contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



EXAMEN : Vers une suppression de l’Entrée en sixième



Aucun incident majeur n’a émaillé le déroulement des épreuves de l’entrée en sixième et du Cfee sur l’ensemble du territoire national. 206. 651 candidats répartis dans 1.255 centres d’examen ont planché hier sur la rédaction et le calcul. Seuls quelques candidats libres non détenteurs de pièces d’identité n’ont pu composer, notamment à Tambacounda et à Mbour. Au cours de sa tournée traditionnelle, le ministre de l’Education, Kalidou Diallo a annoncé la suppression prochaine de cet examen pour se conformer à la loi d’orientation qui rend obligatoire l’éducation jusqu’à l’âge de 16 ans, soit 10 ans d’études.



EXAMEN : Vers une suppression de l’Entrée en sixième
Situation normale à Dakar

Les épreuves de l’entrée en sixième et du Cfee se sont déroulées normalement, a constaté, hier, le ministre Kalidou Diallo. Il a visité quelques établissements scolaires de Dakar.

Les écoles Immaculée conception (Dakar-ville),

Ibrahima Bèye (Médina), Masse Massaer Niane 2 (Grand-Dakar 1), Liberté 1 (Grand-Dakar 2) et Talibou Dabo (Iden Dakar-Banlieue) ont reçu, hier, la visite du ministre de l’Education.

Kalidou Diallo, accompagné d’une forte délégation, voulait « avoir le cœur net » sur le déroulement de l’examen à l’entrée 6è et au Cfee. Partout où il est passé, le ministre a fait le même constat : peu d’absence des candidats, un surplus de surveillants dans certains centres et un dispositif adéquat avec tout le matériel d’examen en place. Cas illustratif de ce bon déroulement des épreuves, l’école Masse Massaer Niane 2 de l’Iden de Grand-Dakar 2.

Sur les 303 candidats inscrits dans ce centre d’examen, 301 ont répondu présent à l’appel. Mieux, deux surveillants sont affectés par salle. « Il n’y a aucun incident. Candidats et surveillants sont massivement présents », s’est félicitée Sokhna Diarra Diop, chef de centre. Même constat noté à l’école de Liberté 1 dans l’Iden de Grand-Dakar 2. Cette Iden totalise 19 centres pour 3.243 candidats dont 1.725 filles (53,19 %). « Nous n’avons pas noté d’absences chez les 522 surveillants », a révélé l’inspectrice Ndèye Khady Diop Mbodj.

Point d’orgue de cette visite traditionnelle du ministre, l’école Talibou Dado qui accueille des candidats pas comme les autres : de jeunes handicapés moteurs. Ils sont au nombre de 12 dont deux filles. Ici, plus que partout ailleurs, des dispositions adéquates ont été prises pour que les candidats soient dans de bonnes conditions.

« Il y a même une équipe mobilisée en cas de crise et de stress », a indiqué le chef de centre, Joseph Gomis. D’où la fierté de Kalidou Diallo. « Je suis très heureux de constater que tout se passe bien et que les épreuves se déroulent dans d’excellentes conditions », s’est-il réjoui. Il a révélé être en liaison téléphonique avec toutes les inspections d’Académie du Sénégal.

« Aucun incident majeur n’a été signalé. L’examen se passe bien sur toute l’étendue du territoire national », a fait remarquer Kalidou Diallo qui a rendu un vibrant hommage aux enseignants. Il s’est également félicité du respect de l’option de stabilité par l’écrasante majorité des enseignants. Tout cela augure, dit-il, de bons résultats pour le système éducatif sénégalais.

Vers la suppression de l’examen

C’est sans doute la révélation du jour. Au moment où les 206. 651 candidats répartis dans 1.255 centres d’examen cogitaient sur l’épreuve de calcul, le ministre Kalidou Diallo annonce la suppression de l’examen de l’entrée en 6è et du Cfee. Une décision, selon M. Diallo, qui trouve son fondement dans la loi d’orientation scolaire du Sénégal.

« Conformément à cette loi qui préconise une obligation scolaire de 10 ans, c’est-à-dire du Cours d’initiation (Ci) à la 3è, le système éducatif doit supprimer cet examen de barrage qu’est l’entrée en sixième et le Cfee », a indiqué le ministre. « C’est l’obligation scolaire qui incite l’Etat à le faire », a-t-il insisté. Il a rappelé que cette volonté est une « étape décisive » fondée sur des analyses pédagogiques pertinentes. Elle se justifie aussi, a-t-il noté, par les bonds qualitatifs enregistrés par le système éducatif sénégalais. Surtout en faveur des filles. « Il n’est pas question de pénaliser les élèves ».

Et le ministre d’assurer que le problème d’infrastructures scolaires ne se posera pas. « Comme il l’a fait jusqu’ici, l’Etat se donnera les moyens de sa politique éducative », a assuré Kalidou Diallo.

Abdoulaye Diallo
Le Soleil

PiccMi.Com

Jeudi 24 Juin 2010 - 07:12



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.