contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Colère noire de détenteurs de passeports diplomatiques



Les détenteurs de passeports diplomatiques sénégalais font encore parler d’eux. Il s’agit surtout de ceux qui souhaitent faire renouveler leurs titres et ceux qui estiment être en droit de l’acquérir.



Ils en veulent particulièrement au Ministre des Affaires étrangères notamment à son Directeur de cabinet parce que, depuis au moins un mois et demi, les passeports diplomatiques ne sont plus délivrés ou renouvelés.
La raison officielle invoquée, c’est l’absence de talons permettant ainsi de confectionner les documents.
Une situation qui cause de nombreux désagréments à ces Sénégalais à qui le retard a causé de sérieux problèmes. La plupart d’entre eux doivent voyager et comptaient sur un renouvellement ou une délivrance rapide, normalement fixée à 10 jours après la demande.
Certains parmi eux n’hésitent pas à pointer du doigt le DC du Ministre.
En tout état de cause, depuis décembre 2017 jusqu’à tout récemment, la délivrance de passeports diplomatiques sénégalais a fait l’objet de polémiques assez vivaces.
Les Etats-Unis ont d’abord ouvert les hostilités, allant même jusqu’à demander aux autorités sénégalaises d’être regardantes sur la délivrance de ce titre. Car, semble-t-il, certaines personnes bénéficiaires ne se seraient pas acquittées de dettes contractées dans des cliniques et hôpitaux américains.
Ensuite, la polémique a gagné l’Union européenne, surtout quand tout récemment, elle a failli prendre une mesure allant dans le sens de limiter les effets juridiques et les privilèges liés à l’acquisition de ce titre et que c’est l’Espagne qui aurait ‘’sauvé’’ le Sénégal en mettant son véto.
Une situation qui ne pouvait rester sans conséquence de la part des autorités sénégalaises, directement interpellées par une situation qui prenait une certaine ampleur.
En effet, le Gouvernement sait que s’il maintenait le statu quo, d’autres scandales allaient survenir et mettre notre pays dans une situation inconfortable.
Même si aucune mesure n’a jusqu’ici été rendue publique, tout indique que les autorités sont en train de réfléchir à la manière de mettre de l’ordre dans la délivrance de ce titre ô combien important, parce que pouvant conférer au porteur des privilèges assez importants comme l’immunité diplomatique.
Le retard ainsi observé peut avoir effectivement pour motif de chercher à remettre de l’ordre, étant entendu que beaucoup de personnes jugées non-aptes en étaient manifestement détentrices.
Il fut un moment, surtout au temps du Président Wade, où le passeport diplomatique faisait l’objet de douteuses opérations financières et était un instrument efficace d’enrôlement de la classe maraboutique et de certains citoyens.
Or, l’Etat a le pouvoir discrétionnaire d’en délivrer comme de ne pas le faire. Il peut aussi ne pas le renouveler. Cela relève de ses prérogatives.
En conséquence, ce que l’on peut reprocher au Ministère, c’est de ne pas donner la bonne information. L’histoire du talon, nous n’y croyons pas du tout.
En conséquence, il est important que les citoyens soient édifiés sur les tenants et les aboutissants afin qu’ils puissent prendre les mesures qui s’imposent.
Ceci est d’autant plus nécessaire qu’il n’est pas superflu de bien communiquer sur la délivrance de ces passeports, ne serait-ce que pour apaiser les inquiétudes des partenaires du Sénégal.
Ils ont besoin de savoir qu’ils peuvent faire confiance à notre pays et que tout détenteur le mérite vraiment.
A contrario, les heureux élus doivent pouvoir acquérir leurs documents afin d’éviter que leurs activités n’en pâtissent. (Assane Samb/Rewmi)

PiccMi.Com

Mardi 25 Septembre 2018 - 12:57



Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.