contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



DEMARRAGE DE LA PREMIERE SESSION DU BAC 2012 : Les candidats craignent la correction





DEMARRAGE DE LA PREMIERE SESSION DU BAC 2012 : Les candidats craignent la correction
Les épreuves de la première session du baccalauréat 2012 ont démarré hier, mardi 7 août sur toute l’étendue du territoire national. Mais si le démarrage s’est fait dans le calme au niveau de certains lycées comme Limamou Laye, Blaise Diagne et Seydou Nourou Tall, les candidats redoutent par contre la correction à cause surtout du bras de fer qui oppose depuis des mois syndicats d’enseignants au gouvernement.

C’est sous un climat nuageux en cette période du mois de ramadan que les élèves des classes de Terminales ont démarré hier mardi les épreuves de la première session du baccalauréat 2012. Un tour effectué dans quelques centres notamment dans les lycées Seydina Limamou Laye, Blaise Diagne et Seydou Nourou Tall, a permis de constater que les élèves sont entre le marteau des épreuves et l’enclume des corrections.

Assises sur les bancs de la cour du Lycée Seydina Limamou Laye, Fama, Henriette et Mariama discutent. Leurs visages crispés montrent que ces jeunes filles semblent avoir quelques soucis avec les épreuves de langues vivantes. Dans leurs explications chacune d’elles essaie de convaincre l’autre sur la véracité des réponses qu’elle a données. Interpellées sur le déroulement des épreuves de langues vivantes, tous ensemble lancent que «ce n’est pas facile du tout». Dans la même foulée, ces élèves du lycée de Pikine martèlent que « la compréhension de l’épreuve d’anglais était très difficile». Et d’ajouter : «nous ne sommes pas des anglais, ni des portugais pour qu’on nous donne des épreuves aussi difficiles». Le coup étant déjà parti ces jeunes filles changent de sujet. C’est pour parler cette fois-ci des leçons de géographie. « Le modèle américain doit sortir puisque l’année dernière, le sujet avait porté sur l’Europe, en particulier la France», peste une des jeunes filles.

Les candidats entre le marteau des épreuves…

A quelques mètres de là, se trouve Oumar Sall, ses deux traits collés à la tempe, certifient qu’il appartient à l’ethnie peulh. Ce natif de Matam abonde dans le même sens que ces camarades du Lycée de Pikine.

«Ce n’était pas si difficile comme je m’y entendais, nous avons eu des problèmes de temps parce qu’il fallait recopier les épreuves. Ce qui a épuisé tout mon temps », lance t-il le regard fixé sur son cahier.

Suite aux grèves du corps professoral qui ont émaillé l’année scolaire, les élèves ont accusé un grand retard sur les programmes entrainant par conséquent la tenue de deux sessions pour les examens du baccalauréat. Ce qui fait dire d’ailleurs à Mouhamed Diop que «les professeurs ont usé de tous les moyens pour terminer leurs programmes. Du coup, nous n’y comprenons rien. Vous allez voir les résultats seront catastrophiques».

...et l’enclume des correcteurs

En plus des troubles s’ajoutent les problèmes de correction des épreuves du Bac qui fait défaut. Les élèves rencontrés craignent que la correction des épreuves de la première session du bac 2012 leur porte préjudice.

Joe Gomis qui fait partie des 650 candidats, repartis dans les deux jurys du Lycée Seydou Nourou Tall, impute son échec de l’année dernière à la mauvaise correction des professeurs. Si les épreuves sont quelque peu abordables, Joe souligne que «son principal souci, c’est la correction. Les correcteurs font ce qu’ils veulent. Tu vois des élèves qui ont de bonnes notes en classe alors qu’au baccalauréat, ils ont des notes catastrophiques». Fama embouche la même trompette : «les épreuves ne sont pas si difficiles mais le problème c’est les correcteurs. Ils ne sont pas payés, je suis sûr qu’ils vont bâcler les copies».

Les épreuves de la première session du baccalauréat se sont déroulées dans le calme dans les lycées visités. Si au Lycée Seydina Limamou Laye de Guédiawaye 2022 candidats y passent les épreuves repartis en 6 jurys, le lycée Seydou Nourou Tall ne compte que deux jurys avec un effectif de 650 candidats seulement contre 1236 candidats dans répartis dans 3 jurys à lycée Blaise Diagne.
Toutefois, il convient de noter un important nombre d’absents au cours cette première session. Des absences souvent liées à la possibilité offerte aux élèves de choisir entre deux sessions.


