contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire
PiccMi.Com



JDS : La république des transhumants et la gouvernance arrogante





JDS : La république des transhumants et la gouvernance arrogante
Macky Sall, jusqu’à quand abuseras-tu de la patience du peuple ? Combien de fois continueras-tu de nous bassiner avec des slogans en déphasage radical avec ta propre pratique politique ? Qu’est-ce qui reste de ta gouvernance sobre et vertueuse ? Jusqu’où ta quête obsessionnelle de second mandat te conduira ? Jusqu’où es-tu prêt à aller avec la transhumance politique, ce fléau social qui corrompt notre démocratie ? Rien, ni la clameur populaire pour exprimer son indignation, ni les positions des éditorialistes pour rappeler les valeurs en politique, ni le besoin d’éthique exigé par le peuple et sa jeunesse, rien ne semble te déconcerter dans ta conduite ? Tu continues de gouverner ce pays avec une double morale : la morale des valeurs dans le discours et la morale de la morale des contre-valeurs dans la pratique. L’obsession du second mandat ne recule devant aucune forfaiture. Tous les moyens sont légaux et légitimes pour l’obtenir. Il ne te restera plus qu’à demander la dissolution du Partis Socialiste (PS) et des autres partis significatifs dans l’Alliance pour la République (APR) pour couronner la politique des contre-valeurs promues par ta gouvernance. C’est une insulte pour le peuple d’avoir entendu un président élu sur la base des valeurs assimiler la transhumance à de la mobilité politique.
Monsieur Macky Sall, la transhumance n’est pas à redéfinir. Nous avons ce qu’elle signifie, ce à quoi elle renvoie. La transhumance politique renvoie, dans notre société, à des contre-valeurs. Le professeur Ibrahima Sow de l’Ifan avait déjà donné la définition du mot. Les transhumants ne sont rien d’autres que des « opportunistes » qui cherchent partout honteusement les « privilèges qu’offrent au Sénégal la station et la fonction de ministre, de président de conseil d’administration, de directeur d’agence ou de société ». Les transhumants sont des opportunistes au service exclusif de leurs intérêts bassement égoïstes.
En nommant Madame Awa Ndiaye à la tête de la Commission de protection des données personnelles (CDP), Monsieur Macky Sall vient de nous montrer son vrai visage. Macky Sall est du camp de la continuité, du statuquo, du surplace, de ceux-là qui refusent le mouvement, le changement, même s’il proclame partout la rupture. Les alternances se suivent et se ressemblent. Les hommes changent, les pratiques politiques demeurent. La bastille libérale est toujours debout dans ce pays. Macky Sall en est devenu le nouveau gardien invétéré. Le régime actuel encourage la transhumance et organise la transhumance. Il fait la promotion des contre-valeurs avec des hommes et des femmes jadis vomis par le peuple. Ces figures hideuses et balafrées viennent corrompre définitivement le régime actuel. La fermentation est là. A la place de la gouvernance sobre et vertueuse tant proclamée, Macky Sall instaure aujourd’hui la république des transhumants qui n’est rien d’autre que la république des contre-valeurs, la république des profiteurs éhontés, la république de cette race de politiciens roturiers et corrompus qui n’envisagent la politique autrement que la possibilité de manger à tous les râteliers, la république des médiocres qui sont incapables de survivre en dehors des lambris dorés du pouvoir.
A la place de la gouvernance sobre et vertueuse, Macky Sall et sa famille instaurent la gouvernance arrogante et luxueuse. Nous avons vu comment Marième Faye Sall a transformé le Palais de la République en un cabaret le 30 janvier dernier, sous prétexte qu’elle offrait un déjeuner de nouvel an à des épouses de diplomates et à des femmes de la haute société dakaroise. Elle a le droit de faire la fête, mais le Palais de la République n’est pas un cabaret pour des soirées mondaines et privées ou pour des meetings politiques. Il s’en est suivi un publi-reportage insolent dans des télévisions privées pour nous montrer les activités de la Première Dame. A qui appartient l’argent déboursé pour payer le déjeuner festif et le publi-reportage insolent servi aux Sénégalais ? Le régime a perdu sa conscience. Il a perdu son âme. Madame Marième Faye Sall doit savoir qu’au moment où elle organise la bamboula au cœur de son Palais royal, dans les rues de Dakar, « les mendiants tendent une main qu’ils ne retirent jamais, une main toute noire qui quémande une sapèque à quiconque passe devant eux ». L’arrogance et l’insolence luxueuse caractérisent la gouvernance du régime actuel.
Le contrat de confiance à été rompu avec le peuple. Macky Sall a abusé de la confiance de tous ceux qui s’étaient mobilisés pour le changement, tous ceux qui s’étaient mobilisés contre Abdoulaye Wade au nom des valeurs. Promouvoir des figures politiques balafrées comme Awa Ndiaye, Innocence Ntap Ndiaye, Ousmae Ngom, Djibo Leity Ka, Thierno Lo, Abdou Fall, Baila Wane, Serigne Mbacké Ndiaye, Safiétou Ndiaye Diop … (la liste n’est pas exhaustive), c’est faire la promotion des contre-valeurs, c’est se situer en dehors du camp des valeurs et de choisir de les piétiner, c’est envoyer à notre jeunesse une mauvaise image.
Awa Ndiaye, quant à elle, doit se taire. Nous nous souvenons encore de ce meeting politique tenu aux Etats-Unis où cette dame déclara que l’ambition de la Génération du Concret est de conduire Karim Meissa Wade à la présidence de la République. Que sont devenus les membres de la Génération du Concret depuis la perte du pouvoir de Abdoulaye Wade ? Les transhumants n’ont pas voix au chapitre. Ils détruisent les valeurs de notre société. Ils renvoient de mauvaises images à nos enfants. Le président Macky Sall doit savoir que la levée des couleurs dans les écoles tous les lundis pour promouvoir le civisme, c’est sans doute bien, mais c’est encore mieux de gouverner par l’exemple. Et cela commence par combattre la transhumance politique et d’arrêter l’arrogance de sa famille.

