne d’importants marchés. Cet autodidacte a formé plusieurs centaines de menuisiers métalliques. Lui qui n’est pas passé par des écoles de formation a reçu des élèves sortants du Lycée Maurice De La Fosse en stage. « Nous avons reçu ici des élèves de Maurice De la fosse en stage. J’ai formé plusieurs artisans », raconte le sexagénaire. L’artisan a un riche passé professionnel qui a débuté à l’ancien garage des travaux communaux de Repos-Mandel, depuis une trentaine d’années. Il se projette dans l’avenir. Il tente bien de concrétiser ses idées. Sous l’imposant hangar, un tonneau posé latéralement sur un support métallique est équipé d’une manivelle.

Celle-ci permet d’ouvrir le tonneau à partir de l’extérieur, de découpler la consommation énergétique avec le groupe électrogène. Sur une paroi cylindrique, deux orifices carrés facilitent la mesure de la température intérieure à partir de l’extérieur à l’aide d’un appareil ayant la forme d’une torche. Le matériau, la laine de roche, sépare le tonneau intérieur de celui de l’extérieur. C’est ce mécanisme qui différentie fondamentalement cette machine de torréfaction avec les autres que l’on trouve un peu partout dans les villes et les villages du Sénégal et dans autres pays de la sous-région.
« Cet appareil est équipé d’un moteur réducteur qui fait tourner le tambour, et grâce à la laine de roche, la température à l’intérieur n’est pas la même que celle de l’extérieur. C’est la grande différence avec les autres torréfacteur », explique l’artisan. Un bac sur des roulettes recueille des produits transformés après le passage sous une haute température. « Cette machine peut, à la fois, torréfier des arachides, de l’anacarde, du café », explique l’inventeur. Sa capacité est de 1,5 ou 2 tonnes par jour en rotation continue. Les tests ont donné des conclusions encourageantes. L’artisan veut aller plus loin avec son ambition de diversification de l’usage du torréfacteur. Puisqu’il projette de greffer un autre mécanisme pour produire de la vapeur. « Je suis sur le point de le breveter, mais je veux aussi produire de la vapeur pour étuver les anacardes », révèle le menuisier métallique.

La machine est mise en marche avec le gaz butane. Elle peut aussi fonctionner avec le méthane produit grâce aux biodigesteurs alimentés avec des épluchures de légumes, des restes d’aliments et tout ce qui se décompose à l’absence de l’air. « Avec les biodigesteurs, on peut avoir une autonomie en énergie aussi bien en ville que dans la zone rurale pour faire fonctionner le torréfacteur », rassure Bira Gaye Guèye.

Le Soleil

Samedi 23 Août 2014 - 14:13



Dans la même rubrique :
< >

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.