contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



IL RISQUE 2 ANS FERME POUR USURPATION DE FONCTION : Sadekh Gaye se faisait passer pour un gendarme et le frère du procureur de la République



Sadekh Gaye, 40 ans, a comparu devant le tribunal de Dakar, hier, pour répondre des délits d'usurpation de fonction et d'extorsion de fonds. Après s’être présenté aux yeux de ses victimes comme étant le frère du procureur Ousmane Diagne, doublé d’un agent gendarme et élément du colonel Moussa Fall, il pourrait écoper d’une peine de 2 ans ferme, si le tribunal suit la réquisition du parquet.



IL RISQUE 2 ANS FERME POUR USURPATION DE FONCTION : Sadekh Gaye se faisait passer pour un gendarme et le frère du procureur de la République
Le sieur Sadekh Gaye est vraiment dans de sales draps. Lui qui a été traduit devant la justice pour une affaire d’usurpation de fonction. Pointé du doigt comme étant celui qui s’était fait passer pour un gendarme travaillant sous les ordres du Colonel Moussa Fall, commandant de Zone, et aussi le frère du procureur de la République, Ousmane Diagne, il a nié en bloc les faits qui lui sont reprochés.
Pour sa défense, le sieur Gaye, vendeur de carreaux en réalité, a tenté de faire croire au tribunal que c'est un certain Assane Gningue, qu'il connaît depuis un an et qui travaille avec les deux victimes, Alboury Thiam et Pape Massata Bèye, qui l’avait mandaté de récupérer son argent (250 000 francs Cfa) auprès de ces derniers. Et c'est là que la police est intervenue, selon lui.
Une version qui ne saurait être démentie par le témoin A. Gningue du fait de son absence à l'audience. Il est, en tout cas, ressorti de la constitution des faits qu’effectivement Pape Massata Bèye devait de l'argent à Alboury Thiam, à la suite d’une affaire de vente de marchandises. Et les deux étaient tombés d'accord pour que le paiement se fasse en plusieurs versements. Seulement, entre temps, A. Thiam, ayant besoin d'argent le plus rapidement possible, a fait appel à son ami et associé A. Gningue qui lui avait parlé d'une connaissance au tribunal pour ainsi avoir certains documents pouvant lui permettre d'avoir un prêt.
Le procès-verbal de l'enquête a, en effet, révélé qu’Assane Gningue a rencontré Sadekh Gaye dans un restaurant et qu’il s'est présenté à lui sous le nom de Babacar Diagne. Avant de se faire passer pour un agent en activité au Tribunal régional de Dakar, il s’est déclaré être le petit frère du procureur de la République, Ousmane Diagne. Passé le temps des présentations, il l’a invité à faire appel à lui en cas de besoin. C'est dans ces circonstances qu'il a été présenté à la victime.
Ainsi, pour mettre en confiance «sa proie», «Babacar Diagne» lui présente des documents avec des cachets du parquet et des assignations avant de lui dire qu'il a été affecté à tous les tribunaux du Sénégal. Alboury Thiam reconnaît avoir reçu, du soi-disant frère du procureur, la somme de 250 000 francs Cfa. Quant à Pape Massata Bèye, il soutient qu'il a été surpris, le jour où Sadekh Gaye, alias «Babacar Diagne» l’a joint au téléphone lui annonçant qu'il avait par devers lui un mandat d'arrêt contre lui. Mandat délivré par le colonel Moussa Fall pour n'avoir pas remboursé au sieur A. Thiam et qu'il était chargé de l'exécution. C’est ainsi que, acculé à longueur de journée par les appels téléphoniques, il a fini par remettre au faux gendarme, en l’occurrence Sadekh Gaye, la somme de 300 000 francs Cfa.
Convaincu de la culpabilité du prévenu, le parquet a requis 2 ans ferme. Ce, malgré le désistement de la partie civile qui dit avoir récupérer son argent. Le procureur de relever cependant que le désistement dans ce cas figure ne saurait atténuer les faits qui sont reprochés au sieur Sadekh Gaye. L'affaire sera vidée le 17 novembre prochain.
Mansoura FALL (Stagiaire)

source: Populaire


Jeudi 17 Novembre 2011 - 14:31



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.