contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Impact environnemental sur la localité : Pikine Nord vote «Oui» pour l’Arène nationale





Impact environnemental sur la localité : Pikine Nord vote «Oui» pour l’Arène nationale
En attendant la pose de la première pierre attendue très prochainement, l’Arène nationale a recueilli l’aval des riverains de Pikine Nord. En audience hier à la Marie de la localité, ces derniers disent finalement «Oui» au ministère des Sports pour l’érection d’un stade multifonctionnel d’une capacité de 20 mille places.

Le monde de la lutte peut afficher le sourire. L’Arène nationale peut sortir de terre. Après avoir vu certaines associations s’y opposer, l’écrasante majorité de la population de Pikine Nord a donné son feu vert pour la construction de l’infrastructure sur le site du Technopole. C’était hier à l’issue d’une audience populaire présidée par le préfet de Pikine, Pape Demba Diallo, à la mairie de la localité. Les habitants ont fini par adopter le projet par acclamations en validant l’étude d’impact environnemental et social que leur a présentée le Docteur Bérouba Guissé, expert en environnement. Imitant du coup les conseillers municipaux qui, dans leur écrasante majorité, avaient auparavant donné leur accord pour la mise en œuvre de cette arène multifonctionnelle dont les travaux ont débuté depuis quelque temps. Devenu un des pourfendeurs de l’érection de cette infrastructure sportive dont le coût global est estimé à 29 milliards de francs Cfa, le maire de Pikine Nord, Amadou Diarra, n’a pas hésité à demander à la population de soutenir le projet. Et cela après avoir été impliqué dans le processus d’exécution par le ministre des Sports, Matar Ba. «Tout ce bruit qui a eu autour de cette arène, c’était seulement au niveau de l’approche. Je veux que l’inauguration de cette Arène nationale se fasse sous mon magistère pour marquer l’histoire», a soutenu l’édile de Pikine Nord.

Un stade multifonctionnel d’une capacité de 20 mille places
L’on pouvait facilement comprendre la joie du côté du ministère des Sports. «Le projet d’étude d’impact environnemental et social vient de très belle manière d’être approuvé par les populations de Pikine Nord. C’est la collectivité de Pikine Nord qui est l’acteur principal. Nous nous réjouissons du processus enclenché depuis longtemps pour valider définitivement l’étude d’impact. Le chiffre exact destiné à la construction de cette arène est 29 milliards Cfa approuvés lors de la dernière mission chinoise», a déclaré Ibrahima Diouck, secrétaire général du ministère des Sports. Félicitant le maire de Pikine Nord pour le rôle qu’il a eu à jouer, le représentant du ministre de souligner que ce projet va profiter à la main d’œuvre locale où 500 jeunes de Pikine seront recrutés dans le cadre de la construction de cette infrastructure sportive qui couvre une superficie de 70 hectares.
Pour la gestion de ce joyau, selon M. Diouck, des stadiers seront choisis et formés parmi les populations de la localité. «La plateforme est en train d’être stabilisée. Les travaux de terrassement sont en train d’être poursuivis. Le désherbage est terminé. Ils (les ouvriers chinois) sont en train de faire les travaux de leur base d’habitation», renseigne M Diouck.
De son côté, M. Guissé, qui a réalisé l’étude d’impact environnemental et social, il a tenu à rassurer les populations sur la sécurité des lieux et la résolution des difficultés liées aux inondations. Il souligne qu’un schéma hydraulique a été proposé pour le réceptacle de toutes les eaux de ruissellement. Un poste de police et la construction d’une esplanade qui pourrait recevoir les 20 mille spectateurs en cas de sinistre sont également prévus dans le projet.

Pikine Ouest réclame son lycée
L’Arène nationale sera multifonctionnelle. En plus de la lutte, l’infrastructure disposera d’une plateforme modulable, informe l’architecte Saër Diop, chargé de présenter la maquette. Le joyau sera construit en s’inspirant du style des stades de football. Le Cng et le ministre des Sports y auront des bureaux avec des salles d’hébergement d’une capacité d’une soixantaine de lits.
Faisant partie du front du «Non» et par ailleurs président de l’Odcav, Amadou Sy accuse le maire de Pikine Nord de lui avoir refusé l’accès à la salle où se tenait l’audience populaire. Lui et ses acolytes de réaffirmer leur position par rapport à la construction de cette infrastructure qui pose un problème de priorité dans la mesure où, soulignent-ils, ils ne peuvent pas comprendre l’attitude des autorités qui consacrent 29 milliards Cfa à cette Arène nationale alors que Pikine Ouest réclame un lycée dont le coût est estimé à seulement 500 millions Cfa.

lequotidien.sn


Mercredi 16 Mars 2016 - 15:30



Dans la même rubrique :
< >

Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.