La Jeunesse pour la Démocratie et le Socialisme (JDS) exprime toute son indignation devant le phénomène de la transhumance qui corrompt notre système démocratique. Il constitue un fléau qui gangrène notre démocratie. Les démocrates doivent se mobiliser pour la combattre dans toutes ses manifestations. La classe politique semble incapable d’apporter une solution à une pratique politique rejetée par le peuple. La JDS appelle la société civile et tous ceux qui sont épris d’éthique en politique à l’érection d’un monument de la honte sur lequel on inscrira les noms des transhumants. Mais nous savons que les transhumants ne reculent devant aucune humiliation pour arriver à leurs fins.
Le pouvoir de Macky Sall a la mémoire courte. Les transhumants n’ont pas sauvé Abdou Diouf. Ils n’ont pas sauvé Abdoulaye Wade. Et ils ne sauveront pas Macky Sall. Au contraire, ils vont le perdre. Les jours de Macky Sall à la tête du pays sont comptés. Avec cette pratique politique aux antipodes des valeurs de notre société, la rupture entre Macky Sall et cette dernière est consommée. Rien ne pourra plus le sauver. Les cuillères d’Awa Ndiaye lui retomberont sur la figure. La blessure risque d’être profonde. Macky Sall en sortira avec un visage balafré. Et son peuple le fuira. L’image laissera un traumatisme.
La JDS appelle le président Macky Sall au respect de la Charte de gouvernance démocratique des Assises nationales qui stipule explicitement que l’éthique est consubstantielle à la politique. Le temps est venu pour les alliés du président de lui rappeler ses responsabilités et ses engagements. Nous avons encore en souvenir ses discours qui dénonçaient la transhumance. Un gouvernement qui serait incapable de répondre aux aspirations du peuple sur les questions éthiques serait incapable de répondre autres aspirations. La question éthique a priorité sur toutes les autres. Non à la République des transhumants ! Non à la gouvernance arrogante ! Pour la République des valeurs !

Parti Socialiste (PS)
Jeunesse pour la Démocratie et le Socialisme (JDS)
Fait à Dakar le 10 février 2016

Contacts : 775410837/774380188


Mercredi 10 Février 2016 - 13:03



Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.