contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
PiccMi.Com



Ces mots et expressions qui font le Sénégal« ADUNA WORI NEEN LA » : Les mauvaises surprises de la vie





Ces mots et expressions qui font le Sénégal« ADUNA WORI NEEN LA » : Les mauvaises surprises de la vie
Traduit littérairement par la vie est une traitresse, le proverbe « aduna wori neen la » se définit, selon le docteur ès-en-lettres, spécialiste de la littérature orale, Massamba Guèye, par la relation que l’homme noir en général entretient avec la vie sur terre. « La vie sur terre étant considérée comme un passage éphémère, aussi bien pour les religions traditionnelles que pour les religions révélées, on nous dit de définir notre rapport au monde en sachant que c’est un traitre « aduna wori neen la » (la vie est une traitresse), indique-t-il. A travers ce proverbe, il faut comprendre qu’il ne faut pas penser que vous allez vivre éternellement car, tôt ou tard, la vie va vous décevoir. Le proverbe « Aduna wori neen la » est souvent prononcé par les Wolofs lorsqu’on chante les défunts. Par exemple, indique Massamba Guèye, quand on chante les disparus, les gens disent « aduna wori neen la » (je pensais que j’allais vivre éternellement avec telle personne mais la vie m’a trahi et l’a lâché, il est allé vers la mort).

« Aduna wori neen la » signifie aussi que lorsqu’on est sur terre, il ne faut pas penser à profiter uniquement de la vie ici bas mais on doit surtout penser à y laisser un champ positif pour la postérité. Autrement dit, ce monde est vu comme un alter ego, comme une personne qui agit. Et puisque c’est une personne qui agit, soit on en fait une charge soit une monture. « Danngey yenou aduna mba nga wor si aduna ». Tout en sachant que « bo yenno aduna mu wor la » (quand une personne se croit eternel sur terre et qu’elle définit sa vie par rapport à la relation charnelle et matérielle, elle est sûre d’aller vers une déception, parce que dans l’au-delà elle n’aura pas les prémices de ce que qu’elle a espéré dans le bonheur », souligne M. Guèye. Avant de poursuivre, « mais lorsque nous définissons la vie comme une étape de notre existence, alors ne soyez pas étonné et toutes les choses qui vont vous arriver seront des choses normales dont il faut vous entendre ». Pour l’éducation des enfants, les parents répétaient souvent cette expression : « aduna wori neen la » (ne soyez pas déçu, quoi qu’il advienne, c’est normal). « C’est pour cela que dans notre société, rares sont les gens qui se suicident ou qui sont dans un état de dépression parce que les parents nous apprennent dès le bas-âge que toutes les situations son normales, des plus belles au plus douloureuses. La preuve, lorsque des membres de la famille disparaissent dans un accident, on te dit « siggil ndiggale aduna wori neen la » (relève la tête pour ce qu’il y a entre nous, le monde ne fera que nous trahir car nous même nous allons tôt ou tard le quitter) », explique-t-il.

Maguette GUEYE DIEDHIOU
Le Soleil

PiccMi.Com

Lundi 20 Septembre 2010 - 09:25



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.