contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



FESTIVAL MONDIAL DES ARTS NÈGRES (10-31 DECEMBRE) : Les acteurs culturels dakarois invités à prendre des initiatives



Une réunion d’information et de sensibilisation sur le 3e Festival mondial des Arts nègres, a réuni mardi 26 octobre 2010, à la Chambre de Commerce de Dakar, opérateurs culturels, acteurs culturels, Commission nationale. Les échanges ont fait apparaître un déficit d’information et de communication au niveau de certains acteurs culturels. Ce, même si tient à préciser Sahite Sarr Samb, directeur de cabinet du ministre de la Culture et des Loisirs, par ailleurs président de la Commission nationale artistique, tous les acteurs ne peuvent pas figurer dans le programme officiel du 3e Festival prévu du 10 au 31 décembre.



FESTIVAL MONDIAL DES ARTS NÈGRES (10-31 DECEMBRE) : Les acteurs culturels dakarois invités à prendre des initiatives
A la suite des treize régions du Sénégal, c’était au tour de la capitale, Dakar, d’accueillir la Commission nationale artistique. La réunion tenue hier à la Chambre de Commerce, avait pour objet d’informer et de sensibiliser les acteurs culturels de la région de Dakar. Pour relever les défis de participation et d’organisation du festival, notamment sur le plan de la qualité. Sahite Sarr Samb, directeur de cabinet du ministre de la Culture et des Loisirs, par ailleurs président de la Commission nationale artistique a invité les participants à plus de mobilisation, d’expertise, de savoir faire. Car, dit-il, la culture devra retrouver sa place dans les processus de construction nationale et d’intégration africaine.

« Nous ne savons pas encore ce qui se passe. Comment ça va se passer, a remarqué Abdou Karim Gningue du Collectif des artistes plasticiens de la région de Dakar. Nous n’avons aucune information officielle sur le festival ». Sa préoccupation est partagée par un autre opérateur culturel. « Je suis perplexe sur ce que je dois faire pour la manifestation. L’information autour du festival n’est pas passée, ou n’est pas bien passée », a observé de son côté Jean-Paul Gomis, manager d’artistes. Il déplore le déficit de communication, particulièrement dans les quartiers où les gens ne savent pas ce qui va se passer, pareil pour les acteurs culturels de Pikine et sa banlieue. A l’unisson, ils se disent prêts pour une participation au festival, mais ils regrettent le faible niveau d’information.

Autant d’observations que le président de la Commission nationale artistique a écoutées avec attention. « Nous prenons bonne note de vos remarques, a dit Sahite Sarr Samb. Mais, tempère-t-il, il ne faut pas être dans une situation attentiste. Il ne faut pas tout attendre de l’Etat. Il faut prendre des initiatives. »

Selon lui, personne n’est exclu, mais il y a des règles et des niveaux de participation. « On peut toujours apporter sa contribution en faisant son évènement personnel. S. S. Samb explique que participer ne veut seulement pas dire être dans le programme officiel, dans lequel tout le monde ne peut pas être. »

El Hadji Massiga FAYE
lesoleil

© PiccMi.Com - Le Magazine du Web Sénégalais

Mercredi 27 Octobre 2010 - 07:15



Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.