contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



COOPERATION ENTRE LE SENEGAL ET LE JAPON :Une enveloppe de plus de 8 milliards de Francs pour l’éducation et l’agriculture



Le Sénégal vient de signer un accord avec le Japon dans le but de booster le secteur agricole et redynamiser le système éducatif. Estimée à 8 milliards 500 millions, cette somme sert à la construction de salles de classes dans les régions de Louga et de Kaolack, mais aussi à l’achat d’engrais. La signature du contrat s’est déroulée hier au ministère de l’Economie et des Finances.



COOPERATION ENTRE LE SENEGAL ET LE JAPON :Une enveloppe de plus de 8 milliards de Francs pour l’éducation et l’agriculture
Le ministre de l’Economie et des Finances, Amadou Kane et l’Ambassadeur du Japon, Hiroshi Fukada ont procédé hier à la signature de deux accords. Cette signature entre dans le cadre d’une aide financière non remboursable du gouvernement du Japon. Estimé à 8 milliards 500 millions de francs Cfa, ce protocole concerne le secteur de l’éducation et de l’agriculture. Prenant la parole, SEM Hiroshi Fukada a souligné que le pays du Soleil Levant considère l’éducation comme un facteur important pour le développement d’un pays d’après sa propre expérience. « Le premier contrat de don concerne la construction de 240 salles de classes pour 20 collèges, dans les régions de Louga et de Kaolack, et ceci pour un montant de 6 milliards 800 millions de francs Cfa ». Pour M. Fukada, le domaine de l’éducation, de l’emploi et de la formation professionnelle, correspond à l’orientation de la coopération entre les deux pays. « Nous avons déjà construit environ 1800 salles de classes pour des écoles primaires et secondaires. Avec ce projet et un autre en cours dans les régions de Dakar et Thiès, le nombre total de salles de classes construites par la coopération japonaise atteindra 2.300. En plus de cela, nous exécutons diverses coopérations techniques afin d’améliorer la qualité de l’éducation » a-t-il fait savoir. Le contrat concerne aussi le secteur agricole qui, d’après le représentant du Japon, est d’une importance capitale. « Le 2e contrat de don permet de distribuer aux agriculteurs des engrais pour un montant de 1 milliard 700 millions de francs Cfa. Ce don d’engrais, laisse-t-il entendre, est une partie de trois projets pour répondre à l’appel d’urgence face au défit alimentaire ». Insistant sur la distribution des dons aux nécessiteux, M. Fukada lance : « j’espère que l’engrais mis à la disposition des agriculteurs défavorisés, sur lequel porte l’accord signé aujourd’hui, combiné à notre coopération technique, améliorera la production agricole et contribuera à la couverture durable des besoins alimentaires du peuple dans un proche avenir ». Avant de poursuivre : « Certes, au moment de la crise alimentaire, l’aide alimentaire montre son efficacité, mais mettre fin au cycle de la crise alimentaire et résoudre de façon radicale et durable le problème du déficit alimentaire, c’est autre chose. Il faut se projeter sur le long terme et mettre l’accent sur les ressources humaines ». Félicitant l’Ambassadeur du Japon, le ministre des Finances n’a pas manqué de rappeler la participation du Japon dans la réalisation de projets et programmes. Pour Amadou Kane « le Japon est présent dans beaucoup de domaine, notamment dans le secteur de l’éducation avec le centre de formation et de perfectionnement, qui forme de jeunes sénégalais et de la région Ouest-africaine dans les technologies les plus pointues ». La santé n’est pas en reste car grâce à la coopération entre les deux pays, des infrastructures sanitaires ont été réalisées dans les régions de Tambacounda et de Kédougou, pour un montant de plus de 8 milliards de francs Cfa. Ainsi que la réhabilitation de l’Institut d’hygiène sociale et du pavillon Saint-Louis de l’Hôpital Principal de Dakar, pour plus d’un milliard de nos francs. L’adaptation aux changements climatiques, avec l’équipement de services de lutte contre les feux brousse, la lutte contre l’insécurité alimentaire entre autres. Selon le ministre, il est impératif de « souligner le caractère non-remboursable de ces financements et leurs orientations sociales qui font qu’ils vont directement au bénéfice des populations démunies ».

PiccMi.Com

Mercredi 13 Juin 2012 - 09:37



Dans la même rubrique :
< >

Samedi 14 Octobre 2017 - 11:19 Côte d'Ivoire : crash d'un avion cargo


Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.