contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Economie, politique et crise burkinabè à la Une



Une diversité de sujets se rapportant à l’économie, à la justice et la crise politique au Burkina Faso fait le menu des quotidiens reçus jeudi à l’APS.



Economie, politique et crise burkinabè à la Une
En économie, Le Témoin Quotidien relève que Dakar sera bientôt un ‘’hub financier’’ avec 5 nouvelles banques qui sont attendues dans la capitale sénégalaise.

‘’Le paysage bancaire sénégalais va s’élargir avec l’arrivée de 5 nouvelles banques. Il s’agit de la Banque pour le commerce et l’industrie de Mauritanie (BCI/Mauritanie), Banco Santandner d’Espagne, Bank of Nigeria, Banque de Dakar et Banque gabonaise et française internationale (GBFI/Bank)’’, écrit le journal.

‘’Si les unes cherchent des agréments pour venir s’implanter au Sénégal, d’autres se rattachent à des filiales, histoire d’ouvrir une fenêtre sur l’UEMOA’’, ajoute la publication.

Le Soleil évoque le rapport 2014 sur les Objectids du millénaire pour le développement (OMD) et titre : ‘’Le Sénégal parmi les 6 pays ayant réduit la pauvreté’’.

Selon le journal, un rapport sur les OMD, conjointement publié par la Commission économique pour l’Afrique, l’Union africaine, la Banque africaine de développement (BAD) et le Programme des nations unies pour le développement (PNUD) ''classe le Sénégal parmi les 6 pays africains ayant atteint la cible de réduction de la pauvreté’’.

Toutefois, cette publication relève en même temps que l’aide publique au développement est en baisse de 5%.

De nombreux journaux reviennent également sur le cas de Bachir Diawara, un proche de l’ancien ministre d’Etat Karim Wade, poursuivi pour ‘’trouble à l’audience’’ devant la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI).

Ainsi, ‘’Bachir perturbe et rejoint Karim à Rebeuss’’, titre La Tribune tandis que L’Observateur affiche à sa Une :’’Bachir Diawara risque jusqu’à deux ans de prison’’ et Le Populaire : ‘’après Rampino, Bachir Diawara rejoint Karim à Rebeuss’’.

Le Populaire s’intéresse aussi à la sortie de crise au Burkina Faso et revient sur la ‘’folle journée des négociateurs de la CEDEAO (Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest)’’ à Ouagadougou.

‘’Entre bouderies, conciliabules et tractations de couloirs pour une issue de compromis. La transition étalée sur un an, des élections présidentielles et législatives d’ici novembre 2015’’, relève Le Populaire.

Le chef de l’Etat sénégalais, Macky Sall, est dans la délégation envoyée par la CEDEAO dans la capitale du Faso.

‘’Contre de chefs d’Etat à vie en Afrique’’, relève Sud Quotidien qui note que le président de l’Assemblée nationale, Moustapha Niasse est ‘’pour une limitation des mandats’’.

Le Quotidien annonce la fermeture de ‘’Senegal House’’ au Soudan avec ce titre : ‘’Les flics sénégalais SDF à Khartoum’’. ‘’Qu’est ce qui peut pousser le propriétaire de Senegal House à Khartoum, au Soudan, à reprendre ses clefs alors qu’il était grassement payé par l’ONU ? C’est mystère et boule de gommes’’, relève le journal.

La publication dit avoir appris que le SENFPU en mission au Soudan dans le cadre de la Mission hybride des Nations Unies et de l’Union africaine pour le Darfour (MINUA) a rejoint l’autre maison Senegal House, réservée aux militaires sénégalais basés dans la ville d’El Fasheer.

Dans le journal, un officier déclare que ''cette décision fait suite à la suspension de mouvements d’avions vers Khartoum’’.

Loin de cette actualité, Enquête signale que ‘’l’UCAD (Université Cheikh Anta Diop, est) sans salaires’’ en octobre''.

Selon le journal, ''les enseignants , le personnel administratif, technique et de service sont dans la dèche’’, alors que le Syndicat autonome de l'enseignement supérieur ‘’dénonce une asphyxie au profit du privé’’.


Jeudi 6 Novembre 2014 - 08:23



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.