contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
PiccMi.Com



FIN DES INVESTITURES : SILENCE, LES COUPS COMMENCENT



C’est parti pour la pré-campagne.Dès aujourd’hui, à 00 heure, toute campagne déguisée est interdite sur l’ensemble du territoire national.Le Cnra, gendarme de l’audiovisuel, veille au grain et sanctionne, au besoin, tout manquement à la réglementation.Et comme pour ne pas être pris dans la nasse, les retardataires ont mis, hier, les bouchées doubles pour se faire investir par leurs partis ou coalitions de partis.Le tout avec, en fond sonore, une ambiance de dernière minute de récréation.



Moustapha Niasse en scelle pour 2012

FIN DES INVESTITURES : SILENCE, LES COUPS COMMENCENT
Moustapha Niasse a été investi hier, mercredi 4 janvier, candidat de la coalition Bennoo Siggil Senegaal, à l’issue du congrès tenu à la Place de l’Obélisque de Dakar. Le candidat est ainsi revenu sur les 12 engagements qu’il compte respecter si les Sénégalais lui font confiance au soir du 26 février prochain. Il a fait son discours dans une Place de l’Obélisque noire de monde.

C’est dans une ambiance festive que la coalition Bennoo Siggil Senegaal a organisé hier, mercredi 4 janvier, son congrès d’investiture. La Place de l’Obélisque s’est avérée petite pour contenir ce beau monde. Un motif de satisfaction pour les organisateurs de l’évènement qui étaient visiblement aux anges pour avoir réussi, disent-ils, le pari de la mobilisation. Des militants et sympathisants venus des quatre coins du pays et le nom du candidat Moustapha Niasse était sur toutes les lèvres.

Tous les orateurs ont insisté sur ses qualités pour conduire le pays à bon port.
Après les mots de bienvenue de Malick Gakou, par ailleurs Président du Conseil régional de Dakar et félicitation de Madièye Mbodji de Yoonou Askan Wi, c’est à la jeunesse de Bennoo Siggil Senegaal d’ouvrir le bal. Elle a déploré le chômage des jeunes et les innombrables problèmes dans le secteur de l’éduction. Ces jeunes voient en Moustapha Niasse leur sauveur, capable de répondre efficacement à leurs préoccupations. C’est ensuite au tour des cadres de peindre un tableau sombre pour le pays avec des populations désemparées. Aliou Sarr qui a parlé en leur nom, estime qu’il ne faut pas se résigner, en croisant les bras.

Ousmane Tanor Dieng en roue libre pour février 2012

FIN DES INVESTITURES : SILENCE, LES COUPS COMMENCENT
a Coalition Bennoo Ak Tanor a investi Ousmane Tanor Dieng candidat à la présidentielle de 2012. Ce dernier a exposé sa vision des Sénégal, avant de faire des propositions pour venir à bout de la crise Casamançaise

« En ce jour où vous m’avez investi de votre confiance qui m’est si précieuse, j’ai naturellement une pensée pour mes deux enfants, Barthélémy Dias et Malick Noël Seck, ces vaillants jeunes que l’arbitraire d’un régime décadent tient à l’écart de ces instants », a déclaré hier, mercredi 4 janvier, Ousmane Tanor Dieng, Secrétaire général du Parti socialiste, candidat de la coalition Bennoo Ak Tanor pour la présidentielle de février 2012. Il ajoute : « Je veux leur dire que même embastillés dans les geôles du pouvoir, ils sont avec nous dans tous les coins et recoins de cette salle. Je leur dédie cette investiture et voudrais leur dire, en votre nom, que nous mettrons tout en œuvre, avec toutes les forces vives de la Nation, pour leur libération ».
Sa vision


Le candidat de Bennoo Ak Tanor a ensuite insisté sur ce qu’il appelle « la colonne vertébrale de notre vision » qui doit tenir dans la proposition majeure suivante : « IL ne s’agit ni de rectifier l’alternance, ni de restaurer l’ancien régime socialiste, mais, sur la base des conclusions des assises, de fonder une nouvelle République adossée a une nouvelle gouvernance démocratique et mener des politiques de rupture ». C’est ainsi qu’il a « invité tous ceux qui rêvent de rectifier l’alternance à comprendre définitivement que si le peuple sénégalais ne veut plus de Wade et de son système, il ne veut pas non plus du Wade sans Wade que certains lui proposent. Parce qu’au stade où se trouve notre pays, il ne s’agit pas de gérer le système mais de rompre avec »