En BREF…EN BREF…

Bac : 10 candidats en S1 à Matam

La série S1 compte 10 candidats (6 garçons et 4 filles) au Baccalauréat 2012 dans la région de Matam, a appris l'APS auprès des autorités académiques. Les épreuves de la première session du Bac ont démarré mardi à 8 heures. Sur un total de 980 candidats inscrits, il y a eu 26 absents. ''Cette année, on a enregistré un taux faible de participation des candidats de la série S 1, qui est une série de mathématiques pures et dures. Elle n'a enregistré que 10 candidats soit 6 garçons et 4 Filles'', selon l'Inspecteur d'académie, Alassane Niane.

Dans toute la région de Matam, seuls les lycées de Matam, Kanel et Ourossogui, ont présenté des candidats dans cette série scientifique, a indiqué l'IA. Les séries L1 et L2 comptabilisent 789 candidats, tandis que les séries S2 et S1 font un total de 191 candidats. La deuxième session du Baccalauréat, prévue au mois de novembre, compte 143 candidats, indique l'IA.

Bac : Au lycée de Mbao l'épreuve d'anglais jugée abordable

L'épreuve d'anglais de l'examen du Baccalauréat a été jugée abordable par les candidats au lycée de Mbao (banlieue de Dakar) interrogés par l'APS. ''L'anglais était abordable. Tout va bien pour l'instant et franchement je ne m'y attendais pas'', a déclaré Félix Nunez. Pour Ousmane Sonko, ''d'une part c'est difficile et d'autre part c'est facile''. Selon Sergine Khadim Diagne, ''l'anglais était abordable parce que l'essentiel a été presque abordé en classe''. ''Contrairement à ce que l'on attendait, l'anglais a été abordable'', soutient Aïssata Sy. Hadji Fama ne s'attendait pas ''à ce que l'anglais soit abordable à ce point''. ''Je m'attendais à des questions de grammaire mais elle (la grammaire) est intégrée dans le dialogue. Personnellement, ce que j'ai appris n'a presque pas été donné'', a-t-elle dit.Pour Adama sarr, ''c'était un peu difficile mais c'était à notre portée. C'était un peu abordable, malgré les perturbations de l'année scolaire''. Au lycée de Mbao, l'examen se déroule dans de bonnes conditions, selon le proviseur Niokhobaye Diouf. Sur un total de 1.055 candidats, il y a eu 67 absents, soit un taux de 6,35%.

Bon déroulement des épreuves du Bac à Tambacounda

Les 2.055 candidats au Baccalauréat que compte Tambacounda ont démarré, mardi, les épreuves, qui se déroulent normalement dans les cinq centres disséminés à travers la région, a indiqué le gouverneur Gabriel Ndiaye. ''Tout se passe très bien. Nous avons […] remarqué que le personnel d'encadrement et de surveillance sont sur place'', a déclaré le gouverneur Gabriel Ndiaye, au terme d'une visite du centre d'examen du Lycée Mame Cheikh Mbaye, dans la commune. Selon l'inspection d'académie, 2.055 candidats sont inscrits pour passer le Baccalauréat dans dans les cinq centres de la région. ''Aucune difficulté particulière n'est signalée. Nous espérons que tout se passera dans les meilleures conditions'', a poursuivi M. Ndiaye, relevant que des salles d'examen '' très étanches '' ont été choisies pour parer à d'éventuelles intempéries en ce mois d'août où il pleut beaucoup. Selon lui, ''toutes les dispositions sont prises dans ce sens pour que les élèves fassent leur examen dans les meilleures conditions de sécurité''. ''Nous avons eu les mêmes échos favorables dans les centres de Koumpentoum, Goudiry, Bakel et Kidira'', a dit Gabriel Ndiaye venu s'enquérir du déroulement des épreuves, à la tête d'une délégation, comptant entre autres, l'inspecteur d'académie Alioune Ndiaye. Les différents centres sont ceux du Lycée de Kidira, du Lycée Waoundé Ndiaye de Bakel, du Lycée de Goudiry, le centre du Lycée de Koumpentoum, du Lycée Mame Cheikh Mbaye de Tambacounda et son annexe le centre du Collège Thierno Souleymane Agne, selon l'inspection d'académie.

Sud Quotidien

Mercredi 8 Août 2012 - 11:26



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.