contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Ebola et l'audition de Samuel Sarr au menu des quotidiens



L'annonce par le ministre de la Santé et de l’Action sociale de la guérison du guinéen malade d'Ebola, l'audition de Samuel Sarr par le juge d'instruction et la deuxième victoire du Sénégal pour le compte de la deuxième journée des éliminatoires de la CAN 2015 sont les principaux sujets abordés par les quotidiens reçus jeudi à l'APS.



Ebola et l'audition de Samuel Sarr au menu des quotidiens
"Plus aucun cas de fièvre Ebola au Sénégal", titre Le Soleil, soulignant toutefois que la surveillance épidémiologique sera renforcée.

Le Sénégal avait annoncé le 29 août dernier la présence sur son territoire d'un jeune Guinéen infecté par le virus et placé en isolement à l'hôpital de Fann, où il a été soigné.

"Depuis hier (mercredi), le Sénégal n'a plus de malade atteint de la fièvre à virus Ebola. C'est qu'affirme le ministre de la Santé et de l'Action sociale. Awa Marie Coll Seck se fonde sur les tests négatifs effectués sur l'étudiant guinéen et sur le fait que les 67 personnes qui étaient en contact avec le malade n'ont pas développé de signes de cette fièvre".

Selon le journal, e ministre de la Santé et de l'Action sociale a annoncé que l'étudiant guinéen "rentrera (dans son pays) dans les meilleures conditions". Le Sénégal, selon elle, est en "discussion avec le ministre des Affaires étrangères de la Guinée".

Dans les colonnes du journal Le Quotidien, Awa Marie Coll Seck "donne la recette miracle" qui a permis au jeune guinéen de guérir. "Nous avons fait le traitement de tous les symptômes qu'il avait. C'est-à-dire qu'à chaque fois qu'un signe était là, on faisait un traitement (…)'', explique la ministre.

''C'est pour vous dire que le traitement symptomatique est important, parce qu'il n'y a pas encore de traitement, pas de médicaments, pas de vaccins. Il faut donc forcément traiter les symptômes et c'est ce que nous avons fait", ajoute Mme Seck, spécialiste des malades infectieuses.

Mais ce que Le Quotidien met davantage en exergue, c'est l'affaire Samuel Sarr, du nom de l'ancien ministre, place sous mandat de dépôt pour, entre autres, "offense au chef de l'Etat". Entendu par le juge d'instruction, "Samuel Sarr se dégonfle" en déclarant : 'Je ne dirai plus rien sur Macky Sall", selon Le Quotidien.

Dans un article publié sur son compte Facebook, Samuel Sarr avait accusé le chef de l'Etat de s'être enrichi illicitement. Il avait par ailleurs publié un relevé de compte bancaire attribué à Macky Sall d'un solde de sept milliards en 2007, alors que ce dernier était Premier ministre.

"Face au juge d'instruction, (….) Samuel a reprécisé sa pensée en soutenant qu'il s'adressait au chef de l'Alliance pour la République (APR) et non au chef de l'Etat. Il soutient qu'il ne s'attaquera plus à Macky Sall conformément aux recommandations de son guide religieux", écrit le journal.

Samuel "sera) bientôt libre", souligne La Tribune, qui croit savoir que Macky Sall "fait plaisir à Touba" dans cette affaire. Pour L'As également, "Samuel Sarr (roule) vers une liberté provisoire". Et le journal d'écrire : "Le président Macky Sall peut s'estimer heureux et souffler un bon coup. Il en a terminé avec les attaques de l'opposant Samuel Sarr qui se faisait un malin plaisir à lui larguer des missiles".

"L'ancien ministre de l'Energie, selon L'As, a fait ce serment hier lors de son audition dans le fond par le juge d'instruction du deuxième cabinet. Au terme de son interrogatoire par le juge Samba Sall, ses conseils ont déposé une demande de liberté provisoire sur le bureau du magistrat instructeur".

En sport , Le Populaire revient sur la victoire du Sénégal, mercredi à Gaborone, face au Botswana dans le cadre de la deuxième journée des éliminatoires de la CAN 2015. "Les +Lions+ s'ouvrent une voie royale pour le Maroc".

Avec ce deuxième succès, le quotidien sportif titre : "Les Lions sur une voie royale".


Jeudi 11 Septembre 2014 - 10:32



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.