contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
PiccMi.Com



CIRCULATION DE L’ARGENT DE LA LUTTE AU SENEGAL : Le Cng donne une leçon de transparence dans la gestion





CIRCULATION DE L’ARGENT DE LA LUTTE AU SENEGAL : Le Cng donne une leçon de transparence dans la gestion
Le Cng s’est acquitté de sa mission de communiquer sur la gestion des fonds mis à sa disposition.

Où va l’argent de la lutte ? Cette question a été maintes fois posée au Comité national de gestion (Cng), qui s’est toujours refusé à la polémique. Au motif que l’instance n’a de compte à rendre qu’à l’autorité de tutelle, c’est-à-dire le ministère des Sports qui lui a délégué des pouvoirs. Et comme l’a laissé entendre son président, Dr Alioune Sarr, ceux qui émettaient des réserves sur le bon usage des deniers publics et privés gérés ont été déçus à la lecture du rapport financier. Car, c’est une vraie leçon de transparence dans la gestion financière que le Cng a donnée aux autres acteurs de la lutte.
Le document d’une quarantaine de pages retrace, au détail près, tous les mouvements effectués au courant de la saison 2010-2011. Et ce sont les opérations concernant les activités nationales (lutte avec frappe et lutte sans frappe), le tournoi de la Cedeao, le drapeau du chef de l’Etat et le Championnat d’Afrique de lutte olympique.

335 263 750 Cfa enregistrés en 2010-2011
En application de l’arrêté N°9542 Ms/Daps, la défunte saison de lutte s’est déroulée du 3 novembre 2010 au 31 juillet 2011. Au courant de cette saison, le Cng a enregistré des recettes de 335 263 750 francs Cfa. Ces entrées d’argent sont constituées de droits de licence de promoteurs (11 300 000), des réservations de dates (21 900 000), des droits d’organisation (27 135 000), des sanctions financières (16 997 000), des droits d’affiliation (130 000), des reliquats de lutteurs (246 337 000), des droits de licences des managers (1 400 000), des recours (300 000) et des primes et suprimes assurances (4 832 750).
Dans sa gestion, le Cng a eu à effectuer deux sortes de dépenses : dépenses directes sur les galas de lutte (reliquats lutteurs, indemnités des arbitres, médecins, superviseurs et manœuvres) pour 236 304 700 et dépenses de fonctionnement et des opérations diverses (fonctionnement courant du Cng et diverses actions d’appui en faveur des tiers) à hauteur de 50 984 292.
Au total, pour le compte de la saison sportive classique, ce sont 47 974 000 francs qui sont restés disponibles dans la caisse. Toutefois, le document précise que ce chiffre ne tient pas compte des contributions du Cng aux événements sportifs annuels de lutte (drapeau du chef de l’Etat, tournoi de la Cedeao et Championnat d’Afrique de lutte olympique).

Organisation déficitaire des compétitions
Que ce soit le drapeau du chef de l’Etat ou les compétitions internationales, le Cng a connu une organisation déficitaire. Concernant la 14e édition du drapeau du chef de l’Etat que la ville de Diourbel a abrité (9 -11 mai 2011), le déficit est de 24 910 550 francs. Un gap que le Cng, qui a encaissé des recettes de 18 500 000 (Présidence, responsables politiques et agent marketing) et dépensé 43 410 550 (récompenses, hébergement et restauration), a comblé.
S’agissant du tournoi de la Cedeao, le déficit s’élève à 2 275 597 francs pour des recettes de 30 960 360 contre 33 235 957 de dépenses. Enfin, le Cng a du mettre la main à la poche pour prendre en charge le déficit de 42 717 987 francs occasionné par l’organisation des Championnats d’Afrique. Un événement qui a nécessité des dépenses de 87 658 487 pour des recettes de 44 940 500.
Youssouph BADJI

source: Populaire


Lundi 5 Décembre 2011 - 15:27



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.