contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



CINQ ANS DE TRAVAUX FORCES A CHERIF DANFA : La domestique avait étranglé son enfant au moment de l’accouchement





CINQ ANS DE TRAVAUX FORCES A CHERIF DANFA : La domestique avait étranglé son enfant au moment de l’accouchement
Originaire de la Casamance, Chérif Danfa, 22 ans n’a pas été gâtée par la vie. Vivant avec ses deux parents, la jeune fille, illettrée avait très tôt con-
tracté une grossesse. Elle avait en effet, été enceintée par un certain Yaya Séne, un homme marié et père de trois enfants. Mais pour des prob- lèmes de caste, ses parents avaient refusé de la donner en mariage, à cet homme qui l’engrossera trois fois de suite. Intransigeants, les parents de la fille, refuseront toujours de donner la main de leur fille à son amant casté. En 2009, alors que son premier enfant avait trois ans et son second enfant, deux ans, Cherif Danfa, tombera une fois de plus enceinte. Sa mère qui ne s’expliquait toujours pas le comportement de sa fille, avait dans le cas d’espèce décidé de la donner en mariage à son homme. Elle avait 6 mois. Ne voulant pas que son père apprenne la nouvelle, sa maman lui conseillera de venir à Dakar, jusqu’à son accouchement.
C’est ainsi qu’elle a été employée comme domestique au domicile de la dame Aminata Guèye qui ignorait son état. Le 18 avril 2009, prise par une diarrhée aigue, elle accouchera chez sa patronne, alors qu’elle était seule dans la maison avec la lingère Astou Ngom, au moment du déclenchement du travail. C’est ainsi qu’au moment de l’accouchement, elle a tiré le nouveau-né, en le saisis- sant par le cou. Un geste qui a occasionné au bébé des blessures qui ont entraîné sa mort. Ayant entendu ses cris de douleurs, la lingère l’avait rejointe et assistée dans la phase finale de l’ex- pulsion avant de la conduire au centre Nabil Choucair.
Là, le médecin chef, a en effet, constaté que l’enfant de Cherif Danfa était mal en point et présentait des blessures au cou et à la tempe gauche. Ayant conduit le nouveau-né au bloc, pour les premiers soins, le médecin chef, avait vite conclu à une tentative d’infanticide par étranglement. C’est d’ailleurs dans ces circonstances qu’il avait avisé le commissariat des Parcelles Assainies. Traduite devant la Cour D’assises, la jeune dame a dans un premier temps expliqué à la barre, qu’elle n’avait jamais tué l’enfant, sinon elle ne l’aurait pas amené à l’hôpital pour une consultation. Seulement, pressée de questions, elle a plus tard expliqué, que c’est peut-être la façon de tirer l’enfant, qui l’a étranglé.
Des propos qui n’ont pas convaincu l’avocat général. Dans son réquisitoire, il a rappelé que l’accusé avait avoué son acte au médecin, en lui confiant avoir étranglé son enfant dés sa première apparition, car ni ses parents, ni son petit ami n’accepteraient sa grossesse. Des aveux, qu’elle avait réitérés selon l’avocat général, à la police, comme à l’enquête préliminaire. Toutes choses, qui font, qu’il a requis 10 ans de travaux forcés à son encontre. Pour sa part, la défense a plaidé l’acquittement, sous prétexte que les dispositions sur la base desquelles, sa cliente est poursuiv- ie, ne sont pas établies. Chérif Danfa a finalement été condamnée par la Cour à cinq ans de travaux forcés.

Ndèye Anna NDIAYE

source: Populaire


Vendredi 23 Décembre 2011 - 14:13



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.