contenu de la page
Connectez-vous S'inscrire



L’Afrique va surfer sur les vagues de la croissance en 2018 : Ghana 8,5 %, Côte d’Ivoire 7,9 %, Sénégal 7 %, Libye 55,1 %…



Selon l’édition 2018 du rapport annuel sur les Perspectives économiques en Afrique (PEA) de la Banque africaine de développement (BAD), publié ce mercredi à Abidjan, la croissance du PIB réel global de l’Afrique devrait s’accélérer pour atteindre 4,1 %, en 2018 et 2019, contre respectivement des progressions de l’ordre de 2,2 % et 3,6 %, en 2016 et 2017.



En Libye, le PIB devrait connaître une importante hausse estimée à plus de 55 %, tirée par la reprise de la production pétrolière. Le Ghana devrait progresser de 8,5 % en 2018, la Côte d’Ivoire de 7,9 %, le Sénégal de 7 %, Djibouti de 6,9 %, la Tanzanie de 6,7 %, malgré le recul de ses voisins de l’Est. L’Ethiopie devrait poursuivre avec sa dynamique de l’année dernière. Le Burkina Faso, le Bénin, la Sierra Leone et la Guinée pourraient franchir le seuil des 6 %.
Outre ces performances, l’activité économique devrait se renforcer au Nigeria et en Afrique du Sud, les deux plus grandes économies du continent qui sont sorties de récession au second trimestre 2016.
Selon la BAD, « cette amélioration ne résulte pas d’un facteur unique. Elle est le reflet d’une conjoncture internationale plus favorable, du rétablissement des prix des matières premières (principalement le pétrole et les métaux), de la demande intérieure soutenue, en partie satisfaite par la substitution des importations, et des améliorations de la production agricole ».
Agence Ecofin



PiccMi.Com

Jeudi 18 Janvier 2018 - 19:00



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 14 Septembre 2018 - 13:04 Tensions de trésorerie : Boun DIONNE passe aux aveux


Nouveau commentaire :
Twitter

Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.