contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire


DEUX DECENNIES DE HIP HOP GALSEN… 20 ans en 20 tubes


En 20 ans, ils sont nombreux ces rappeurs ou groupes de Rap qui ont caracolé au sommet des hits parades du Hip Hop sénégalais. Si certains ont brièvement survolé l’actualité musicale, d’autres continuent à inscrire de belles mélodies dans le Juke-box sénégalais, pendant que de nouvelles générations font leur apparition. En 20 ans, le Sénégal a eu son lot de tubes fétiches, avec des artistes et des groupes incontournables. Daara J, Pbs, Pee-Froiss ou encore Dabrains sont de ceux-là. Par le biais de certains membres de ces groupes mythiques, Ndongo D, Awadi, Khuman et Bakhaw qui dressent chacun son top 5, L’Observateur vous replonge dans l’univers de ces chansons qui ont fait les beaux jours du Hip Hop Galsen. Playlist !




DEUX DECENNIES DE HIP HOP GALSEN… 20 ans en 20 tubes
Ndongo D de Daara-J Family

1- «Sama Yaye» ou «Akou Ndiourel» (Mbacké Dioum). Ce titre interprété par Mbacké Dioum a été réalisé pendant le début des années 90. Celui-ci, qui est l’un des précurseurs du Rap au Sénégal, continue à marquer les esprits à travers ce bel hymne dédié à la mère. Il vit à cheval entre le Sénégal et les Etats Unis et a depuis lors troqué le micro contre une carrière de manager. Aujourd’hui, il est le manager de Viviane Ndour.

2- «Dieuleul- Dieuleul» (Aby Gana Diop). Le morceau «Dieuleul-Dieuleul» de la défunte Aby Gana Diop avait suscité un vrai phénomène à sa sortie en 1996. L’audace de cette dame quinquagénaire, qui avait à l’époque réussi à allier son «tassou» avec le beat de rap, avait fait un tabac au Sénégal.

3- «Deugeubi» (Siki Saka). Le groupe Siki Saka, un groupe thiessois, avait participé lors de ce morceau à la compilation Senerap en 1997 qui était une initiative du Positive black soul (PBS) et qui avait regroupé des grands noms du rap à l’époque comme Pee Froiss, Jant-Bi, Sunu Flavor, Boul N Baï.

4- «Diewo» (Pee Froiss). Ce titre Rap-Rn’B interprété par Kool Kooc 6 est issu de l’album «Konquérants», l’un des tous premiers opus de ce groupe mythique. Aujourd’hui, chacun de ses membres, Khuman, Daddy Bibson, Kool Kooc 6, évolue en solo.
5- «Ma mome Dk City» (Canabass). Le son Ma mome Dk city de Canabass sorti en 2009 fait partie de sa Mix tape. Comme à son habitude, Canabass a choisi son rythme de prédilection, le Dirty-South, pour cet ego trip où il marque «son territoire» dans la capitale sénégalaise.

Bakhaw de Da Brains

1- «Capsi» de Positive black soul (PBS). Sept ans après Salam (La Paix), leur premier album boosté par un duo avec MC Solaar, « Rat des villes, rat des champs », Didier Awadi alias DJ Awadi et Amadou Barry alias Doug E. Tee colorent à nouveau leur rap/ragga mâtiné de R’N'B de percussion, cora, balafon, tama, flûte peul, djembé et autre xalam. Fêtant à New York / Paris / Dakar leurs retrouvailles après leurs efforts solitaires respectifs, les deux DJ de Dakar toastent en wolof, en français et en anglais sur de puissantes rythmiques hip-hop.

2- «Alal» (Black Mbolo). Sorti dans le courant des années 1990 par le groupe Black Mbolo, ce titre fétiche avait propulsé la bande à Titi Yoro et Poupa Ndiago au devant de la scène musicale sénégalaise, comme avec leur second clip intitulé « Nitt Kouné». Aujourd’hui, cette bande d’amis vit hors du Sénégal.

3- «Sama Batt» (X-press). Le groupe, qui a vu jour a Diourbel, a été crée depuis près de 8 ans. Ses membres, qui étaient dans des groupes différents, se sont réunis pour former un duo explosif, en témoigne leur titre dénommé «Sama Bat» auréolé d’un franc succès.

4- «None» (Da Brains). Né en 1995 à Dakar (Sénégal), Da Brains est aujourd’hui l’un des groupes phares de la scène du Hip-hop sénégalais et a grandi au niveau international. Dès son premier album, Da Brains a su attirer et travailler avec les meilleurs auteurs-compositeurs du Sénégal. Leur morceau «None», qui a très bien été accueilli par le public sénégalais, s’invitait sur tous les dance-floors dakarois, à l’époque.

5- Bayilène Mbélé-Mbélé bi (Simon). Le fondateur du label Jolof 4life, Simon Koukou, qui était l’une des figures de proue du groupe «Bis Bi Clan», auteur du célèbre morceau Balla en hommage à Balla Gaye, cet étudiant qui avait été mortellement blessé à l’Ucad. Après un long exil à l’étranger, le patron du collectif de rap qu’il a créé sous le label «Jolof 4life» signera son come back au pays à travers cet égotrip, Bayilène Mbélé-Mbélé bi. Aujourd’hui, il est l’un des membres les plus actifs du mouvement «Y en a marre».

