contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Enigmes autour d’une affaire d’inceste à Keur massar : Le père Nianké sous mandat de dépôt, sa fille disparaît avec le bébé





Enigmes autour d’une affaire d’inceste à Keur massar : Le père Nianké sous mandat de dépôt, sa fille disparaît avec le bébé
Une rocambolesque affaire d’inceste secoue la famille Nianké, demeurant à Keur Massar, au quartier El Hadji Pathé. Jean Nianké, accusé par sa fille de 13 ans, d’être le père de son bébé de moins de 6 mois, a été cueilli par la gendarmerie de ladite commune, avant d’être déféré au Parquet.

Un père de famille rattrapé par une «relation incestueuse» avec sa fille. Tel peut être le résumé de cette tragédie qui secoue actuellement la famille Nianké, logée à Keur Massar. Pendant des années, le chef de famille, navigateur de son état, aurait abusé de sa fille, âgée de 13 ans seulement. Des témoignages recueillis dans le voisinage et dans une partie de la famille indiquent que la fille mineure V. Nianké a eu la malchance de contracter une grossesse à partir des «assauts sexuels répétés» de son géniteur. Une grossesse suivie d’un accouchement d’une fille, il y a moins de 6 mois maintenant. Seulement, jusque-là, ex­pli­que-t-on, la victime n’a jamais voulu révéler l’identité du papa de son bébé, malgré les menaces et autres intimidations de sa maman.

C’est tout récemment qu’elle s’est résolue à le faire. Et le lieu choisi pour déballer n’est pas innocent ni fortuit. En effet, c’est aux gendarmes de la Bri­ga­de de Keur Massar qu’elle a nar­ré sa mésaventure. Ces derniers n’ont pas mis du temps pour dé­barquer dans la maison familiale le dimanche 12 août dernier, afin d’embarquer Jean Nian­ké. C’est en ce moment que son épouse ainsi que les autres membres de la fa­mille ont découvert que «l’auteur» de la grossesse de V. Nianké n’est personne d’autre que le chef de la famille.


Placé en garde à vue depuis le 12 août, Jean Nianké a été finalement déféré au Parquet au grand dam de ses autres enfants, qui demeurent convaincus que c’est une «cabale» contre leur père. Du moins certains des enfants, car le frère aîné à qui la fille mineure s’est confiée en premier, pour désigner son père comme l’auteur de la grossesse, semble bien convaincu par ces révélations. La mère de famille quant à elle, est restée injoignable ni introuvable hier, puisqu’étant partie chercher sa fille quelque part en banlieue. La fille avait, en effet, pris la poudre d’escampette depuis que les gendarmes sont venus cueillir son père sous ses yeux. Une fugue dont on dit qu’elle est habituée depuis sa grossesse parce que ne pouvant pas rester dans la même maison que son «bourreau», qui l’aurait toujours menacée de mort si jamais, elle parlait de leurs «ébats».

Le Quotidien

Mercredi 22 Août 2012 - 19:49



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.