contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



CM 2014 : La France s'impose dans la douleur face au Nigeria



Au terme d'un match laborieux, la France s'impose dans la douleur. Les Bleus réalisent l'essentiel en battant une vaillante équipe nigériane qui a manqué de jus dans la dernière demi-heure, et n'a su se montrer aussi efficace que les Bleus devant le but.



CM 2014 : La France s'impose dans la douleur face au Nigeria
Le match

La communion des Bleus, après l’ouverture du score de Pogba (80e), en a dit long sur leur soulagement. Pendant quatre-vingt minutes, les joueurs de Didier Deschamps ont trouvé un mur nommé Enyeama sur leur chemin. Il a fini par se fissurer et Griezmann en a profité pour pousser Yobo à la faute dans le temps additionnel (90e+2). Mais ce succès n’occultera pas les difficultés que Benzema et ses équipiers ont rencontrées pour accéder aux quarts de finale. Pendant 20 minutes, ils ont souffert face aux attaques rudimentaires, mais finalement dangereuses des Super Eagles. Il a fallu que son milieu monte (enfin) en régime pour observer du mieux, mais Enyeama a écoeuré Pogba (23e), mais surtout Benzema qui aura dû attendre de retrouver une position axiale (après la sortie de Giroud à la 62e) pour se montrer dangereux (70e, 77e, 79e). L’attaquant a buté sur le portier lillois, suppléé par Moses (70e), puis par sa barre transversale sur une frappe de Cabaye (77e). Pas Pogba dont la tête a mis les Bleus sur la route de Rio où les attend désormais l’Algérie ou l’Allemagne en quart de finale.


Le tournant qui n'a pas eu lieu

Les Bleus ne pourront pas se plaindre de l’arbitrage. Après Pogba face au Honduras, Giroud pour son pied dans l’œil de Von Bergen face à la Suisse, puis Sakho dont le coup de coude sur Minda avait échappé à l’arbitre face à l’Equateur, un nouveau joueur de Didier Deschamps aurait pu rentrer un peu plus tôt au vestiaire : Blaise Matuidi. Moins à son avantage qu’à l’accoutumée, le milieu de terrain du PSG est passé tout près de l’expulsion à la 55e minute. Auteur d’une vilaine semelle sur la cheville d’Onazi, il n’a finalement récolté qu’un carton jaune. Une décision maintenue par l’arbitre de la rencontre, Mark Geiger, malgré l’incapacité du milieu nigérian à reprendre la rencontre.


Le joueur : Hugo Lloris

Une bonne équipe s’appuie d’abord sur un grand gardien et sur un grand attaquant, a-t-on coutume d’entendre. Dans le cas des Bleus, le grand attaquant a longtemps fait défaut, mais le grand gardien, lui, a répondu présent. Alors que la défense tricolore semblait aux abois, à l’image d’un Patrice Evra à côté des ses crampons – et peu aidé dans son couloir gauche par Benzema - , Hugo Lloris a ramené comme il a pu un peu de sérénité. En première période, le portier de Tottenham a soulagé ses équipiers à deux reprises en s’imposant dans les airs (25e, 33e). Battu de près par Emenike, signalé en position de hors jeu (19e), il s’est montré décisif juste avant la pause sur une frappe de l’attaquant de Fenerbahçe (44e), avant de repousser une tentative d’Odemwingie à l’heure de jeu (64e). Il a remporté son match à distance avec Enyeama, auteur d’une prestation incroyable, mais qui, contrairement à lui, a commis l’erreur de trop : une sortie manquée dont a profité Pogba pour expédier les Bleus en quarts de finale.

lequipe.fr


Lundi 30 Juin 2014 - 21:15



Dans la même rubrique :
< >

Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.