contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



INVITE A «GRAND JURY» DE LA RFM : Bruno d’Erneville promet 900.000 emplois en 7 ans



PiccMi.Com - Candidat à la prochaine élection présidentielle de 2012, Bruno d’Erneville a décliné, hier, sa feuille de route à l’émission hebdomadaire «Grand Jury» de la Rfm. Pour hisser le Sénégal sur les rampes de l’émergence et créer pas moins de 900.000 emplois à l’horizon 2019, ce quadra aux dents longues table sur un budget approximatif de 3000 milliards de francs Cfa.



INVITE A «GRAND JURY» DE LA RFM :  Bruno d’Erneville promet 900.000 emplois en 7 ans
Une fois élu président de la République du Sénégal, Bruno d’Erneville - qui axe son programme sur trois «R», à savoir la refondation, la restructuration et la remobilisation - compte «créer, en sept ans, 900.000 emplois, mais également mettre en place une commission pour le retour au pays de la forte diaspora sénégalaise, accroître les investissements et relancer la consommation». Le candidat-président compte, toutefois, remplacer les contrats à durée déterminée (Cdd) par des contrats des jeunes diplômés (Cjd). Sur la crise énergétique, Bruno d’Erneville préconise un audit de la Senelec «qui souffre d’un problème d’organisation». Et c’est pour émettre l’idée d’une «restructuration de la société d’électricité qui et passe par l’optimisation de la production avec un plan d’investissement à moyen et long terme». A propos de l’agriculture, le chef d’entreprise et concepteur de «la Nouvelle Confiance nationale» plaide pour une augmentation des terres cultivables. L’ingénieur en en génie civil ne pouvait pas faire l’impasse sur les infrastructures : «Il y a des problèmes dans la construction de l’autoroute à péage, notamment au niveau de la conception des lignes. Ce qu’il y à la Corniche n’est pas un tunnel. Je l’appellerai plutôt un passage inférieur. C’est un ouvrage qui doit normalement durer environ trente ans. Mais, pour celui de la Corniche, j’émets des doutes».

Renflouer le Joola

S’agissant de la crise casamançaise, Bruno d’Erneville entend la résoudre «au bout de trois ans». Même si, insiste-t-il, «il n’est pas question d’autonomie pour le Sud du pays, mais d’aller vers la pacification». Et de poursuivre : «Il y a un sentiment d’injustice et il faut que justice soit rendue avec toutes les pertes en vies humaines qu’il y a eues. Il faut donc renflouer le bateau le jour de l’anniversaire du naufrage, dès ma prise de fonction». Le candidat à la Présidentielle 2012 compte aussi porter sur les fonts baptismaux un «musée du «Joola, entre Foundiougne et Fatick». Bruno d’Erneville a aussi abordé la candidature du président Wade dont «le dernier mot revient au conseil constitutionnel». Défendant la mise en place d’un Etat fort, il nourrit le dessein de gérer le pays comme une entreprise privée. «Ma conviction est que le chef de l’Etat doit être hors des partis ; que l’Assemblée nationale doit être représentative ; que le Sénat et le Conseil économique et social, qui n’ont pas leur raison d’être, doivent être supprimés. Bref, le Sénégal a besoin d’un régime présidentiel contrôlé et d’une loi qui fixe le nombre de membres du gouvernement et la dénomination des ministères».

PiccMi.Com

Dimanche 21 Août 2011 - 23:50



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 17 Juillet 2014 - 12:54 LINGUERE : Aly Ngouille Ndiaye élu Maire


Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.