contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
PiccMi.Com



Infanticide à Thiaroye : Pourquoi Ndèye Satou Sow tue le bébé reconnu par son copain ?





Infanticide à Thiaroye : Pourquoi Ndèye Satou Sow tue le bébé reconnu par son copain ?
Ndèye Satou Sow (28 ans) est condamnée à cinq ans de travaux forcés pour le crime d’infanticide, à l’issue de la troisième journée de la Cour d’assises de Dakar. Et pour avoir passé trois ans en détention provisoire à la Maison d’arrêt pour femmes (Maf) du Camp pénal, elle devra rester en prison pour deux années encore. Elle s’est rendue coupable d’avoir mis fin à la vie de son nouveau-né.
Les faits ont eu lieu en 2008 à Thiaroye. Elle en était à sa seconde maternité. Son deuxième enfant est le fruit d’une relation adultérine avec son ex-amant, Hyacinthe Thiandoum, qui était aussi le papa du premier, aujourd’hui âgé de sept ans. Pourtant, ce dernier avait reconnu la paternité du nouveau-né, comme ce fut le cas pour la première expérience. Mais Satou Sow a jugé devoir mettre fin à la vie du bébé pour ne pas être victime de représailles, de la part de sa famille qui ne lui avait pas pardonné sa mésaventure antérieure.

Le mariage entre Satou et Thiandoum s’est confronté au refus des parents de la dame. Parce que la législation musulmane interdit une telle union, si le mari est de religion autre que celle de l’épouse.

Ndèye Satou Sow a une enfance douloureuse. Elle est orpheline de père et de mère dès le bas âge. Son éducation de base a été assurée par sa grand-mère paternelle. Le défaut d’amour parental l’a beaucoup affectée jusqu'au jour où elle rencontra Hyacinthe Thiandoum pour qui elle éprouve un amour jamais égalé. Sa stratégie de défense l’aura épargnée des 10 années de travaux forcés sollicitées par l’avocat général. Pour Satou Sow, l’enfant n’avait pas donné signe de vie à sa naissance.

PiccMi.Com

Jeudi 15 Décembre 2011 - 09:06



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.