contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Bourses : plus de "35 000 non ayants droit" retirés de la base de données





Bourses : plus de "35 000 non ayants droit" retirés de la base de données
Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (MESR) a annoncé samedi le retrait de plus de "35 000 non ayants droit" de la base de données des bourses universitaires, chiffrant le préjudice annuel à plus de dix milliards de francs CFA.

‘’Ce sont plus de 35 000 non ayants droit qui ont ainsi été retirés de la base de données des bourses. Parmi ceux-ci un grand nombre de boursiers du troisième cycle. Le préjudice annuel dépasse dix milliards’’, indique-t-il dans un communiqué parvenu à l’APS.

Le MESR souligne que ‘’la mise en œuvre de la nouvelle politique des bourses a également permis le nettoyage du fichier de la Direction des Bourses où figurait un grand nombre de non ayants droit, nombre d'autant plus grand, compte non tenu des nouvelles attributions’’.

Il ‘’tient à rassurer que les procédures d’attribution des bourses et allocations d’études ont été effectuées dans le souci exclusif de l’équité et de la transparence conformément à la nouvelle politique des bourses’’.

Il ajoute qu’’’il est demandé à tout étudiant se considérant omis par la mise en œuvre desdites procédures, d'envoyer à l'adresse mail suivante bourses@mesr.gouv.sn une réclamation’'.

Ce faisant, il doit préciser ‘’son prénom, nom, date et lieu de naissance, l'année d'obtention du bac, la filière suivie, le niveau d'étude ainsi que l'année de sa première inscription au dit niveau ; le tout accompagné d'une photocopie scannée de sa carte nationale d'identité’’.

‘’Une réponse relative à son statut d'ayant ou de non ayant droit lui sera donnée dans un délai de 72 h’’, indique le MESR.

APS

Dimanche 17 Août 2014 - 20:39



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.