contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Dak'art : une artiste américaine explore la spiritualité de l'art islamique





Dak'art : une artiste américaine explore la spiritualité de l'art islamique
Les œuvres de la plasticienne américaine Muhsana Ali, consacrées aux "mosaïques islamiques", témoignent des perceptions spirituelles de cet artiste dont l'originalité de la démarche a consisté à convier enfants et voisins de Mermoz, le quartier dakarois où se tient son exposition, pour le compte de la partie "Off" de la 11ème Biennale de l'art africain contemporain africain (8 mai-9 juin).

Située à côté de la grande mosquée de Mermoz, la façade de la demeure de l'artiste offre ainsi un avant-goût des œuvres exposées. Sur un mur d'environ 6 mètres de long, le visiteur peut apprécier des fragments de carreau savamment constitués, sur lesquels on peut lire des mots mais aussi quelques un des 99 noms de Dieu, dans la pure tradition islamique.

Réalisée avec le concours de l'artiste sénégalais Kan-si et des habitants du quartier, cette façade aussi originale ajoute à l'esprit spirituel du quartier, à travers les inscriptions "Allahou" et "Karimou". Des ornements spirituels, à côté de bouts de miroir et de groupes de mots comme "Lot of meanings, lot of heart" (beaucoup de sens, beaucoup de cœur)

A l'intérieur, l'exposition proprement dite est l'occasion de découvrir des mosaïques en tableaux. Le visiteur a dans le même temps le loisir d'admirer un assemblage de multitude d'objets variés, allant des bracelets à des morceaux d'assiette, en passant par des cadenas et des bouts de bois.

S'y ajoutent des serrures, vachettes, des poignées de porte et des clés, qui apparaissent constamment dans ses mosaïques, références sans doute à une ouverture spirituelle à laquelle seule la clé de l'art peut faire accéder.

Mushana Ali fait aussi référence à son association artistique et culturelle "Porte et passages du retour", engagée dans le social et le développement des communautés, pour la promotion de "la conscience holistique".

Des termes («être", "cœur", "voir", "amour", "vérité") peints sur du verre et des morceaux de miroir guident ces différents objets vers la spiritualité de l'esprit et de l'âme que Muhsana Ali veut éveiller chez le visiteur.

"Le spirituel est ma raison d’être, je ne peux pas ne pas l'intégrer dans mon travail (...). Mes œuvres sont comme une photographie de moi-même", dit l'artiste, précisant "travailler essentiellement dans ses œuvres sur le thème de la spiritualité et spécifiquement sur la religion".

Il s'est selon elle donc agi, à travers ces mosaïques réalisées sur la façade de son domicile, de "contribuer à la vie spirituelle du quartier" et de partager les bienfaits de l'art à travers la religion et la spiritualité. L'artiste lie également sa démarche à une volonté de communiquer avec les habitants de Mermoz à travers des messages écrits et imagés.

Cette exposition contraste par ailleurs avec les œuvres de Kan-Si intitulées ''Baobab Jazz'', des peintures dédiées selon Muhsana Ali à ''l'aspect formel du fruit du baobab qui se renouvelle sans cesse au fil des saisons, à l'image du jazz qui gravite créativement autour du même thème qui nous enchante et nous enrichit''.

APS

PiccMi.Com

Jeudi 22 Mai 2014 - 16:23



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.