Le candidat Mansour Sy Djamil vise les maux du pays

FIN DES INVESTITURES : SILENCE, LES COUPS COMMENCENT
Le président du Mouvement citoyen pour la refondation nationale (MCRN - Bès du Niak), Mansour Sy Djamil, a été investi, mercredi, candidat à l’élection présidentielle de 2012, par ses partisans pour "mettre fin aux maux" dont souffre le Sénégal.‘’Mon devoir de citoyen et ma conscience me poussent aujourd’hui à être candidat pour mettre fin aux difficultés auxquelles notre pays fait face’’, a-t-il dit, en wolof, lors de son investiture, situant ‘’les souffrances’’ des Sénégalais au niveau économique, politique, industriel, culturel, etc. M. Sy a assuré que son programme et son projet de société reposent sur les conclusions des Assises nationales, en vue de mettre en place un modèle de gouvernance exemplaire élaboré par des experts sénégalais. Il a souligné qu’au-delà de remplir les exigences de la Constitution pour être candidat, son ‘’expérience’’ et son ‘’comportement’’ l’autorisent à solliciter les suffrages des électeurs sénégalais pour diriger le pays.

Parlant des autres coalitions engagées dans la course à la présidentielle, M. Sy estime qu’elles sont ‘’toutes perdantes et sans exception’’. Depuis sa retraite de la Banque islamique de développement (BID), à Djeddah, Mansour Sy Djamil est rentré au Sénégal pour assurer le khalifat de feu son père, Serigne Moustapha Sy Djamil (Fass), qui était le fils aîné de l’ancien Khalife des tidjanes, Khalifa Ababacar Sy. A la tête de son mouvement "citoyen", Mansour Sy Djamil a pris part à travers le Mouvement du 23 juin (M-23) qui combat la possibilité d’un troisième mandat pour le président Abdoulaye Wade. M. Sy, ancien militant de gauche, a pris part aux Assises nationales (Juin 2008-mai 2009). Les électeurs sénégalais sont convoqués au scrutin de l’élection présidentielle du 26 février 2012. Environ 20 candidats se sont déclarés parmi lesquels le chef de l’Etat sortant, Abdoulaye Wade, dont la candidature est contestée par l’opposition et la société civile. S’il est autorisé, le président Wade devra affronter notamment ses anciens Premiers ministres Moustapha Niasse (AFP), Idrissa Seck (Rewmi) et Macky Sall (APR), ainsi que le secrétaire général du Parti socialiste, Ousmane Tanor Dieng.

Idrissa Seck «habillé»

FIN DES INVESTITURES : SILENCE, LES COUPS COMMENCENT
C'est dans un stade plein à craquer qu'Idrissa Seck à fait son entrée vers les coups de 18heures, ce mercredi, lors du congrès d'investiture du candidat de la coalition « Idy4président ». Annoncé à 18 heures, Idy a pris la parole à 19h 30mn pour parler des maux qui « gangrènent le Sénégal. » Il indique que son ambition à travers la Coalition « Idy4président », est de « forger le Sénégal autour des valeurs d'éthique et de morale, de respect du bien public. » Il fait par ailleurs savoir qu'il est « convaincu qu'ils vont forger un Sénégal nouveau autour du culte du travail bien fait et de la liberté d'entreprendre. »

Après avoir répertorié les maux du Sénégal, Idrissa Seck a estimé qu' « un tel désastre est inacceptable dans un pays regroupant autant de ressources humaines de qualité à l'intérieur comme dans la diaspora. »
Idy estime par ailleurs qu'il est « convaincu que le Sénégal ne peut pas être condamné à un tel destin. Ce vaillant peuple Sénégalais ne peut pas être soumis à la misère, à l'injustice, car c'est un peuple debout pour son propre développement, en comptant sur nous-mêmes avant de compter sur les autres et en cultivant la rigueur, la discipline et l'excellence ». Toujours avec l'adverbe « debout », le candidat de la coalition « Idy4président » martèle : « debout pour briser les chaines du désespoir, nous devons rester debout pour donner au Sénégalais les moyens de vivre à la dimension de leur génie et nous le pourrons dans la justice sociale, et le respect du mérite de chacun ».

Il atteste en outre qu'un nouveau cycle va démarrer, « le doute n'est plus permis, au vu de cette mobilisation exceptionnelle, que Abdoulaye Wade clôturera sa présence à la tête du Sénégal le 26 février prochain ». Face aux militants et sympathisants, le candidat de la coalition « Idy4président », annonce que tous les candidats « sauf Abdoulaye Wade » sont capables de redresser la situation du Sénégal.

FIN DES INVESTITURES : SILENCE, LES COUPS COMMENCENT

PiccMi.Com

Jeudi 5 Janvier 2012 - 13:24



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 17 Juillet 2014 - 12:54 LINGUERE : Aly Ngouille Ndiaye élu Maire


Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.