contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Ces mots de Essyl pour égrener ses maux : Manque de nourriture, d’électricité, d’ambulance…





Ces mots de Essyl pour égrener ses maux : Manque de nourriture, d’électricité, d’ambulance…
Situé dans le royaume de Mov Avii, le village d’Essyl, différent de Thionk Essyl, est une contrée habitée de Badials, un sous-groupe de l’ethnie Diola. Niché dans les bois, à quelques kilomètres de Ziguinchor, ce village est le berceau de beaucoup de cadres qui ont servi dans l’administration sénégalaise. Parmi lesquels on peut citer : feu Marcel Bassène et l’archevêque de Kolda.


Après avoir connu les affres de la rébellion, cette contrée de la région de Ziguinchor peine à sortir la tête de l’eau. Ce village, manque de tout. « Essyl est plongé dans le noir à partir de 18 heures. On vit à l’ère médiévale. Il n’y a pas d’électricité, ni encore de panneaux solaires pour éclairer le village. Et cela, est un danger pour les habitants. Les scorpions et autres serpents causent d’énormes problèmes aux habitants qui sont souvent victime de morsure », explique julien Bassène, le chef de village. Il ajoute : « nous avons des difficultés sur le plan alimentaire. Les greniers sont vides. Nous n’avons rien à mettre sous la dent. Nous n’avons pas les moyens de cultiver de grandes superficies, car les moyens manquent ». Mieux, suggère M. Bassène, il faut que l’État soutienne les jeunes issus des contrées du royaume Mof Avii, ils sont très fatigués. Et, malgré cette situation, ils restent dignes dans leur pauvreté. Personne n’a jamais entendu les populations de ce royaume marcher ou revendiquer ». Poursuivant, le chef de village fait savoir qu’Essyl souffre de beaucoup de maux. « Essyl n’a jamais bénéficié d’une aide de la part du gouvernement sénégalais depuis Senghor jusqu’à Abdoulaye Wade. Et, aucune autorité n’a foulé le sol du village pour s’enquérir des conditions de vie ». Par ailleurs, l’axe routier qui relie Essyl aux autres villages est dans un état chaotique, de Ziguinchor pour rallier Essyl sur une distance de 16,5, il faut presque une heure. Aujourd’hui, les habitants demandent la reconstruction de cet axe. « Notre vœux, c’est le bitumage de cet axe routier qui est pour nous le poumon économique de tout le royaume de Bandial ». La santé n’est pas mieux lotie, si l’on en croit les propos de Jean Diatta, un jeune du village. « Si on veut se soigner, il nous faut rallier Nyassia ; mais, si la maladie est grave, nous nous dirigeons sur Ziguinchor, mais il y a des risques, car la route est en si mauvais état que le malade risque d’y laisser la vie. A cela se greffe le manque d’ambulance. Et par conséquent, les évacuations se font par des charrettes ce qui est souvent fatal pour nos malades, surtout pour les femmes enceinte », a-t-il expliqué. L’activité principale des populations, reste l’agriculture et surtout la fruiticulture. Mais, celle-ci ne nourrit pas son homme, à en croire Olivier Bassène, un jeune du village d’Essyl. « On ne parvient pas à dépasser l’autosuffisance. N’ayant pas de matériels agricoles modernes, on ne cultive, pendant l’hivernage, que de petites superficies avec des outils rudimentaires ». Et il poursuit dans son diagnostic, « pour la pêche, on jette le filet pour juste avoir de quoi mettre dans la marmite. Les pirogues que nous utilisons sont usées, les filets on n’en parle pas », déplore-t-il. Aujourd’hui, les Essylois qui se disent dignes dans leur souffrance, demandent au gouvernement de leur fournir des vivres de soudure en cette période hivernale où tout manque.

l'Office

Vendredi 3 Août 2012 - 10:51



Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.