contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Divers sujets au menu des quotidiens



Les quotidiens reçus jeudi à l'APS traitent de divers sujets se rapportant aux conséquences économiques de l'épidémie Ebola, à l'éducation avec la rentrée scolaire et à la politique.



Divers sujets au menu des quotidiens
L'As, par exemple, ouvre avec cette nouvelle étude de la Banque mondiale qui prévoit des milliards de pertes économiques si l'épidémie d'Ebola se prolonge et se répand en Afrique de l'Ouest. "Ebola va causer des dégâts de 32 milliards de dollars", titre le journal.

Ce quotidien s'intéresse aussi à la rentrée scolaire et note "le non respect du slogan +Ubi tey, jang tey (démarrer les cours au premier jour de la rentrée scolaire) +". "La rentrée des classes n'a pas été effective mercredi dans certains établissements, malgré la promesse faite par le ministre de l'Education nationale, Serigne Mbaye Thiam (…)", écrit le journal, soulignant qu'à Fatick, notamment, "le public traîne encore les pieds".

A Diourbel, ''élèves et corps enseignants aux abonnés absents, plusieurs établissements privés d'eau et d'électricité''. A Ziguinchor aussi, ''le +Ubi tey, jang tey+ n'est pas effectif'', rapporte L'As.

Pour Wafldjri, ''Ubi tey, jang tey resté à l'état de slogan''. ''Rentrée des classes, démarrage poussif dans le public", affiche ainsi le journal à sa Une. Et Le Populaire de relever : "L'opération +Ubi tey, jang tey+, un énorme flop".

En politique, Le Quotidien plonge dans l'An 2 de la 12e législature en titrant : ''Niasse au perchoir de l'immobile''. ''Sous l'ère Moustapha Niasse, écrit le journal, l'Assemblée nationale du Sénégal semble ignorer les préoccupations du peuple''.

Il ajoute: ''Les suites données à toutes les initiatives de député suscitent le découragement. A quelques jours du renouvellement du mandat de son bureau, le Parlement rate les grands rendez-vous et se retrouve dans l'immobilisme''.

Pour Modou Diagne Fada, député du groupe des Libéraux et Démocrates (opposition), ''cette 12e Législature risque d'être la plus nulle'' de l'histoire du Sénégal. Un avis tempéré par Moustapha Diakhaté du président Bennoo Bokk Yaakaar (majorité). "Le parlement est plus orienté vers la diplomatie", soutient-il.

En politique toujours, Le Témoin quotidien titre ''Macky-Wade, les retrouvailles en cours'' et annonce en exclusivité que l'Aéroport international Blaise Diagne, en construction à Diass, portera le nom de Abdoulaye Wade. Et le journal d'écrire : "Le fond de l'air sénégalais exhale ces jours-ci un parfum de dégel qui succède au ciel de plomb de ces dernières années (…)''.

La publication rapporte, entre autres, ''le geste plein d'élégance républicaine que le Premier ministre (….) a eu le jour le de la Tabaski à l'endroit de l'ancien président de la République (….) en lui transmettant les vœux de santé et de longévité du président Macky Sall (….)''.

Le Soleil s'intéresse au mobilier national après la réunion du Conseil des ministres tenu mercredi et titre : ''Le gouvernement invité à relancer la filière artisanat/bois".

Abordant la promotion de l'artisanat en Conseil des ministres, Macky Sall a invité le gouvernement à ''engager la relance de la filière artisanat/bois, à travers le Projet mobilier national en vue d'impliquer davantage les artisans locaux (menuisiers, ébénistes…) dans le renouvellement de l'équipement en mobiliers des établissements scolaires et des administrations publiques''.

L'Observateur et Libération abordent les ennuis judiciaires du chanteur Thione Seck. Une société de promotion immobilière réclame à l'artiste 100 millions de francs CFA. "Sale temps pour Thione Seck", titre Libération. "Thione Seck au tribunal pour 100 millions de francs CFA". Il sera devant le juge le 3 novembre.


Jeudi 9 Octobre 2014 - 09:18



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.