contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Dépôt aujourd’hui de la liste de Benno pour les Législatives : La course d’obstacles pour l’espoir



A quelques heures du dépôt des listes pour les Législatives du 1er Juillet, l’incertitude plane toujours au sein de la Coalition Benno Bokk Yaakaar à l’épreuve du choix. La démarche unitaire qui n’agrée pas tout le monde au départ risque de créer la fissure qui se fait déjà ressentir. Jusque tard dans la nuit d’hier, seuls les quatre grands ténors étaient signataires du dossier qui devait être déposé sur la table du ministre de l’Intérieur à minuit.



Dépôt aujourd’hui de la liste de Benno pour les Législatives : La course d’obstacles pour l’espoir
Dépôt aujourd’hui de la liste de Benno pour les Législatives : La course d’obstacles pour l’espoir
La nuit a été longue et stressante pour les plénipotentiaires de Benno Bokk Yaakaar. Au sein de cette coalition, la confection des listes des «députables» s’est éternisée durant la nuit d’hier autour de conciliabules, de longs compromis et aussi la gestion des déceptions et des frustrations qui risquent d’être fatales à Benno Bokk Yaakaar dont l’équilibre fragile tient encore à un fil : le dispatching consensuel des sièges pour les Législatives du 1er Juillet. Ce défi semble difficile à relever pour ce conglomérat de partis à l’épreuve des quotas (nombre de sièges réservés à chaque parti) et du respect scrupuleux de la parité. Jusque tard dans la nuit, les débats se sont prorogés pour se poursuivre aujourd’hui avant le dépôt des listes durant cette journée au ministère de l’Intérieur. Hier, les différents plénipotentiaires de partis de cette coalition ont étudié avec minutie tous les scénarios possibles pour établir des listes consensuelles dont la parité et les ambitions grandiloquentes des seconds couteaux ont davantage compliqué la confection.

Il est resté une énigme jusqu’à l’heure du bouclage. Oumar Guèye, Chargé des élections du parti Rewmi, interrogé, hier, en milieu de soirée, seuls quatre leaders de la coalition victorieuse avaient apposé leur signature sur le dossier qui devrait être déposé au ministère de l’In­térieur. «Macky Sall, Idrissa Seck, Tanor Dieng et Mous­tapha Niasse ont pour le moment signé. Selon le code, il faut déposer le nom de la coalition et les partis signataires au niveau du ministère de l’In­térieur d’ici minuit (dimanche minuit). Au­jourd’hui on en a quatre (Macky, Tanor, Idy, Nias­se) pour le moment et cela peut évoluer d’ici minuit», rassure-t-il. Il faut qu’un schéma alternatif soit échafaudé dans le souci de minimiser les probables frustrations. Celui-ci con­siste à prendre les résultats de la Pré­si­dentielle en baromètre de représentativité sur les listes départementales et nationale. «Ce qui est retenu par rapport à la confection des listes est que chaque parti sera représenté proportionnellement aux résultats qu’il a obtenus à la Présiden­tielle», confirme M. Guèye.

Un schéma «catastrophi­que» pour certains membres com­me Mor Dieng qui a réaffirmé dans la nuit d’hier, son engagement à se faire phagocyter dans la coalition.

Dans les partis et coalitions membres de Bby, on tente de corriger les frustrations laissées par la répartition du quota de ministre. A l’Alliance des forces de progrès (Afp) qui a connu des moments de tension après les nominations de Malick Gackou et Mata Sy Diallo dans le gouvernement, on est en train de ménager les susceptibilités et les frustrés. Cette fois-ci, le groupe des cadres et celui des jeunes lésés la dernière fois sont privilégiés au détriment des femmes et le «groupe mixte» qui siège dans le gouvernement. Selon des sources, certains jeunes comme Alioune Sarr seront promis à la liste nationale de Bby dans des positions assez respectables pour sauver une face déjà hideuse.

à qui profite la démarche unitaire ?
L’incertitude qui mine la Coa­li­tion Benno Bokk Yaakaar semble légitimer les questions agitées par certains observateurs politiques: pourquoi aller aux Législatives en coalition ? A qui profite cette coalition ? D’aucuns pensent que les Législatives sont une manière pour chaque parti de jauger sa représentativité. Dès lors, une démarche unitaire relève de l’absurde, fut-elle pour la bonne cause (en finir avec le régime Libéral). En réalité, selon des indiscrétions, l’Apr et Benno Siggil Senegaal étaient dans une logique d’aller seuls aux Législatives. Tanor et Idrissa Seck se sont agrippés sur la bouée de la coalition, car croulant sous le poids d’une aura et d’une représentativité en décadence. En attestent les résultats du premier tour de la Présidentielle du 26 février dernier.

tndiaye@lequotidien.sn

Thiebeu NDIAYE-LeQuotidien

Lundi 30 Avril 2012 - 11:47



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 17 Juillet 2014 - 12:54 LINGUERE : Aly Ngouille Ndiaye élu Maire


Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.