contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
PiccMi.Com



Comment fédérer les diasporas africaines ?



Vendredi 22 juin, le premier Forum des diasporas africaines et méditerranéennes s'est tenu au Palais des Congrès de Paris, organisé par l'Institut de prospective économique du monde méditerranéen (IPEMED), sous le Haut Patronage d'Emmanuel Macron. Si l'initiative est ambitieuse, les membres des diasporas, relais d'une chaîne économique européo-africaine en perte de vitesse, peinent encore à se fédérer...



« L'Afrique n'a pas besoin de charité » a lancé Jean-Louis Guigou, Directeur de l'IPEMED, dès la séance inaugurale insistant sur le changement de paradigme selon lequel la « co-construction » des échanges, remplace désormais la stratégie de développement. Les intervenants ont donc cristallisé leur attention sur la contribution économique des diasporas dans le renforcement des échanges transméditerranéens. Pierre-Yves Pouliquen, Directeur Général de Suez Afrique, Chakib Benmoussa, Ambassadeur du royaume du Maroc en France ou encore Lionel Zinsou qui représentait la banque d'affaires SouthBridge, avaient répondu présents.
« Nous ne pensions pas avoir autant d'affluence. C'est une fierté » s'est félicité Marc Hoffmeister, Commissaire général de cette édition qui a rassemblé plus de 2.000 visiteurs, près d'une centaine de leaders d'opinion mais aussi des dizaines d'exposants. L'absence remarquée de personnalités du gouvernement, n'a pas terni son enthousiasme : «C'est un évènement 100% privé [NDLR : budget de 240.000 euros]. Nous voulons annualiser le forum et nous présenterons un livre blanc d'ici septembre.»
Sous « l'arbre à palabre » dressé au cœur de l'évènement, les projets les plus divers des entrepreneurs de la diaspora, se disputaient l'attention des visiteurs tandis que le concours de La Banque postale félicitait les projets les plus prometteurs. « Nous avons récompensé le projet d'économie circulaire à impact PneuPur, qui recycle et valorise le pneumatique usagé » explique Lilia Ferhouh, Chef de projet au sein de la direction Innovation du groupe. MyFund Team (crowdfunding pour l'Art) et Kilimandjaro Ice Cream (contre le gaspillage des fruits) campent respectivement les 2 et 3èmes places du concours. Les 3.000 euros de prix ont été répartis entre les trois lauréats.
Capter les capitaux de la diaspora africaine en Occident
« Les 2 et 3èmes générations n'ont plus la préoccupation de financer les villages. Ca, c'est du passé ! Ils veulent investir dans des projets innovants ou dans l'immobilier» explique le commissaire général. Malgré leur « accès facilité à l'information » dans leur pays d'origine, qui s'avère être un atout majeur selon Nourredine Hajji, DGA d'EY en Tunisie, encore faut-il favoriser le retour règlementaire et fiscal d'une diaspora éduquée dans les meilleures écoles et universités occidentales, qui exige des garanties.
L'Ambassadeur du royaume du Maroc, Chakib Benmoussa rappelle justement qu'à ce jour, 5 articles constitutionnels sont consacrés à la diaspora marocaine qui représente 15% de la population répartis dans une centaine de pays. «La diaspora change. Elle se féminise et s'intègre mieux dans les pays d'accueil» a-t-il rappelé, soulignant que «le retour de la diaspora n'est plus une priorité» avant de conclure que le Maroc s'est d'ores-et-déjà organisé en conséquence: « nous sommes -passés- d'une solidarité vers la mise en place de plateformes qui nécessitent un investissement communautaire. » (afrique.latribune)

PiccMi.Com

Mercredi 27 Juin 2018 - 09:14



Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.