contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



L’ADOPTION DU PROGRAMME ÉCONOMIQUE DU SÉNÉGAL PAR LE FMI ET D’AUTRES SUJETS À LA UNE



Le programme économique du Sénégal, adopté ‘’sans débat’’ par le Fonds monétaire international, et l’inculpation du fossoyeur du cimetière musulman de Pikine (banlieue dakaroise), font partie des principaux sujets traités par la livraison de jeudi de la presse quotidienne.



L’ADOPTION DU PROGRAMME ÉCONOMIQUE DU SÉNÉGAL PAR LE FMI ET D’AUTRES SUJETS À LA UNE
Selon le quotidien national Le Soleil, le programme économique et financier du Sénégal ‘’a été approuvé, mardi dernier, par le Fmi lors de la première revue, suivant la procédure du défaut d’opposition’’.

‘’Cette procédure est retenue lorsque la mise en œuvre’’ d’un programme ‘’est jugée très satisfaisante et ne nécessite pas de délibération de la part des membres du conseil d’administration’’ de l’institution financière internationale, explique Le Soleil.

Cette perspective était prévisible si l’on tient compte des résultats ‘’de la mission effectuée par le Fmi au Sénégal à la suite de la demande d’un accord triennal au titre de l’Instrument de soutien à la politique économique (ISPE)’’, relève Libération.

‘’Les plafonds d’endettement non concessionnel qui s’appliquaient au Sénégal, le FMI n’en veut plus. D’où la décision de les éliminer. Pour ensuite inviter le gouvernement à la mise en œuvre urgente d’un plan de restructuration de Sénégal Airlines qui ne pèse pas indûment sur les finances publiques’’, rapporte Enquête.

De nombreux quotidiens annoncent par ailleurs l’inculpation du fossoyeur du cimetière musulman de Pikine, une commune de la grande banlieue dakaroise, après une série de profanations qui a ému les populations locales.

‘’Le fossoyeur enterré à Rebeuss’’, souligne par exemple Le Quotidien dans sa manchette consacrée à ce sujet. ‘’Après quatre jours d’enquête et de recherche d’indices par la police, le fossoyeur Saër Gringue a été déféré au parquet hier, mercredi, et placé sous mandat de dépôt’’, écrit La Tribune.

‘’Les charges qui pèsent sur lui sont énormes’’, puisque le fossoyeur est poursuivi pour violation de sépultures et pratiques de sorcellerie, précisent La Tribune, Le Populaire et L’Observateur. ‘’Il risque jusqu’à 5 ans de prison’’, ajoute le dernier cité de ces trois quotidiens.

Le populaire rappelle pour sa part qu’après des cas précédents en juin 2014 et septembre 2015, ‘’deux corps, ceux d’un vieil homme et d’un bébé, ont été exhumés le vendredi 4 décembre 2015’’ dans ce cimetière. ‘’Et avant-hier mercredi 9 décembre, poursuit le journal, deux autres corps ont été encore exhumés’’.

L’inculpation de fossoyeur boucle l’enquête ouverte dans cette affaire, selon Waa Grand Place. Le Témoin quotidien note pour sa part que des ‘’complices ont été identifiés’’ et sont ‘’traqués’’ après les enquêteurs. ‘’Le réseau des profanateurs va bientôt tomber. Du moins si l’in en croit des sources proches de l’enquête’’, indique Le Témoin quotidien.

Le quotidien L’As annonce que le Sénégal et le Mali ont retiré à Abbas Jaber la concession de la société Transrail dont il était jusque-là chargé de la gestion. Un organe transitoire ‘’sera bientôt mis en place (…), en attendant de faire l’état des lieux, et d’aller vers un nouveau programme de relance’’, précise L’As.

Sud Quotidien ouvre sur la corruption au Sénégal. ‘’La gangrène’’, estime ce journal via sa Une. Il cite diverses personnalités qui témoignent de la gravité de ce phénomène, parmi lesquelles Nafi Ngom Keïta. ‘’La corruption est devenue un fléau aux conséquences incalculables’’, affirme la présidente de l’Office Office national de lutte contre la fraude et la corruption (OFNAC).

APS


Jeudi 10 Décembre 2015 - 08:19



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.