Xuman du Pee Froiss

1- «Boul Falé (PBS). Amadou Barry alias Duggy Tee, et Didier Awadi alias DJ Awadi, sont nés à Dakar et commencent dès l’adolescence une carrière de DJ dans la capitale du Sénégal. En 1989, ils forment Positive Black Soul, une fusion de leurs groupes respectifs, pourtant rivaux. Les deux rappeurs charismatiques se découvrent une vibration commune, basée sur un profond respect pour les racines et la culture de l’Afrique. Leur popularité commence à grandir et ils enregistrent « Boul Falé » (ne t’occupe pas) en 1994, qui dénonce la corruption et les trafics. Un beau succès !

2- «Talibé» (Pee- Froiss). Les «possee froissés», comme on les surnommait à l’époque, ont eux aussi fait partie des précurseurs du hip-hop sénégalais à côté des groupes comme le Pbs ou le Daara-J. Depuis la création du groupe en 1993, Pee Froiss a su s’imposer à Dakar grâce à son rap engagé. Les deux MC Makhtar Fall alias Xuman, rappeur lead, et Babacar Diagne alias Kocc 6, de sa voix jazzy et soul, rendent ici hommage aux talibés ou enfants de la rue qui errent dans la misère.

3- «Xibaru Underground» (Rap’adio). Iba, Bibson et Keyti, les trois membres porteurs de cagoules du groupe hardcore Rap’adio qui a pris son envol vers la fin des années 1990, ont sorti leur premier opus «Ku wett kham sa bop» en 1998. En 2001, ils sortent «Soldaru Mbed» (soldats de rue) qui met le focus sur les maux de la société sénégalaise sur un ton moralisateur, direct et cru. Comme dans ce morceau «Xibaru Underground» où ils ne font pas dans la demie mesure pour cracher leurs vérités.

4- «Allah» (Daara- J) . Le groupe Daara j, qui a vu le jour au depuis la première moitié des années 1990, est alors composé de trois membres : Fada Freddy, Ndongo D et Alaji Man. Et comme le Pbs, le groupe s’est illustré comme l’un des pionniers du hip hop sénégalais et c’est ce qui lui vaut d’être l’un des groupes les plus appréciés du Sénégal et aussi ceux qui se produisent le plus à l’étranger. Le morceau «Allah», qui a une note on ne peut plus spirituelle, a été conçu au début des années 2000. Aujourd’hui il est devenu le Daara J Family avec aux manettes Fada Freddy et Ndongo D. Aladji Man drive seul sa carrière sous la barrière de Daara J tout court.

5- «Nioun Nioy» (Sen Kumpe). Le groupe de la Médina était composé de Bourba Djoloff, de son frère Books, de Gaston et de leur concepteur musical Ama Diop. Tous originaires du quartier populaire dakarois de la Médina, ils marquèrent les esprits et l’ensemble du rap sénégalais, dès leurs débuts en 1996, par leur esprit revendicatif et des textes ancrés dans un contexte social fait de pauvreté, de manque d’éducation, de chômage et autres, comme ce fut le cas à travers ce titre «Nioun Nioy». Mais, en fin 2009, disparaît tragiquement Mouhamadou Tafsir Konaté alias Bourba Jolof, des suites d’une maladie. Un hommage lui sera rendu par Idrissa Diop en featuring avec son frère Books, pour le remix du morceau Fly On.

Dj Awadi du Positive black soul (PBS)

1- «Benna gui dak niar» (Rak Tak Squad). Composé par Bug’s Bunny et Black J, le groupe a été fondé en 1998, après avoir tourné durant 8 ans avec Positive Black Soul. A l’instar d’une scène hip hop en pleine effervescence à Dakar (ou l’on dénombre des milliers de MC !), le groupe pratique un rap âpre et enlevé, tout en marquant son attachement aux spécificités culturelles et aux racines. Rak Tak a publié un album en 1999, intitulé « l’Albomb »,

2- «Rap New Generation» (Wa Gëblë). Le nom de Wa Gëblë connote d’un lieu de rencontre communautaire. Après avoir contribué à six compilations de hip-hop, Wagëblë fait équipe avec le producteur Tom Roger qui publie leur premier album Wa Gëblë «Rap Nouvelle Génération». Un opus qui a fait tabac.

3- «Souvenirs» (Nix). NIX, est un ex membre du groupe Kanthioly qui suit désormais une carrière solo. Il a l’une des belles plumes, sinon la plus belle plume en matière de rap en français pur, sa spécialité. Et bien qu’il soit là depuis longtemps, il a un flow au goût du jour. Dans son titre «souvenirs», il rend hommage à sa mère.

4- «Man rek ngen bagn» (Matador). Matador, de son vrai nom Babacar Niang, a été membre fondateur du mythique groupe BMG 44 de la banlieue dakaroise. Son tube «Man rek ngen ban» avait été bien apprécié par le public sénégalais qui l’a consommé de fond en comble. Son album solo Xippil Xoll, produit par Optimiste Production en 2007, conçu entre Rap et Slam, est doté de paroles bien fondées et lourdes, centrées sur le social et la politique au Sénégal.

5- «Ça va péter » (Pee Froiss). Comme à l’accoutumée, les rappeurs du Pee Froiss sont fidèles à cette forme de rap engagé. Dans ce titre, les deux compères de Fass (quartier de Dakar) mettent en garde le régime contre la colère populaire avec des vérités crues, sans faire dans la dentelle. Le beat et le sens de ce morceau ont été réinterprétés par le mouvement «Y en a marre» où Xuman militait activement pendant la période de contestation contre le défunt régime de Wade.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.




Facebook

TWITTER

      




LES ÉMISSIONS DE PICCMI WEBTV