contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
PiccMi.Com



[EN DIRECT] du palais de Justice Sénégal – Me Moustapha Ndoye : « L’État, ici, c’est Benno Bokk Yaakaar »



Le procès pour « détournement de fonds » de Khalifa Babacar Sall, député et maire de Dakar, en est à son troisième jour d'audience, ce jeudi. Les débats sur le fond n'ont pas encore commencé : les différentes parties au procès se concentrant sur les aspects de procédures.



Après deux jours de débats sur la recevabilité des constitutions de partie civile de la Ville de Dakar et de l’État du Sénégal, le procès du maire de Dakar et de ses 7 co-prévenus a repris devant le tribunal de grande instance de Dakar. Les avocats de la défense et ceux de la Ville de Dakar soutiennent que l’État du Sénégal ne doit pas être partie civile dans le procès, affirmant qu’il n’a subi aucun préjudice. Pour le parquet et l’État du Sénégal, représenté par l’agent judiciaire de l’État (AJE), l’Etat a bien subi un dommage et affirme être en capacité de le prouver durant le procès.
« L’État, ici, c’est Benno Bokk Yaakaar »
Me Moustapha Ndoye (défense) met les pieds dans le plat et parle de « l’immixtion de l’exécutif » dans la présente affaire. « Cet État ici est un État partisan ! C’est l’État Benno Bokk Yaakaar », la coalition présidentielle au Sénégal.
Pour l’avocat, ce procès n’est que l’une des « nombreuses tentatives » de contrecarrer les activités de la Ville de Dakar. Pour preuve, il cite plusieurs affaires « État du Sénégal contre Ville de Dakar pour abus de pouvoir » qui sont allées devant la Cour Suprême.
Il n’est pas le premier avocat à adopter cette ligne de défense offensive. Mercredi, déjà, Me Ousseynou Fall, toujours de la défense, accusait les avocats de l’État d’être « commandités par des représentants de l’État qui seront jugés ici un jour ». Pour lui ce procès n’est « rien d’autre qu’un moyen d’éliminer un adversaire politique ».
Avant lui Me El Hadji Diouf, avocat de la Ville de Dakar, avait lâché que « le procureur et l’AJE ont reçu l’ordre de couper la tête de Khalifa Sall », et en cas d’échec, « ils seront virés ! ».
Avec Jeune Afrique

PiccMi.Com

Jeudi 25 Janvier 2018 - 10:39



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.