contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



ESCROQUERIE, CHARLANTISME ET ASSOCIATION DE MALFAITEURS : Tako Cissao, marabout malien et Maodo Dia condamnés à 3 ans et 50 millions de F Cfa de dommages et intérêts



Le Tribunal régional hors classe de Dakar a vidé, hier, l’affaire d’association de malfaiteurs, de charlatanisme et d’escroquerie qui opposait Ibra Wade, la victime, à Maodo Dia et Tako Cissao. Ces deux derniers ont été condamnés à 3 ans de prison ferme et à payer 50 millions au premier cité.



ESCROQUERIE, CHARLANTISME ET ASSOCIATION DE MALFAITEURS : Tako Cissao, marabout malien et Maodo Dia condamnés à 3 ans et 50 millions de F Cfa de dommages et intérêts
Maodo Dia et Tako Cissao qui se disent marabouts vont passer les 3 prochaines années en prison et devront en sus de cela payer 50 000 000 F Cfa en guise de dommages et intérêts à la partie civile. Ils ont été accusés par Ibra Wade, un commerçant spécialisé dans la vente de carreaux, de l’avoir entraîné dans une histoire de charlatanisme qui lui a causé un préjudice pécuniaire de près de 70 millions de F Cfa.
À la barre du Tribunal régional hors classe de Dakar où comparaissaient hier les deux prévenus, le plaignant a reconnu s’être attaché, il y a 3 ans, les services de Maodo Dia, pour des prières pour lesquelles il lui avait payé 1,3 million F Cfa pour, entre autres, faire des sacrifices et que, pour cela, il devait tuer des bœufs et des chameaux. Il était satisfait du travail alors effectué par le marabout. Le temps passe et il y a quatre mois de cela, dit-il, il a reçu un appel du M. Dia qui a demandé à le rencontrer quelque part, avant de le conduire dans la brousse. Et c’est dans ces circonstances qu’il a rencontré, sur les lieux, le vieux Alpha Sow Ka. Et c’était parti pour des demandes d’argent. Le plaignant indique que le vieux lui a même avoué avoir reçu beaucoup d’argent de lui et qu’il allait lui en faire gagner plus en retour. Et qu’il n’avait qu’à lui remettre 6 millions et une valise à n’ouvrir qu’au bout de 2 jours. I. Wade a aussi renseigné que ce qui a provoqué leurs arrestations, c’est que ces sont ses collaborateurs qui se sont aperçus des décaissements importants d’argent, mais aussi de son comportement, qui l’ont suivi jusque chez lui et l’ont trouvé en compagnie des deux prévenus.
Les avocats de la partie civile qui, dans leur plaidoirie, ont assimilé les deux prévenus «à des vautours, sans scrupule et d’une cupidité morbide», ont estimé faire face à un cumul réel d’infractions avec les chefs d’escroquerie et d’association de malfaiteurs. Maodo Dia est, pour eux, le véritable cerveau de cette affaire pour en avoir été au début et à la fin. Il a reconnu dans le procès-verbal de la police avoir mené le plaignant dans la brousse pour faire usage d’un art divinatoire afin de l’assujettir pour mieux le plumer. Les délits d’association de malfaiteurs et d’escroquerie sont donc établis du fait que c’est Maodo qui est parti prendre Tako Cissao pour le conduire chez Ibra Wade pour l’exécution de l’opération de raclement afin de s’approprier indûment le patrimoine d’autrui. Considérant, en fin, que leur client est aujourd’hui dans la dèche, la partie civile a demandé la détention des accusés dans les liens de la prévention.
Le parquet, qui estime que les prévenus ont fait des aveux circonstanciés, a indiqué qu’il y avait suffisamment d’éléments qui justifient les faits, avant de demander 5 ans d’emprisonnement ferme.
La défense, quant à elle, a qualifié l’affaire en fait d’ordinaire. Elle estime que ses clients n’ont jamais réclamé de l’argent à leur accusateur. C’est pourquoi non convaincue de la culpabilité de ses clients, elle a sollicité la relaxe purement et simplement de ces derniers au bénéfice du doute.
Le tribunal, dans son délibéré, a jugé Maodo Dia et Tako Cissao coupables des faits qui leur sont reprochés.

Youssoupha MINE


source Populaire


Jeudi 4 Août 2011 - 16:57



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.