contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



KAOLACK - LE MARCHE CENTRAL RENOUE AVEC LES FLAMMES Des pertes minimes et beaucoup d'interrogations





KAOLACK - LE MARCHE CENTRAL RENOUE AVEC LES FLAMMES Des pertes minimes et beaucoup d'interrogations
Le marché central de Kaolack a encore pris feu dans la nuit du Mardi 11 au Mercredi 12 Septembre dernier. Pour une seconde fois consécutive en l’espace de dix (10) mois, ce grand centre commercial a vu une partie de ses compartiments ravagée par les flammes. Mais contrairement au bilan de Janvier dernier où les pertes en matériel et argent en espèces étaient estimées à deux (2) milliards de francs, l’incendie qui est venu frapper à nouveau le marché central de Kaolack est de moindre intensité par rapport à l’ampleur des dégâts qu’il vient de causer.


Le feu qui s’est déclaré aux environs de 23 h sur les limites des dernières cantines ayant échappé au premier incendie de Janvier dernier, a ensuite attaqué le hangar de la cordonnerie et s’est vite propagé dans cette partie du marché. Puis qu’à cette heure de la nuit la circulation était encore «autorisée», de nombreuses populations quittaient les différents quartiers de la ville et s’empressaient vers ce endroit pour porter main forte aux équipes de sapeurs pompiers déployées sur place, ou voir simplement l’état sa cabine de travail quand on est commerçant ou usager.

Malgré un premier bilan qui fait état de deux (2) millions de francs en pertes en matériels, nombreux sont aujourd’hui les gens qui se posent des questions sur la provenance de ce mystérieux feu, qui ne cesse de détruire de manière régulière le marché central de Kaolack au courant de ses derniers mois.

La majeure partie des gens qui étaient cette nuit là sur les lieux, de facto, refusent l’hypothèse d’un court circuit. «On ne peut pas toujours imputer cette responsabilité à la Senelec et faire usage des branchements clandestins visiblement entrelacés entre souks et cantines pour justifier la provenance du feu» fait savoir un commerçant du marché qui préfère garder l’anonymat.

D’autres estiment cependant «qu’en pareils moments de l’hivernage où tout est aujourd’hui trempé, il est alors difficile de voir un feu d’une telle ampleur se déclarer sans qu’il est au préalable une mystérieuse main derrière. Nous sommes tous sénégalais, nous accueillons toujours chez nous des courts circuits, mais à chaque que ce genre de dysfonctionnement arrive dans nos différentes concessions, les dispositions techniques prises par la Senelec font que la zone à risque ou à danger est aussitôt mis en délestage».

Déjà pour rappel, l’incendie qui a ravagé les 400 cantines du marché dix (10) mois auparavant, a envoyé prés de 800 commerçants au chômage. Et au moment où les autorités locales et étatiques poussent des réflexions et études de faisabilité pour la reconstruction du marché, les commerçants de ce garnd centre de spéculation continuent encore d'exprimer leur désolation et exigent une enquête minutieuse sur cette affaire.

Sud Quotidien

Jeudi 13 Septembre 2012 - 11:31



Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.