contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



Karim Wade règne sans partage à la Une des quotidiens sénégalais



L’ancien ministre, Karim Wade, investi samedi dernier candidat du Parti démocratique sénégalais (Pds) pour la présidentielle de 2017, et dont le verdict de son procès pour enrichissement illicite et corruption est attendu ce 23 mars, fait les choux gras des quotidiens sénégalais reçus lundi à APA.



Karim Wade règne sans partage à la Une des quotidiens sénégalais
«Karim candidat du Pds-Verdict de la CREI : Clap de fin !», s'exclame EnQuête à sa Une, commentant que Me Wade «intronise son fils au forceps».

Parlant de cette «investiture du fils du Maître pour 2017», Rewmi quotidien estime que «la dévolution monarchique triomphe au Pds».

«Consacré par le Pds, Karim Wade sera-t-il déchu par la CREI (Cour de répression e l'enrichissement illicite)?», se demande Le Témoin à sa Une.

Pour La Tribune, «Karim (est un) candidat condamné». «Le sort du candidat du Pds scellé par la CREI», croit savoir Le Populaire.

Libération appelle au «silence, la CREI délibère». Dans ce journal, Ousmane Tanor Dieng, Secrétaire général du Parti socialiste (Ps, mouvance présidentielle) soutient : «Nous sommes convaincus que le droit sera dit».

«La CREI fixe Karim sur son sort aujourd'hui : L'instant Grégoire (président de la CREI)», titre Le Quotidien.

De son côté, Walfadjri parle du «jour du jugement dernier». «Jour de KRIM», écrit L'Observateur à sa Une. Selon ce journal, «Karim ne sera pas au tribunal et que Wade appelle au calme».

La presse sénégalaise est également revenue sur la finale du CHAN U20 opposant hier le Sénégal et le Nigéria. «Les Lionceaux tombent avec les armes», dit Libération.

Pour Le Témoin, «les Lionceaux ratent l'exploit». «Le rêve brisé des Lionceaux», écrit EnQuête. «Le miracle n'a pas eu lieu», renchérit Direct-Info.


Lundi 23 Mars 2015 - 07:32



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.