contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Claude Constantino, expert FIBA : « Que nos lionnes représentent dignement l’Afrique »



Le tournoi de basketball de la zone II bat son plein depuis quelques jours, au stadium Marius Ndiaye et les équipes présentes ne lâchent rien. Même s'il y a une différence de niveau. Le Sénégal et le Mali font figure de proue et leur rencontre de ce samedi sera un tournant décisif pour la désignation de la meilleure équipe.



Claude Constantino, expert FIBA : « Que nos lionnes représentent dignement l’Afrique »
Un rendez-vous qualificatif pour les championnats d'Afrique d'Abidjan et des prochains jeux Africains. Ce qui est t intéressant à tout point de vue. C'est pourquoi, tous les experts FIBA monde et Afrique sont à Dakar et parmi eux, Claude Constantino, qui a joué pendant des décennies sous le maillot du Sénégal, même étant d'origine du Cap-vert. Il a été capitaine de l'équipe nationale du Sénégal et a remporté le titre Africain, actuellement détenu par l'Angola.
Lors de la rencontre Sénégal/Cap-vert, il était présent et a accepté de nous accorder un entretien à la fin de la rencontre remportée par les Lions du Sénégal, avec beaucoup de nostalgie. « Le Sénégal, c'est mon pays. J'y ai grandi et joué pour le Sénégal. Le Cap-vert, c'est mon pays d'origine et c'est moi le père du basketball Cap-verdien. Je suis content de ce match, le Sénégal possède de bons joueurs, une bonne équipe même s'il y a encore beaucoup de choses à faire. Côté Cap-vert, on sent l'inexpérience de jeunes qui ne savent pas quand est-ce qu'il faut accélérer. Mais, je suis heureux d'avoir contribué au développement de ces deux pays. »
A Conakry, comme assistant technique, Claude a eu à faire un travail extraordinaire avec la fédération Guinéenne de basket. « Pour des raisons sociopolitiques que tout le monde connait, le travail a été stoppé. Il va falloir recommencer presqu'à zéro et je pense que d'ici peu, tout redeviendra normal. » Nous confie, l'ancien international Sénégalais.
Claude qui est à Dakar presque tous les deux mois, au moins pendant deux à trois jours, pour des missions FIBA Afrique, « pour voir sa famille d'abord, les amis après. Je parle beaucoup de basket aussi avec les responsables. Le Sénégal, c'est mon pays, je souhaite qu'il revienne au plus haut niveau et leader en Afrique. Là, je reste jusqu'à la fin du tournoi et ensuite je vais partir à Conakry pour quelques jours et ensuite je vais en mission pour FIBA Afrique. »
Il lui arrivait de donner quelques appuis techniques « à mon équipe d'origine, le Cap-vert, ce qui n'a pas plu aux Sénégalais, d'après ce que j'ai entendu, ils sont offusqués. Avec un autre pays je l'aurais fait pour que le Sénégal, mon pays, puisse continuer à travailler. Je suis Sénégalais et je reste Sénégalais donc, il faut qu'ils se mettent au niveau que le pays mérite. En Afrique on est encore loin. Il va falloir que l'on revoie toute la politique sportive de ce pays et je suis de ce qui prône le professionnalisme en Afrique. Je pense que ce n'est pas à cause de ce match que le pays ne m'aimera pas. L'Angola qui est le seul pays pro en Afrique nous donne une leçon. Il faut penser à d'autres structures pour que l'on ait un autre basket. Nos filles, je leur souhaite un bon championnat du monde, qu'elles représentent digne l'Afrique » a dit l'expert FIBA Afrique. 


Source SENESPORT.INFO

M.S.

Samedi 14 Août 2010 - 20:38



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.