contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



FAITS MYSTIQUES A OUAKAM : Des têtes de porcs déposés nuitamment chez trois dignitaires lébous





FAITS MYSTIQUES A OUAKAM : Des têtes de porcs déposés nuitamment chez trois dignitaires lébous
Il ne s’agit plus d’offrandes, mais de maraboutages. Des têtes de porcs décapités posaient dans la maison de certains dignitaires lébous à Ouakam pour des histoires, disent-ils, de fonciers, les choses s’entremêlent sur fond de règlement de comptes mystiques.


Quand le mysticisme se mêle aux histoires foncières, les choses deviennent sérieuses. En effet, hier, un fait mystique qui dépasse l’entendement populaire a réveillé la collectivité léboue de Ouakam. Les familles Ndoye, Ndiaye et Diagne du quartier de Sinthieu, à Ouakam, se sont retrouvées tôt le matin face à des têtes de porcs recouvertes de sang devant leur chambre pour certains et au milieu de la cour de leur demeure pour d’autres. Ces têtes de porcs étaient destinées à des personnes bien précises.Il s’agit du «Ndey Ji Rew» de Ouakam, Mame Moussé Ndoye, du chef de quartier de Sinthieu, Ousmane Ndiaye et du trésorier de la collectivité léboue à Ouakam, El Hadji Mbaye Diagne. Tous sont donc des hauts dignitaires de la collectivité léboue. D’après les familles des victimes, les auteurs de ces actes «malfaisants» ont escaladé les murs de leur maison pour y déposer ces têtes de porcs décapités. Une histoire qui a été le sujet de conversations des populations de ce village traditionnel léboue. A cet effet, les commentaires allaient bon train à Ouakam. Pour certains, les gens qui ont fait cela voulaient nuire aux notables de ce quartier. Pour d’autres, ces actes mystiques ne sont que le fruit d’un début d’une guerre avec comme motif les terres de Ouakam.

«Celui qui a fait cela voulait nous tuer»

Mais tout porte à croire que les «malfaisants» avaient un but précis. C'est-à-dire «tuer» ces dignitaires. «C’est un maraboutage très grave. Si c’était la tête d’un mouton ou d’un boeuf on n’en parlerait pas, mais celle de cochon et c’est très grave. Ceux qui ont fait cela savent qu’un musulman ne mange pas de cochon. Ils voulaient nous tuer», renseigne le chef de quartier de Sinthieu, Ousmane Ndiaye. Mais c’est mal connaître le vieux Ousmane Ndiaye qui affirme : «Toutes ces personnes qui disent que Ouakam leur appartient et qu’elles vont tous nous tuer pour récupérer ce village se mettent le doigt dans l’oeil. Ils se fatiguent. Ils ne peuvent rien contre moi. Rien du tout. Ce qu’ils ont fait ne m’ébranle en aucun cas». Et d’ajouter : «Amna galadj, takkanama, naanama, diwounama (J’ai des talismans, j’en attache, j’en bois et je m’en enduis le corps). S’il pouvait quelque chose contre moi, je serais déjà mort». En outre, sans citer de nom, le «Ndey Ji Rew» de Ouakam, fin connaisseur de la culture et des mutations des villages traditionnels lébous, trouve que «c’est du ‘Korthé’ qui vise pour la plupart des cas à tuer
une personne ou au moins la détruire».

L’une des têtes portait le sigle du nom du «Ndey Ji Rew» de Ouakam

La principale cible des auteurs de cet acte semble être Mame Moussé Ndoye, le «Ndey Ji Rew» de Ouakam, de surcroît président des délégués de quartier du village traditionnel lébou. Ce dernier, qui fait aussi office de ministre de l’Intérieur au sein de la collectivité léboue de Ouakam, a reçu le gros lot. En effet, sur la tête que les adeptes de la mystique ont déposée devant sa porte, il est inscrit le sigle M.N.D. Une inscription que les lébous de Ouakam décryptent par : Mame Moussé Ndoye. «C’est vraiment une histoire inexplicable. C’est mon fils qui, tôt le matin, en allant au travail, a vu la tête du porc à la devanture de la grande porte», raconte le président des délégués de Quartier de Ouakam. A la question de savoir le pourquoi de ce choix porté sur ces trois personnes, il rétorque : «Ils nous ont ciblés, nous trois, parce que nous avons un pouvoir légitime sur la collectivité léboue de Ouakam, notamment en ce qui concerne le foncier. Peut-être qu’ils veulent nous écarter de la gestion du foncier que nous défendons afin qu’ils puissent s’enrichir tranquillement».

«Si jamais quelqu’un qui ne fait pas partie de la famille pose le pied dans ma demeure, je le tue»
Toutefois, pour le chef de quartier de Sinthieu, Ousmane Ndiaye, dit Baye Doudou Ndiaye pour les proches, celui qui est à l’origine de cet acte n’est autre que «ceux qui courent dans la rue et qui déclarent qu’ils ont tué telle et telle personne et qu’il ne reste que moi sur leur liste». Ainsi, suspecte-t-il : «Je soupçonne Youssou Ndoye. C’est lui qui a dit qu’il va tuer tous les dignitaires de Ouakam. Il se réclame même

chef de quartier alors qu’il n’en est rien. Il habite de l’autre côté de Ouakam, à Seurika. Après avoir été chassés de Rufisque, ils sont partis à Mbao. De Mbao, ils sont venus à Ouakam et maintenant ils réclament nos terres», renseigne Baye Doudou Ndiaye. Ce dernier, malgré ses 83 ans, tient le coup et prévient : «Si jamais quelqu’un qui ne fait pas partie de la famille pose le pied dans ma demeure, je le tue». Au demeurant, ces vieux d’une sérénité remarquable disent avoir confiance au bon Dieu, le seul qui est capable de réduire à néant toutes mauvaises intentions. Ainsi, en attendant la suite, ils ont versé du sel sur les lieux pour, disent-ils, éviter les conséquences de ces actes mystiques.

Le Populaire

Vendredi 21 Septembre 2012 - 10:27



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.