contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



INFANTICIDE A ZIGUINCHOR : Dioutala Ndiaye acquittée, Oudé Sakho condamnée à (05) années de travaux forcés





INFANTICIDE A ZIGUINCHOR  : Dioutala Ndiaye acquittée, Oudé Sakho condamnée à (05) années de travaux forcés
Piccmi.com - Le 22 octobre 2008, la brigade de gendarmerie de Sédhiou a été informée qu’un nouveau né a été enterré au village de Tabaly située dans l’arrondissement de Djibabouya. Les gendarmes enquêteurs ont découvert l’enfant dans un champ situé à 800mètres du village. La mise en cause Dioutala Ndiaye appréhendée puis entendue par les hommes en bleu, a déclaré qu’après son divorce, elle avait noué une relation amoureuse avec un jeune homme dénommé Mamadou Touré. Il s’en est suivi une grossesse non désirée, décriée par son père. Le jour de son accouchement, elle déclare avoir mis au monde un mort-né qu’elle a enveloppé dans un pagne avant de l’enterrer dans les champs. La Cour dans son délibéré, a acquitté Dioutala Ndiaye au bénéfice du doute.

Oudé Sakho n’a pas eu la même fortune. Le 26 janvier 2007 à Tabadian, des villageois revenant de la brousse, ont remarqué le corps d’un nouveau-né à peine enterré et rejeté par le sol.

Ils ont aussitôt averti le chef de village et informé le poste de police de Tanaff. L’enquête diligentée a révélé très rapidement qu’Oudé Sakho est présumée être l’auteur de faits.

Le 24 janvier 2007, elle a accouché seule dans sa chambre d’un enfant de sexe féminin, qu’elle a ensuite enveloppé dans un tissu avant de l’enterrer dans la brousse.

Interrogée, elle a reconnu avoir donné la mort au bébé qu’elle a mis au monde en l’étouffant.
Elle a ajouté que la grossesse est l’œuvre de son mari Fodé Cissokho avec qui elle a divorcé au mois de mai 2006. Inculpée d’infanticide, elle a été condamnée à cinq années de travaux forcés.

PiccMi.Com

Jeudi 26 Janvier 2012 - 11:43



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.