contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



CODE DE LA PRESSE, CONVENTION COLLECTIVE DES JOURNALISTES, COTISATIONS SOCIALES : LE SYNPICS BAT LE MACADAM, VENDREDI PROCHAIN





CODE DE LA PRESSE, CONVENTION COLLECTIVE DES JOURNALISTES, COTISATIONS SOCIALES : LE SYNPICS BAT LE MACADAM, VENDREDI PROCHAIN
Le Syndicat des professionnels de l’information et de la communication du Sénégal (Synpics) a décidé d’organiser une marche de protestation, le vendredi 31 Juillet 2015 à partir de 14 heures. Elle partira de la place de l’Obélisque au Rond Point du Poste de la Médina où la lecture d’un Mémorandum est attendue. Les professionnels des médias entendent dénoncer le manque de volonté manifeste du gouvernement de Macky Sall de voter le Code de la Presse et les lenteurs observées dans les négociations pour l’application de la nouvelle Convention collective.

Ils ont enfin décidé de descendre sur le terrain pour exprimer leur ras-le-bol. Les professionnels de l’information et de la communication sont déterminés à en découdre avec le gouvernement. Malgré les mises en garde envoyées aux autorités étatiques lors de la fête internationale de la Presse, le 03 mai de chaque année, le Syndicat des professionnels de l’information et de la communication du Sénégal (Synpics) initie une marche de protestation pour se faire attendre. Le Syndicat des journalistes partira de la place de l’Obélisque jusqu’à la poste de Médina pour la lecture d’un Mémorandum le vendredi 31 Juillet 2015 à partir de 14 heures. Loin des Stylos et autres dictaphones. Cette marche traduit, souligne le Synpics, «une certaine exaspération des journalistes et techniciens des médias devant le manque de volonté manifeste du gouvernement de Macky Sall, de voter le Code de la Presse vieux de plus de 5 ans maintenant».

Rappelons que la dernière convention collective jugée «obsolète» pour plusieurs travailleurs des médias, remonte en 1992.
Pour contourner cette convention collective, certains organes ont adopté des conventions dites «conventions-maisons», pour permettre à leurs journalistes de vivre décemment.

D’aucuns préfèrent attendre la nouvelle adoption, alors que d’autres n’appliquent même pas celle de 1992.
Il sera question aussi pour le syndicat des journalistes de dénoncer «les lenteurs observées dans les négociations pour l’application de la nouvelle Convention collective des journalistes et techniciens des médias». Car, estime-t-il, «depuis l’ouverture officielle des négociations par le ministère du Travail, le Patronat a choisi d’appliquer la politique de la chaise vide, pour ne pas donner une suite à ces négociations».

Le Synpics entend, par ailleurs, dénoncer «le non-reversement des cotisations dans les caisses de la Caisse de sécurité sociale (CSS) et de l’Institut de prévoyance retraite (IPRES). Le constat, après étude, est que les dettes contractées sont colossales, alors que les prélèvements sont opérés tous les mois».

Ainsi le syndicat dirigé par Ibrahima Khaliloula Ndiaye appelle tous les journalistes et techniciens des médias, tous les camarades syndicalistes, toutes les organisations de défense des droits de l’homme et toutes les personnes qui se reconnaissent dans ce combat, pour venir participer à cette marche.

Sudquoti


Jeudi 23 Juillet 2015 - 13:26



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.