contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
PiccMi.Com



DEMARRAGE DU CAREME 2011: Le baptême chrétien au cœur du message du Pape Benoit XVI



Le carême chrétien a démarré hier, mercredi 9 mars avec les cendres. Un rituel qui symbolise l’envol du jeûne. Pour cette année 2011, le message du Pape Benoit XVI repose sur «Ensevelis avec le Christ lors du Baptême, vous en êtes aussi ressuscités avec lui. Cf à Colossien 2 verset 12)».



DEMARRAGE DU CAREME 2011:  Le baptême chrétien au cœur du message du Pape Benoit XVI
La communauté chrétienne a démarré son jeûne, hier mercredi 9 mars. Pendant quarante jours, les chrétiens vont s’abstenir de manger et de boire, mais aussi feront pénitence. Le carême va les conduire à la célébration de la Pâques. Une fête qui constitue pour l’Eglise chrétienne un temps liturgique vraiment précieux et important. Pour cette édition 2011, le Pape Benoit XVI a adressé un message dont le contenu repose sur l’importance du Baptême: «Ensevelis avec le Christ lors du Baptême, vous en êtes aussi ressuscités avec lui». Dans l’attente de la rencontre définitive avec le Christ lors de la Pâque éternelle, la communauté ecclésiale va intensifier son chemin de purification dans l’esprit, par une prière assidue et une charité active, afin de puiser avec plus d’abondance, dans le Mystère de la Rédemption, la vie nouvelle qui est dans le Christ, leur Seigneur.

Ainsi pour le successeur du Pape Jean Paul II dans le mandement, a déclaré que cette vie qui a été déjà transmise aux chrétiens le jour de leur Baptême lorsque, «devenus participants de la mort et de la résurrection du Christ, ils ont commencé l’aventure joyeuse et exaltante du disciple». Pour cette présente édition du carême, le Pape a laissé entendre que la pertinence d’un tel appel trouve son fondement dans le fait qu’un lien spécifique unit le Baptême au Carême en tant que période favorable pour expérimenter la grâce qui sauve.

« En effet, dès ses origines, l’Eglise a uni la Veillée Pascale et la célébration du Baptême: dans ce sacrement s’accomplit le grand Mystère où l’homme meurt au péché, devient participant de la vie nouvelle dans le Christ ressuscité, et reçoit ce même Esprit de Dieu qui a ressuscité Jésus d’entre les morts (cf. Rm 8,11). Ce don gratuit doit être constamment ravivé en chacun de nous, et le Carême nous offre un parcours analogue à celui du catéchuménat qui, pour les chrétiens de l’Eglise primitive comme pour ceux d’aujourd’hui, est un lieu d’apprentissage indispensable de foi et de vie chrétienne: ils vivent vraiment leur Baptême comme un acte décisif pour toute leur existence» a-t-il renchéri.

Pour remplir cette recommandation qui est de renaître avec le Christ, le Pape Benoit XVI demande aux fidèles de se laisser guider par la parole de Dieu. Ainsi, a-t-il évoqué : «accueillons à nouveau, en ce temps de Carême, la Grâce que Dieu nous a donnée au moment de notre Baptême, afin qu’elle illumine et guide toutes nos actions. Ce que ce Sacrement signifie et réalise, nous sommes appelés à le vivre jour après jour, en suivant le Christ avec toujours plus de générosité et d’authenticité. En ce cheminement, nous nous confions à la Vierge Marie qui a enfanté le Verbe de Dieu dans sa foi et dans sa chair, pour nous plonger comme Elle dans la mort et la résurrection de son Fils Jésus et avoir la vie éternelle».



. Dans ses épîtres, Saint Paul insiste à plusieurs reprises sur la communion toute particulière avec le Fils de Dieu, qui se réalise au moment de l’immersion dans les eaux baptismales. Le fait que le Baptême soit reçu le plus souvent en bas-âge, nous indique clairement qu’il est un don de Dieu: Nul ne mérite la vie éternelle par ses propres forces. La miséricorde de Dieu, qui efface le péché et nous donne de vivre notre existence avec «les mêmes sentiments qui sont dans le Christ Jésus» (Ph 2,5), est communiquée à l’homme gratuitement.

Dans sa lettre aux Philippiens, l’Apôtre des Gentils nous éclaire sur le sens de la transformation qui s’effectue par la participation à la mort et à la résurrection du Christ, en nous indiquant le but poursuivi: «le connaître lui, avec la puissance de sa résurrection et la communion à ses souffrances, lui devenir conforme dans sa mort, afin de parvenir si possible à ressusciter d’entre les morts» (Ph 3, 10-1 1).

Le Baptême n’est donc pas un rite du passé, il est la rencontre avec le Christ qui donne forme à l’existence toute entière du baptisé, lui transmet la vie divine et l’appelle à une conversion sincère, mue et soutenue par la Grâce, lui permettant ainsi de parvenir à la stature adulte du Christ.

Denise ZAROUR MEDANG
sudonline.sn

PiccMi.Com

Jeudi 10 Mars 2011 - 09:44



Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.